Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage
Georges de Weck (1896-1987)

Georges de Weck (1896-1987)

1 janvier 1925
Gaston de Jongh, photographe à Lausanne
Laurent de Weck

Fils aîné de Maurice de Weck et de Pauline, née de Buman, Georges est né à Fribourg, le 29 juillet 1896. Son enfance se déroule à Estavayer, où son père était Préfet de la Broye. Il fait ses études au collège Saint-Michel, condisciple de son frère Max. Sa formation militaire le fait passer successivement par Bière, Frauenfeld et Thoune. C'est là qu'il obtient le grade de premier-lieutenant de cavalerie en 1917. Au début des années 1920, il entreprend des études ingénierie civile à l'EPUL: Georges loue alors une chambre à la pension Peter, 60 avenue de Rumine. C'est à Lausanne qu'il rencontre Dorothée Siegfried, qu'il épousera le 10 février 1925. Dorothée Siegfried était la fille d'Henri Auguste Siegfried et d'Alice Ellen, née Naegely, familles d'origine suisse qui avaient fait fortune dans le commerce du coton, en Angleterre et à Marseille. Ces deux familles, alliées professionnellement et civilement, étaient installées, dans le dernier quart du XIXe siècle dans les environs de Hyères (département du Var, proche de Toulon), lieu de villégiature d'une importante communauté anglaise. La mort d'une de leurs filles amena les Siegfried à s'établir à Lausanne, où ils firent construire, avenue Jomini 14, une propriété, connue sous le nom de "Rozel", où Dorothée, qui suivait les cours de l'école Vinet, passa sa jeunesse et y vécut avec son mari, jusqu'à sa mort en 1954... Bien que Lausanne ait été le port d'attache, Georges et Dorothée ont vécu sucessivement à Ronchamp, à Strasbourg, à Besançon et à Bruxelles dans le cadre des activités professionnelles de Georges. Le couple possédait aussi une maison à Divonne, qui fut un lieu de villégiature régulière jusqu'en 1954. Deux enfants sont nés de ce mariage: Jean-Claude, en 1925, et Françoise, en 1931. La descendance de Jean-Claude vit à Fribourg et à Genève et celle de Françoise, devenue Mme Daniel Dubois, vit à Lausanne. La Rozel, vendue et détruite, Georges a vécu près de quarante ans dans des appartements, dont l'un se situait à l'avenue de Béthusy et l'autre, Boulevard de la Forêt, au Pont de Chailly. LdW

Cette notice doit tout à l'amabilité de Mme Françoise Dubois et à celle de son fils, M. Yves Dubois, qui nous ont communiqué ces informations sur leur père et grand'père. Nous les en remercions vivement.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Laurent de Weck
516 contributions
8 mai 2012
496 vues
0 like
0 favori
1 commentaire
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,309
5,900
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.