Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Le loup se fait plus présent

21 février 2018
David Glaser
notreHistoire

En 1871, on abattait le dernier loup au Tessin. En 1990, on notait le retour du canidé dans nos vallées. Aujourd'hui, on en compte plus d'une trentaine, certains repérés en Valais ou un autre retrouvé mort dans le canton de Fribourg.

Retour une vingtaine d'années en arrière avec ce reportage sur le stress de voir le loup faire des ravages dans des étables valaisannes. Le canton du Valais, seul, recense aujourd'hui sept loups dont trois qui n'étaient pas répertoriés en 2017.

En Europe, la tendance est à la hausse. Fin 2017, la population était estimée à environ 360 individus, contre 292 en 2016. L'animal vit en meute, au sein de laquelle un seul couple, dominant, se reproduit: fin 2017, on comptait 52 meutes en Europe et entre 3 et 4 en Suisse.

(Collection Sylvie Bazzanella)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • René Gagnaux

    "faire des ravages"... C'est TRÉS exagéré par rapport à la quantité de brebis et autres qui meurent accidentellement, à la suite de chutes dans un ravin ou semblables. Bien sûr que pour un paysan, toute perte est désagréable, car la plupart n'ont pas un revenu bien élevé. Ceci est très prononcé dans le Canton d'Uri, où j'habite: la question de l'acceptance du loup est très controversée, comme aussi celle de l'ours. Mais - pour moi et bien d'autres -, ces animaux ont le droit de vivre, comme tout les autres animaux. Très utile serait de prévoir un dédommagement plus conséquent pour ces "ravages", car le dédomagement actuel n'est pas assez élevé, surtout dans le cas des paysans de montagne.

  • Sylvie Bazzanella

    Et combien de brebis, chèvres, égorgées, éventrées par des chiens errants. De ceci, personne ne parle, il est tellement plus simple d'accuser le loup de tous les maux.

  • notreHistoire

    Bonjour René. C'est vrai que loup fascine et déchaîne même certaines passions... Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il faut quand même que l'animal vive. J'en profite pour remercier Sylvie dont la photo a inspiré ce petit sujet chiffré.

  • Albin Salamin

    Le problème est que le loup ne tue pas uniquement pour se nourrir. Il tue beaucoup sans manger ses proies et c'est là l'un des principaux problèmes. Ces brebis tuées ne servent même pas à nourrir d'autres animaux sauvages.

  • Sylvie Bazzanella

    Le loup, tel le renard, ne rechigne pas devant la facilité... la "surdomestication" du mouton et autres caprins apprivoisés a eu pour effet la perte de leurs qualités de défense. La lutte de l'homme contre le loup est sans fin.

notreHistoire
427 contributions
21 février 2018
493 vues
1 like
5 commentaires
0 galerie
Déjà 18,040 documents associés à 2000-2009
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,135
4,658
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.