Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Histoire d'une périphrase

septembre, 1989
Daniel Rupp

été 1989

Ce n’était pas prévu. L’entreprise a été mise en faillite. J’ai perdu mon job. A bientôt cinquante ans, ma centaine de recherches d’emploi n’a abouti qu’à deux entrevues. Un ami me propose de racheter sa petite entreprise. Bonne idée ! J’achète (enfin, c’est vite dit, je lui signe une reconnaissance de dette, car les banques n’entrent pas en matière lorsqu’on est chômeur) et, comme la charité bien ordonnée commence par soi-même, je m’engage comme directeur. Il y a cependant un petit problème à résoudre. Je n’ai pas tout à fait les compétences. Qu’à cela ne tienne, il ne me reste plus qu’à retourner à l’école, suivre une formation rapide en gestion d’entreprise et à faire attention de ne pas me planter par la suite !

Aujourd’hui, comme tous les matins, nous avons avalé notre petit-déjeuner, équilibré en protéines, glucides, lipides, vitamines, fibres. Nous montons tous dans la voiture. Ma femme au volant et mes quatre enfants en ordre dispersé. Je prends place au fond, sur la banquette arrière. Toute la famille va rejoindre son établissement respectif, école primaire, secondaire, secondaire supérieure et, pour moi, un centre de formation de l’Union suisse des arts et métiers. Je déclenche une insurrection vigoureuse au moment où je me mets à chanter, aussi bien et aussi fort que Céline Dion, une chanson d’Henry Dès, « Je m’en vais à l’école, papier, ribouldingue et punaise, je m’en vais à l’école assis dans mon auto ! ». Il faudra que je m’habitue à rester tranquille et attentif.

Le soir, nous sommes tous les six à chacun se battre avec son exercice. L’école est le terrain de jeu de questions variées. Concentré sur un problème comptable, je suis soudainement happé par une question de français soulevée par mon petit voisin de gauche. Une occasion de débattre nous est proposée par les définitions d’homonyme, de synonyme, de périphrase et de paraphrase. La discussion est ouverte. Par exemple « s’exposer au soleil » est une périphrase de « bronzer ». Inversement « bronzer » est une paraphrase de « s’exposer au soleil ». Nous devons résoudre ensemble un problème étrange. Un pour tous et tous pour un. Les deux expressions sont certes en quelque sorte synonymes, mais en tout cas pas homonymes, or nous devons chercher une expression homonyme à « s’exposer au soleil ». La maîtresse s’est-elle trompée dans la rédaction de cette affaire? À la question claire et précise, mon fils apportera demain une réponse claire et précise que sa mère lui a soufflée : « Sexe posé au soleil ! » et Toc !

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Daniel Rupp
25 contributions
2 mars 2021
58 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Déjà 5,898 documents associés à 1980 - 1989

Galeries:

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
107,636
6,677
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.