Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

A la mine!

Le sel, ce petit plaisir qui ravit les papilles, qui titille nos estomacs parfois chahutés par l'acidité. Cet élément chimique tellement important qu'il met de l'huile dans les rouages de certaines industries, celles qui fabriquent le plastique ou encore les pharmas par exemple. Cette poudre magique, ces cristaux blancs nous accompagnent, en satanés partenaires de nos fritures, de nos mixtures du vendredi soir (Margarita...), de nos conservations en tous genres... Ce produit a voyagé à travers l’Europe, de l’Antiquité au début du XXe siècle. Chez nous, il était plutôt rare, d’où l’importance de posséder des ressources en sel importantes comme celles extraites des mines de Bex ou de Bâle.

Visite de la Saline de Bex
Visite de la Saline de Bex

Il y a 200 millions d’année, la mer recouvrait la Suisse. Mais la mer s’est retirée et le sel s’est déposé sur le sol, ce n'est pas une légende, c'est de la géologie. Ce retrait... un phénomène naturel constituée d'ingrédients connus scientifiquement, il y a eu des traces. Ce n’est qu’au XVIe siècle que des sources salées ont été découvertes à Salin-sur-Ollon. Et ce par les Bernois qui occupaient la région d’Aigle et de Bex, "les chèvres venaient s’approvisionner en eau salée" explique Nicolas, le guide des Mines et Salines de Bex (on dit aujourd'hui "Sel des Alpes", car la compagnie s'est réunie avec ses partenaires producteurs de sel ailleurs en Suisse), le gouverneur d’Aigle, Nicolas de Graffenried découvrit et installa son entreprise d'extraction des mines de sel de Panex, avec une concession pour gérer les mines de sel pendant dix ans, avant de céder la gestion à son fils.

Une des composantes vitales du sel est l’iode, ajouté en Suisse dès 1922 par le Docteur Eggenberger (j'ai ajouté cette information après avoir lu les précisions du membre de notreHistoire Philippe Chappuis) pour lutter contre le crétinisme endémique en Suisse (les personnes qui en souffraient présentaient des troubles du développement à cause d'une carence en iode). L'iode enrichissant le sel servait aussi à soigner le bétail. Mais le sel n’a pas seulement servi pour des raisons médicales, il devait aussi être ajouté aux offrandes alimentaires, selon l’Ancien Testament, voire servir pour les rituels magiques, les exorcismes… Il fallait "pimenter" la connexion avec l'au-delà.

Mineurs de Bex
Mineurs de Bex

En ce mercredi de congé, je me suis engouffré dans les sous-sols mystérieux d’une carrière saline unique en Suisse, dans cette carrière saline gigantesque situé sur les hauteurs de Bex. Parler de s’engouffrer est un rien exagéré, on est quand même à plus de 500 mètres d’altitude quand on parque l’automobile.

Encore un peu d'histoire, en quelques chiffres et infos, le sel de Bex est extrait des 50 kms de galeries par l’entreprise Mines et salines de Bex/Sel des Alpes, ça vous savez. Avant 2002, le canton de Vaud en était l’actionnaire à hauteur de la moitié des actions, le saviez-vous? Une entreprise de service public en somme.

Flashback. AU XVIIIe siècle, une quinzaine d’employés font fonctionner la petite entreprise, puis plus de 300 au début du XIXe. Il y a eu une croissance phénoménale en moins d'un siècle. Vers 1860, les techniques de dessalaison sont plus pointues, les métiers se développent. Les quelques ouvriers-mineurs et ingénieurs procèdent à un salinage par thermocompression. Succès, la technique n'est pas complètement différente en 2020, l’entreprise compte une cinquantaine d’employés dont trois mineurs... Magie de l'automatisation.

L’eau salée de Bex alimentait les bains de Lavey et les entreprises chimiques de la région de Monthey jusqu’au début des années 2000. Les eaux salées de Bex avaient servi à remplir les bassins d’un hôtel de Bex spécialisé dans la thalasso.

Un hôtel incendié en 1981
Un hôtel incendié en 1981

Dès le début de la visite, Nicolas nous emmène dans un environnement fascinant, où les traces du passé sont partout. Des affiches notamment. On prend le petit train à la Indiana Jones (photo du haut) pour s'enfoncer dans les galeries, à la découverte du matériel utilisé pour extraire le sel, des longues tiges en métal colorées afin de collecter "la carotte" (une pierre de sel) aux tuyaux de bois servant au transport de la saumure, cette eau hyper salée, récupérée ensuite dans des bacs pour y être dessechée et in fine matérialiser le sel (ces tuyaux de bois ont ensuite été remplacés par du cuivre moins résistant à cause de la corrosion). L'équipement du parfait mineur de la saline n'était pas si éloigné du mineur de charbon.

Lampes d'un ancien temps pour équiper les mineurs
Lampes d'un ancien temps pour équiper les mineurs

La visite se termine par un petit tour de train, "Junior, sors moi de là, je suis claustro), une déambulation dans ces galeries qui constituent depuis trois siècles un patrimoine géologique et industrielle très précieux en Romandie, ne disions pas à une époque que le sel était plus cher que l'or?

Pour plus de renseignements sur la saline de Bex, nos confrères du Temps ont produit ce long article très bien documenté, bonne lecture.

David Glaser

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Philippe Chappuis

    Vous dites que la composante vitale du sel est l'iode, et je ne sais pas comment comprendre votre phrase. Si l'on analyse le sel des mines de Bex (cf Pierre Perroud in Société genevoise de minéralogie, athena.unige.ch/athena/perroud...) on ne trouve pas trace de iode. L'iode a été introduit dans le sel en Suisse en 1922 par le Dr Eggenberger, médecin -chef à l'Hôpital de Herisau pour lutter contre le crétinisme endémique associé à la présence d 'un goître. Il a constaté que la taille des goîtres avait fortement diminué en l'espace de 1 an. Sur cette base, le sel étant d'utilisation largement répandue, du iode y a été ajouté en collaboration avec les Salines suisses avec un succès évident sur l'incidence du crétinisme.... (voir article de l'OFSP eek.admin.ch/dam/eek/fr/dokume...). Il est cependant tout à fait juste d'affirmer que le monde vivant, depuis les organismes unicellulaires les plus simples, n'aurait pas pu survivre et évoluer sans la présence de nombreux sels minéraux dont le sel ! J'ai envie d'ajouter encore cela, qui me paraît important pour éviter la confusion. Il serait utile de distinguer la physiologie du sel chez les êtres vivants et chez l'homme, la sociologie du sel (les moeurs) et enfin le commerce du sel. Ce que vous appelez découverte des sources salées appartient au dernier groupe, c'est la découverte par les Bernois d'une exploitation possible. Dans les ressources multimédia de l'INRAP (Institut National de recherches archéologiques préventives), ce dossier m'a semblé intéressant et instructif, survol historique et préhistorique de l'archéologie du sel: inrap.fr/dossiers/Archeologie-...

    • notreHistoire

      Bonjour cher Philippe, je viens de lire votre commentaire très étayé et je vous en remercie. Je vais faire les rectifications à mon texte après avoir passé un peu de temps sur les liens que vous me donnez. Merci, c'est du coup un travail collaboratif, j'en suis ravi. Bien à vous, David Glaser, responsable de notreHistoire.ch

    • notreHistoire

      Cher Philippe, j'ai donc apporté cette précision importante concernant l'ajout de l'iode dans le sel suisse. En effet, il me paraît important de raconter pourquoi le sel iodé a eu un rôle majeur dans la gestion de cette maladie que fut le crétinisme goitreux. Merci encore. David

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
98,930
5,691
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.