Espaces interdits

Espaces interdits

3 avril 2020
Pierre-Marie Epiney

Quoi de plus triste qu'un jardin d'enfants sans les cris des bambins ! Où les balançoires ne grincent plus, où les parents ne dispensent plus les délicieux goûters, où les bancs ne reçoivent plus que les bénédictions du ciel, où les toboggans sont désespérément vides...

Et lorsque ledit jardin est clôturé d'une banderole comme une scène de crime, cela ajoute encore à la tristesse du lieu.

Heureusement que les oiseaux n'ont pas (encore) perdu leur droit de chanter mais il paraît que l'Office de la Santé a le projet de leur apprendre à lire les prescriptions du moment...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pierre-Marie Epiney
2,381 contributions
3 avril 2020
47 vues
1 like
0 favori
2 commentaires
2 galeries