Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Les 100 ans de la Radio romande

Le bâtiment de la radio, érigé en 1934 et conçu par l'architecte Charles Brugger, a toujours été un lieu accueillant pour le public romand, appelé à assister aux émissions publiques de la Radio Romande (avant de devenir la Radio Suisse romande), autrefois connue sous les noms de Radio Lausanne et Radio Genève. Ce temple, installé à l'avenue du même nom, au numéro 40) sera définitivement abandonné par les équipes de la RTS en 2025. La radio rejoindra un nouveau centre de production sur le campus de l'EPFL, dans lequel seront regroupées des activités audio-TV et digitales. Elles accueilleront aussi les rédactions de l'Actualité et le Téléjournal. Notre membre Martine Desarzens, fille du directeur musical Victor Desarzens, autrice de plus de 70 articles sur notreHistoire et à qui on doit la publication de près de 900 documents sur la plateforme écrit à propos du bâtiment de la Sallaz ce texte émouvant et instructif.

"La maison de la Radio Lausanne à la Sallaz, comme l'ancien théâtre municipal, ont été nos deuxièmes maisons. L'intérieur de Radio Lausanne était magnifique. Le bâtiment de la radio érigé en 1934 par l'architecte Charles Brugger, a été inauguré en 1935. Enfants, nous connaissions tous les recoins de ces maisons ; les studios, les loges, les couloirs et les bureaux ; nous avions le droit d'aller partout. Tous les adultes nous connaissaient et ils nous parlaient. Lorsque nous n'avions pas école, mon père nous emmenait aux répétitions à la Radio. Nous nous asseyons dans le studio de répétition, devenu le Studio Victor Desarzens en 1975 et nous écoutions les répétitions. Nous aimions beaucoup la musique et les musiciens.

Dans ce studio, l'OCL donnait également des concerts publics. Il y avait cet immense hall d'accueil avec des fauteuils confortables, immédiatement en entrant sur la droite, nous aimions tellement une fresque du peintre Rodolphe Théophile Bossard qui occupait tout un mur, quelle beauté. Il y avait Monsieur Roviraz, trompette à l'OCL et régisseur, il nous emmenait dans son bureau, nous jouait de la trompette, puis il faisait un petit signe à notre père et nous emmenait au tea-room de la Sallaz pour boire un chocolat chaud. Enfants, nous adorions littéralement Monsieur Roviraz, avec son accent, sa voix basse et surtout sa gentillesse. Radio Lausanne était une ruche ; nous croisions Roger Nordmann, Jack Rollan, le célèbre musicologue Benjamin Romieux, Isabelle Villars si belle, Suzanne Perrsusset si drôle et cultivée, Michel Dénériaz, Emile Gardaz et Henri Jaton. Il y avait Monsieur Julien-François Zbinden, musicien, compositeur avec sa pipe, les techniciens, les musiciens représentaient pour nous enfants une grande famille.

Nous nous promenions tout doucement dans les étages, près des studios d'enregistrements vitrés, nous observions silencieusement et surtout nous connaissions la consigne de « la lumière rouge allumée » au-dessus de la porte, ce qui voulait dire ; Interdit d'entrer, enregistrement en cours..."

Pour lire la suite de ce vibrant hommage à la Maison de la Radio romande, cliquez sur ce lien.

Si vous avez des souvenirs de votre passage à la RTS Radio à la Sallaz, publiez votre document sur notreHistoire.ch et ajoutez-le dans cette galerie.

Plein d'ondes les plus positives David Glaser, web éditeur et responsable de notreHistoire.ch

Photo des antennes des émetteurs de Sottens (Pierre Auguste Chappuis Philippe Chappuis)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,113
6,532
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.