Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Tour de Saxon

Tour de Saxon

15 avril 2013
La photographe de la source du Rhône
Claude Kissling

Les ruines du château de Saxon dont la tour, construite en 1279/1280, bien conservée, est très différente de celle de Saillon édifiée en 1261 par Pierre Meinier, architecte en chef du comte de Savoie: ses murs présentent la même épaisseur sur toute la hauteur; il n'y a pas d'escaliers dans l'épaisseur des murs; la proportion des maçonneries est beaucoup moins forte par rapport au vide intérieur. La tour avait cinq étages séparés par des planchers. L'entrée au nord-est, à près de 10 m du sol, donne accès au deuxième étage éclairé par une seule grande archère. Le troisième, pourvu de latrines dans une tourelle en encorbellement, devait être le logement des guets; le quatrième possède une cheminée; le cinquième a disparu avec son crénelage, il devait être recouvert d'un toit conique et muni de galeries extérieures en bois (hourds). La partie inférieure, destinée à contenir les provisions et les munitions, abritait aussi sans doute une citerne. Comme celle de Saillon, cette tour a été construite au moyen de plans inclinés extérieurs; la trace des échafaudages est d'ailleurs encore visible dans les murs, on y accédait par une échelle, ou plus probablement par un pont volant, reposant à l'opposé de la tour sur une chemise extérieure et se rabattant contre la façade.

Le château ancien est qualifié de barnum, soit tour ou maison forte en forme de tour; il est déjà occupé en 1266 par les troupes de Pierre II dans son expédition contre l'évêque de Sion. Mais le comte Philippe décide de construire une nouvelle forteresse dès 1278. II s'agit d'acquérir et de démolir quelques maisons qui recouvraient la «poype» de Saxon. L'année suivante (1279/1280), la tour au sommet de la «poype» est édifiée sous la direction des maîtres maçons Tassin et Gilet, ce dernier provenant du chantier de Saint-Georges d'Espéranche. Quant aux fortifications elles-mêmes, on y travaille encore en 1284/1285. Le château ne joue qu'un rôle secondaire dans les faits de guerre entre la Savoie et l'évêque de Sion. Il est brûlé en 1475, puis démantelé.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Claude Kissling
339 contributions
14 juillet 2021
39 vues
1 like
0 favori
1 commentaire
1 galerie
Déjà 2,122 documents associés à 2010-2019

Galeries:

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,096
6,531
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.