Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Saint-Ursanne, env. 1860, tirage d’après calotype

Saint-Ursanne, env. 1860, tirage d’après calotype

1860
Édouard Quiquerez
Musée jurassien d'art et d'histoire

Édouard Quiquerez (1835-1888) a 25 ans lorsqu'il présente en 1860 à la Société jurassienne d'Émulation 40 vues de localités, châteaux et paysages du Jura. Une nouvelle branche faisait son apparition au sein de la Société : la photographie.

Reproduire pour ne pas oublier

Le travail photographique d'Édouard trouve son origine dans le projet de son père Auguste Quiquerez d'établir un recueil de tous les lieux, localités et vestiges d'importance de l'Ancien Évêché de Bâle. La photographie, supposée neutre et précise, s'impose comme le moyen idéal d'immortaliser ces vestiges et de dépasser la gravure considérée comme laissant trop de liberté à son auteur. Pour la première fois, il s'agit de reproduire « les vues du Jura telles qu'elles sont ».

Une collection rare

La collection conservée au Musée jurassien d'art et d'histoire comporte 125 négatifs sur papier - calotypes - réalisés par Édouard. Elle représente l'essentiel de son œuvre connue.

Édouard recourt à la technique spécifique du calotype, ce qui donne à cette collection une valeur tout à fait particulière, puisque c'est l'une des rares de cette ampleur conservée jusqu'à nos jours en Suisse.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
11 juillet 2018
175 vues
0 like
0 commentaire
2 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,228
4,674
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.