Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

La Maternité suisse des réfugiés espagnols

3 mai 2011
Yves Magat

Elne, région de Perpignan, France. Lors de la Retirada, un demi-million de civils espagnols fuient le franquisme vers la France en 1939. Les réfugiés sont parqués dans des camps insalubres sur les plages françaises. Dans cette horreur, apparaît une institutrice suisse allemande de 24 ans, Elisabeth Eidenbenz. Avec une équipe de compatriotes bénévoles, elle ouvre une maternité dans un château abandonné à Elne, près de Perpignan.

Je suis parti pour la RTS en 2011 sur les traces de cette femme hors du commun. Voici ma note de blog de l'époque. Un road movie de 2'000 km : Genève-Zurich-Gap-Alès-Perpignan. Une histoire alors en pleine actualité avec le scandale des bébés espagnols volés à des familles républicaine pendant le franquisme : ceux qui n’ont pas eu la chance de naître sous la protection d’Elisabeth Eidenbenz.

Fréquemment les écoliers de la région de Perpignan viennent en visite ici, dans ce qui était la Maternité suisse d’Elne, au lendemain de la guerre civile espagnole. Elisabeth Eidenbenz, est maintenant presque une figure mythique dans la région mais à l’époque, son action était bien concrète.

Face à l’avance des troupes franquistes, et la fuite éperdue vers la France de civils espagnols aux convictions républicaines, Elisabeth Eidenbenz et de nombreux Suisses s’engagent d'abord dans l’Aide suisse aux enfants d’Espagne. Ils sont proches des églises et des mouvements pacifistes. Les camions à la Croix Blanche sillonnent la Catalogne avec des vivres et des médicaments.

Des camps insalubres

Du côté français, le gouvernement parque les réfugiés espagnols dans des camps sur les plages, à Argelès-sur-Mer et ailleurs. Sous-alimentés, sans hygiène, face au vent, les adultes et surtout les bébés meurent comme des mouches. C'est là, près de Perpignan, qu'Elisabeth Eidenbenz retrouve le flot de réfugiés. Elle obtient l’autorisation de transformer une demeure abandonnée en maternité pour les mères espagnoles. De Suisse, l’argent des collectes afflue. Bientôt la Croix-Rouge suisse reprend à sa charge la maternité d’Elne. Six cents bébés naissent ici et échappent à une mort certaine. Ramon Oliva est l'un d'entre eux. « Pour les autorités françaises, nous n’existions pas », explique-t-il aux jeunes élèves qui visitent l’ancienne maternité transformée en musée.

Le «paradis»

La mère de Ramon, Remedios Oliva, avait fui l’Espagne avec toute sa famille. Elle vit aujourd’hui à Gap dans le sud de la France. Elle se souvient bien de son accouchement à la Maternité suisse d’Elne : «C’était le paradis. Mais bien sûr, nous pensions toujours à nos proches restés dans les camps. »

Elisabeth Eidenbenz est aujourd’hui un vieille dame digne qui vit à Zurich. « Les mères n’avaient pas d’autre endroit où aller », nous explique-t-elle en toute modestie dans sa maison de retraite. Un fonctionnaire international retraité de Genève, Guy Eckstein, lui rend souvent visite. Lui aussi est né à la maternité d’Elne, en 1940. Car Elisabeth Eidenbenz a également caché des mères juives et leur famille sous le régime de Pétain. Malgré les ordres de la Croix-Rouge suisse qui lui demandait de respecter les loi raciales de Vichy, Elisabeth Eidenbenz a sauvé au moins deux cents enfants juifs. « Elle a su désobéir aux ordres », explique Guy Eckstein.

Inconnue en Suisse

Elisabeth Eidenbenz a été décorée en France, en Espagne, en Israël, mais en Suisse elle est une inconnue. A part une exposition au Musée de la Croix-Rouge à Genève en 2009 et à Zurich en 2011 , Elisabeth Eidenbenz n’a jamais reçu le moindre honneur en Suisse. Après la guerre, la Croix-Rouge refuse même de la réengager, "pour manque d'expérience", lui faisant probablement payer ainsi sa désobéissance civile.

Quant au bâtiment de la maternité, il a fallu la volonté du Maire d’Elne, Nicolas García, pour en faire un lieu de mémoire avec un projet de centre d’accueil pour des mères en difficulté afin de poursuivre de nos jours la tâche d’Elisabeth Eidenbenz.

P.S.: Elisabeth Eidenbenz est décédée en 2011, trois semaines après ce reportage.

Photo de couverture tirée de Femmes en exil, mères des camps. Elisabeth Eidenbenz et la Maternité suisse d'Elne (1939-1944), Tristan Castanier i Palau, Ed. Trabucaire, Canet, 2008.

Mon reportage de 2011 au Journal de la RTS

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Yves Magat
3 contributions
10 février 2021
44 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
0 galerie
Déjà 5,589 documents associés à 1940 - 1949
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,332
6,488
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.