Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Vendanges à Ernen

18 septembre 2022
Charly Arbellay
Charly Arbellay

La vigne à l’assaut des cimes

Vendanges à Ernen dans la vallée de Conches

La vigne fascine toujours les Valaisans, même dans la haute vallée de Conches. En effet, il n’est point de village de cette partie du canton qui ne possède une treille, une pergola, un cep ou deux de raisins et cela peu importe l’altitude.

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • Chaque raisin est protégé des oiseaux fins connaisseurs de la douceur des grains. Photo © Arbellay

On racontait souvent qu’il y avait de la vigne à Ernen, 1195 mètres et à Oberwald 1368 mètres, à quelques kilomètres du glacier du Rhône. Que les cépages avaient été apportés par les voyageurs d’Italie, via le Binntal par l’Albrunpass ou le Grampielpass, ou encore par le Simplon, la Furka ou le Nufenen. Les milieux viticoles se gaussaient de ces affirmations toutes marseillaises. Et pourtant !

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • Décor d’une fenêtre du restaurant Saint-Georges à Ernen. Photo © Arbellay

La vérité selon Meckert

En 1964, le Dr. Charles Meckert de Sion (1896-1984), professeur au collège de Sion, conservateur du Musée d’histoire naturelle du Valais, artiste et inventeur, décide d’entreprendre une vaste étude et recherche de documents.

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • Le Dr. Charles Merckert, l’homme qui a découvert la vérité. Photo © Pascal Thurre.

Son enquête sérieuse sur le terrain révèle que dans des temps anciens le climat était beaucoup plus clément dans la région et on ne parlait pas de réchauffement climatique. Ce qui aurait permis aux ancêtres de cultiver la vigne riche de raisins sur le haut plateau de Conches, et de s’offrir un bon petit vin que les indigènes aimaient déguster. Donc de l’ivresse et de l’oubli…

Rien n’est impossible !

Et puisque l’on parle aujourd’hui de réchauffement climatique (les anciens diront, le retour d’un climat plus clément), un habitant d’Ernen, Christian Imhof a voulu en avoir le cœur net. Il a planté une petite vigne de 760 m2 de cépage rouge et blanc sur la colline de Moss Hubu à 1200 mètres. Le résultat est surprenant ! Les raisins, à maturité, sont abondants et de très bonne qualité, comme quoi rien n’est impossible !

notrehistoire.imgix.net/photos...

  • La petite vigne du Moss Hubu, tournée vers l’ouest de la vallée. Photo © Arbellay

Bibliographie

  • Nouvelliste du 14 juillet 1964 -
  • Das Oberwallis im Bild – 1850-1919 de Ludwig Imesch (1913-1996) -Roten Verlag, Brigue.
  • L’épopée des cols alpins – Fernand Gigon, éditions Mondo Lausanne, 1979

Petit coup d'œil aux vendanges d'autrefois :

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Pierre-Marie Epiney

    A nouveau un dossier intéressant de Charly Arbellay.

  • Charly-G. Arbellay

    Encore une précision. Dans le document Landschaftspark Binntal que l’office du tourisme d’Ernen remet aux visiteurs du parc régional, on découvre l’explication suivante sur la présence de la vigne dans la vallée de Conches. Extraits : « Nous pouvons supposer que sur le Mosshubel exposé au soleil, au moment du climat médiéval optimal (900-1400) le vin y était cultivé. Ainsi, dans un document de 1374, parmi les revenus épiscopaux de la vallée de Conches on enregistrait également le vin. Selon la tradition cette production existe même à Garental, dans les vignobles d’Oberwald ».

    Voilà qui est surprenant ! Le village d’Oberwald se situe à 1369 mètres d’altitude, à l’entrée du tunnel Furka-Oberalp et au départ de la route des cols du Grimsel et de la Furka. Plus d’info sur : landschaftspark-binntal.ch

Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,265
6,771
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.