Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Petits enfants, petites dames, petits salaires!

Petits enfants, petites dames, petits salaires!

1 janvier 1906
Dominique Tcherdyne

De 1856 à 1984, l'école primaire s'occupe des enfants de 7 à 16 ans. Elle est dirigée par des enseignants brevetés issus de l'Ecole Normale. Ils sont nommés à la tête de classes à trois degrés (9 années scolaires); les deux dernières classes de ce type disparaissent au début des années 1970.

En 1885, le traitement annuel est de 800 francs pour un régent et de 500 pour une régente.

Dès 1887, la Société pédagogique vaudoise, appuyée par des municipalités, demande la création de classes pour les plus jeunes, dans les communes de plus de 400 habitants.

En 1889 apparaît la première mention d'une "école enfantine" dans une loi qui en prévoit l'ouverture "lorsque des chefs de famille représentant vingt enfants de 5 à 7 ans le demandent". Dès 1892, l'Ecole Normale forme des institutrices dans ce but.

En 1920, la Société pédagogique vaudoise exige: pas plus de 30 élèves au primaire et 25 à l'école enfantine! La loi fixe alors le traitement annuel à 3'500 francs pour une institutrice et à 3'000 pour une maîtresse enfantine. Les préjugés sont tenaces: "Petits enfants, petites dames, petits salaires!".

Photo: La classe des petits à l'école des Boveresses, 1906 (Collection du Patrimoine Scolaire Vaudois)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
97,656
5,549
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.