Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
La Verrerie de St-Prex

La Verrerie de St-Prex

1945
Inconnu
Inconnu

Henri Cornaz (1869 - 1948), était le 13ème de 15 enfants d'une famille paysanne vaudoise. Au début, il ne comprenait rien à la fabrication du verre. Mais il avait le don de trouver des talents, de rassembler les gens et de transformer des idées folles en projets concrets. Il a pris beaucoup de risques. Il était un entrepreneur typique du 19ème siècle.

À l'âge de 30 ans, il avait déjà fondé trois usines de fabrication de tuyaux en ciment et de matériaux de construction. Lorsqu'il a eu des ennuis, il a demandé désespérément la construction de cinquante gares dans le Beaujolais en France. Il a obtenu le travail et fait une fortune. À 37 ans, il rentre en Suisse et aurait pu prendre sa retraite. Mais il ne l'a pas fait.

Avec une partie de l'argent qu'il a gagné en France, il a acheté une grande ferme à St-Prex au bord du lac Léman. Lors d'un forage, il a rencontré du sable fin. Il s'est rappelé que le sable extrait dans l'une de ses usines en France était utilisé pour la production de verre. Les agriculteurs des vignes sur le lac Léman n'ont-ils pas besoin de bouteilles pour leur vin? Une fois encore, Henri Cornaz décide de concrétiser une idée et fonde la Verrerie St-Prex. C'était le 11 février 1911. Neuf mois plus tard, l'entreprise produisait les premières bouteilles de vin de couleur verte. Il conservait 60% du capital social, les 40% restants étant vendus à des investisseurs locaux, dont plusieurs viticulteurs et marchands de vin, qui étaient également ses clients.

M. Cornaz, a trouvé un personnel qualifié en reprenant l’ensemble du personnel d’une verrerie de Fribourg, en crise et sur le point de fermer. Tout à fait industriel et patron de la vieille école, il construisit des habitations ouvrières et un centre communautaire. Pour que les ouvriers catholiques de Fribourg se sentent à l'aise dans l'environnement protestant vaudois, il crée même leur propre église.

Pendant la Première Guerre mondiale, les ventes se sont effondrées sur les marchés d'exportation. Et il devint difficile d’obtenir suffisamment de charbon opérationnel (charbon 66,75 0%). M. Cornaz, cependant, n'a pas été dissuadé et a acheté en 1917 la verrerie Bülach. La dépendance significative vis-à-vis des viticulteurs et négociants en vins de Suisse occidentale pourrait être réduite. En même temps, cela a jeté les bases de Vetropack, le seul fabricant d’emballages en verre en Suisse

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Rémy Glardon
539 contributions
15 juin 2019
132 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Déjà 5,221 documents associés à 1940 - 1949

Galeries:

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,323
5,901
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.