Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:07:59

J. Strauss (fils), Ouverture de la Chauve-Souris, WFO, Josef KRIPS

1 septembre 1962
Concert Hall MMS
René Gagnaux

Photo illustrant ce fichier: à gauche Johann Strauss fils, à droite Josef Krips (Johann Strauss II: sa dernière photo connue datant de 1898, Newspaper "Wiener Bilder", October 25, 1925, p. 1, Josef Krips: pochette disque Everest SDBR 3088) **Johann STRAUSS (Fils), Ouverture de l'opérette «La Chauve-Souris», Op. 56, Orchestre du Festival de Vienne, Josef KRIPS, septembre 1962, «Wiener Konzerthaus», MMS-2271

Johann Strauss compose cette opérette en 1874, sur un livret rédigé par Karl Haffner et Richard Genée d'après le vaudeville «Le Réveillon» de Meilhac et Halévy. Elle fut donnée en première audition le 5 avril 1874 au Theater an der Wien.
Rosalinde, l'épouse futée qui - costumée en comtesse hongroise - piègera son volage mari et Adèle - la piquante chambrière - dominent l'intrigue: "[...] Eisenstein, bourgeois viennois, a été condamné à huit jours de prison, mais entend bien, avant de s'y rendre, profiter d'une soirée mondaine, et suivre ainsi le conseil de son ami Falke. Pendant ce temps Rosalinde, sa femme, fait face à un ancien amant décidé à profiter de l'aubaine, mais qu'un quiproquo conduira jusqu'à la cellule destinée au mari. Lors du bal donné par un prince russe, Eisenstein se prendra d'abord d'amitié pour le directeur de la prison où il devait se rendre, les deux compères ignorant chacun l'identité de l'autre; il entreprendra ensuite de courtiser, sans la reconnaître sous son déguisement, sa propre épouse, mise au courant de son escapade. Après une cascade de malentendus, tout se résoudra le lendemain à la prison, où l'on apprend que Falke a monté cette farce de toute pièce afin de se venger de celle qu'Eisenstein lui avait tendu quelques années plus tôt, l'obligeant à traverser la ville déguisé en chauve-souris. Et le champagne, qui coule à flots tout au long de ces péripéties, scelle leur réconciliation. [...]" une courte description de l'intrigue citée de cette page du blog pelleas.eklablog.com.

Pour la partition de l'ouverture voir par exemple cette page de l'IMSLP.** Dans l'interprétation que je vous en propose, Josef KRIPS dirige un orchestre nommé «Orchestre du Festival de Vienne», «Wiener Festspielorchester». On retrouve cet orchestre assez souvent sur les disques de Concert Hall & Sociétés affiliées de cette époque: il n'a à ma connaissance jamais pu être identifié avec certitude, il est même fort probable que ce ne soit pas toujours la même formation.
Pour cet enregistrement, il s'agit très probablement d'une formation constituée essentiellement de musiciens de l'Orchestre Symphonique de Vienne qui - dans ces années 1950-1960 - apparaissait souvent sous un nom de circonstance, pour des raisons de contrat.
**L'enregistrement paraît pour la première fois sur le disque MMS 2271, consacré à des oeuvres de Johann Strauss (Fils): la valse «Le beau Danube bleu», Op. 314, la polka «I-Tüpferl» (ou «I-Tipferl») du «Prinz Methusalem», Op. 377, l'Ouverture de «La chauve-souris», Op. 56 (1ère face), la «Valse de l'Empereur», Op. 437, une Marche (Einzugsmarsch) du «Baron Tzigane» et l'Ouverture de «Waldmeister» (2e face).

D'après la discographie Concert Hall de John Hunt les enregistrements ont été faits en septembre 1962 dans le «Wiener Konzerthaus» (qui est la salle principale de concert de l'Orchestre Symphonique de Vienne).

Pour cette restauration j'ai pu disposer de deux disques de l'édition française - Guilde Internationale du Disque M 2271 - l'un venant de la collection de Daniel ACHACHE, l'autre de celle de Stefan KRAMER: je les remercie tous deux pour leur générosité!

D'après le livre «Josef Krips - Pas de musique sans amour - Souvenirs» il existe quatre enregistrements de cette ouverture sous sa direction:

- le premier, en 78 tours Columbia, avec le Philarmonia, 7 octobre 1947
- cet enregistrement de septembre 1962 avec l'Orchestre du Festival de Vienne
- un enregistrement de concert avec le Chicago Symphony, 21 juillet 1966, Festival de Ravinia
- un enregistrement de concert avec l'Orchestre Symphonique de Vienne, 6 août 1972, Festival de Bregenz

Toujours selon cet excellent livre, Josef Krips a dirigé la Chauve-Souris pour la première fois à Kattowitz le 29 avril 1922, en tournée avec le Volksoper de Vienne: il avait 20 ans!

L'enregistrement que vous écoutez:** **Johann Strauss (Sohn), Ouvertüre der Operette «Die Fledermaus», Op. 56, Wiener Festspielorchester, Josef Krips, September 1962, «Wiener Konzerthaus», MMS 2271 (Allegro vivace - Allegretto - Tempo I - Lento - Allegretto - Tempo di valse, nicht zu schnell - Allegro - Andante - Allegro moderato - Tempo ritenuto. Allegretto - Tempo di valse - Allegro moderato - Piu vivo 07:58)

M-2271 -> WAV -> léger DeClick avec ClickRepair, quelques réparations manuelles -> MP3 320 kbps****, le tout effectué par moi-même: l'enregistrement est donc de ce fait libre de droits d'autres personnes ou sociétés, le disque étant paru pour la première fois il y a plus de 50 ans (droit voisin), et le compositeur et autres ayants droits décédés il y a plus de 70 ans (droit d'auteur).**

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Gil Frossard

    Quelle souplesse, tout l'esprit viennois et le savoir faire de Josef Krips dans cette interprétation. Merci cher René de nous restituer, dans des conditions optimales, cet enregistrement.

René Gagnaux
1,352 contributions
26 septembre 2014
1,045 vues
0 like
1 commentaire
2 galeries
00:07:59
Déjà 9,040 documents associés à 1960 - 1969

Galeries:

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,059
4,895
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.