Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Quand le trolley  détrônait le tram

1954
David Glaser, le web éditeur

En 1956, les TL étaient une entreprise de transport public en plein essor. Un document hébergé sur notreHistoire.ch vante les mérites de la compagnie et de sa flotte imposante, une vidéo intitulée 365 jours par an. Une rare publicité de 25 minutes.

L’ex-gardien de buts du LS Pino Varquez m'appelle un jour de Printemps 2021. Il me signale qu'il vient de voir un document vidéo publicitaire racontant les différentes activités des Transports publics de la région lausannoise. Il me demande d'aller voir ce document des TL publié par le membre de notreHistoire.ch Jean-Paul Crisinel. En effet, c'est une vidéo très singulière. Les trolleybus, dernier cri, reliant les différentes parties de la région viennent rythmer la vie des Lausannois à une cadence soutenue (déjà).

Dans ce film repéré par Pino, on voit un Monsieur Ducommun (en réalité un Lausannois nommé Robert Lenoir et reconnu par hasard par sa petite-fille, il n'était pas spécialement crédité dans ce film publicitaire projeté à Cinéac). Caroline Lenoir, la belle-fille de Pino, avait reconnu le visage de ce monsieur Lenoir qu’elle n’a jamais connu directement. Et pour ce tournage, Robert Lenoir promenait aussi son fils, le père de Caroline. Le TL, avec ce film, marquaient un grand coup, on en reparle un peu plus loin dans ce texte. Mais avant tout un peu de contextualisation.

Si aujourd’hui Lausanne compte 10 lignes de trolleybus et 25 lignes de bus conventionnelles, les TL ont aussi deux lignes de métro (bientôt trois). Flashback, en 1858, le train arrivait à Lausanne. Seulement, cette gare lausannoise n’était pas centrée. Elle allait cependant posséder très vite une connexion avec Ouchy, via un funiculaire – le premier en Suisse - reliant la gare au port d’Ouchy, jusqu’en 2006, date de la mise en service de la ligne 2 du métro à sa place.

Le Conseil fédéral permettra donc une première liaison par funiculaire, la célèbre « Ficelle » est imaginée. La décision, prise en 1871, entraîne la création d'une ligne opérée par la compagnie ferroviaire Lausanne-Ouchy. La "Ficelle" débutera en 1877.

La ville de Lausanne a aussi permis aux tramways dès le milieu des années 1890. En 1894, grâce à la Société des tramways lausannois, l’énergie venant de la centrale électrique de Couvaloup construite pour l’occasion en 1895 va alimenter tout un réseau de lignes de trams.

La "Ficelle" de la compagnie Lausanne-Ouchy en 1956 (ME Fontannaz BVA)

Les premiers rails seront inaugurés en 1896, le premier dépôt étant situé à Prélaz entre 1898 et 1900 pour recevoir les nouveaux trams. En 1910, les TL fusionnent avec la Compagnie des Chemins de fer électriques régionaux du Jorat, le dépôt de les chemins de fer est à Epalinges et la station qui alimente le système de trains électriques est localisée à Mézières.

Dans les années 30, le bus fera son apparition via le trolleybus, la ligne de tram entre Closelet et Epinettes. En résulte, une économie substantielle, une vitesse de croisière supérieure et un usage des freins plus raisonnable. Le réseau de tram de 66 km va petit à petit être réduit à partir de 1933 à 39, d’abord 32 véhicules vont être achetés pour remplacer complètement le réseau de tram dès le début de la IIe guerre.

En 1980 au dépôt de Prélaz (photo Markus Schweizer)

Dans ce document intitulé « 365 jours par an », ce film de fiction vante les mérite des TL dans le Lausanne d’il y a plus de 60 ans ainsi que la verte campagne environnante avec collecte des boilles de lait en sus.

Dans ce film, on voit pèle-mêle, la circulation très dense sur les coups de midi, la foule de Saint-François, le dépôt de Prélaz avec les 17 nouveaux bus, la réparation dans un atelier, le Lausanne-Montherond, le Jorat… Un parcours dans le Lausanne des années 50 qui est tout simplement fascinant.

En 1980, au guichet du Lausanne-Ouchy avec la caissière, passage du Grand-Pont (Claude-André Fradel)

Le film a été tourné pour les reportages de Cinéac SA par Telepress-Film, par messieurs Revel et Rochat et donc M. Lenoir dans le rôle-titre.

60 ans après le rachat du réseau du Jorat, en 1962, pratiquement toutes les lignes ferroviaires ont été remplacées par des bus. Le dernier tram fera la liaison entre Renenz et Rosiaz jusqu’en 1964, l’année de l’Expo nationale. Le site de Vidy accueillant l’expo sera desservi par le trolley.

Des trolleybus en 1974 installés sur le parking de la place du Tunnel (Michel Bezençon)

Vingt années plus tard, la Ville de Lausanne va prendre possession de la Compagnie du Chemin de Fer du Lausanne-Ouchy qui a 110 ans pour confier sa gestion aux TL. En 1991, elle active le Tramway du Sud-Ouest lausannois, appelé à devenir le Métro M2. Le M2 va reprendre l’axe Lausanne-Ouchy et en 2002, le public vote pour prolonger la ligne au nord du centre, le M2 va d’Ouchy-Olympiques à la station Croisettes. Une 3e ligne de métro est en projet entre le Flon et la Blécherette, la première phase verra le jour en 2025 selon le projet présenté en 2015. Un tramway reliant Lausanne à Renens sur 4,5 km sera mise en service en 2023, puis de Bussigny à Villars-Sainte-Croix.

Pour voir la version de cet article avec d'autres documents iconographiques sur LFM.ch, cliquez ici.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
23 avril 2021
96 vues
0 like
1 favori
0 commentaire
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,490
6,434
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.