Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
La morgue de l'Hospice du Grand-Saint-Bernard

La morgue de l'Hospice du Grand-Saint-Bernard

1 septembre 2009
Sylvie Bazzanella
Sylvie Bazzanella

Cet ossuaire construit en 1476, abrite les cadavres momifiés par le froid, des égarés morts dans le col, victimes de la montagne et dont les corps n'ont pas été réclamés. Objet de curiosité morbide, elle a été murée vers 1950.

Pas de porte, des fenêtres sans vitres y laissent entrer l'air et un peu de lumière. C'est aussi par là que pénètrent les religieux pour y dresser, enveloppés d'un suaire et liés par une corde sur une planche, les cadavres trouvés dans la montagne lorsqu'ils n'ont pas été réclamés. Les derniers venus sont là debout contre le mur au fond, la face découverte, hideuse, grimaçante; sous le suaire entrouvert, sous les vêtements qui s'effilochent et s'en vont par lambeaux, apparaissent des muscles noircis, des fémurs, des tibias; les chaussures crevées laissent entrevoir les os dénudés des pieds. D'autres plus anciens se penchent, s'affalent les uns sur les autres.
Bientôt, le temps poursuivant son œuvre lente de destruction, la corde qui les soutient se rompra, ils s'écrouleront en une masse informe, et finalement il n'en subsistera, comme de ceux qui les ont précédés, que quelques os épars sur un peu de terre noire. Même à ceux dont les nerfs ne vibrent point facilement, la vue d'un tel spectacle, dans ce décor lugubre, donne la chair de poule et l'on a hâte de s'éloigner.

Témoignage d'un visiteur à l'Hospice en l'an 1898

Découvrir la morgue de l'Hospice en suivant les pas du chanoine Jules Detry ICI

Document partagé par la RTS.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Albin Salamin

    Assez terrifiant mais à l'époque les moyens de retrouver le nom des victimes de la montagne étaient assez rudimentaires, voir inexistants.

Sylvie Bazzanella
3,032 contributions
5 janvier 2010
1,941 vues
0 like
1 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,003
4,889
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.