00:00:00
00:26:18

L. van BEETHOVEN, Symphonie No 1, GOSWF, Paul KLETZKI

1962
Concert Hall / MMS
René Gagnaux

Pour une courte présentation de la symphonie No 1 de Beethoven, aller sur cette page, avec l'enregistrement d'Ernest Ansermet dirigeant l'Orchestre de la Suisse Romande.

Voici ce qu'écrivit Hector Berlioz sur cette symphonie dans son ouvrage «À travers chants» publié en 1862:

"[...] Cette oeuvre, par sa forme, par son style mélodique, par sa sobriété harmonique et son instrumentation, se distingue tout à fait des autres compositions de Beethoven qui lui ont succédé. L'auteur, en l'écrivant, est évidemment resté sous l'empire des idées de Mozart, qu'il a agrandies quelquefois, et partout ingénieusement imitées. Dans la première et la seconde partie, pourtant, on voit poindre de temps en temps quelques rhythmes dont l'auteur de Don Juan a fait usage, il est vrai, mais fort rarement et d'une façon beaucoup moins saillante.

Le premier allegro a pour thème une phrase de six mesures, qui, sans avoir rien de bien caractérisé en soi, devient ensuite intéressante par l'art avec lequel elle est traitée. Une mélodie épisodique lui succède, d'un style peu distingué; et, au moyen d'une demi-cadence répétée trois ou quatre fois, nous arrivons à un dessin d'instruments à vent en imitations à la quarte, qu'on est d'autant plus étonné de trouver là, qu'il avait été employé souvent déjà dans plusieurs ouvertures d'opéras français.

L'andante contient un accompagnement de timbales piano qui paraît aujourd'hui quelque chose de fort ordinaire, mais où il faut reconnaître cependant le prélude des effets saisissants que Beethoven a produits plus tard, à l'aide de cet instrument peu ou mal employé en général par ses prédécesseurs. Ce morceau est plein de charme, le thème en est gracieux et se prête bien aux développements fugués, au moyen desquels l'auteur a su en tirer un parti si ingénieux et si piquant.

Le scherzo est le premier né de cette famille de charmants badinages (scherzi) dont Beethoven a inventé la forme, déterminé le mouvement, et qu'il a substitués presque dans toutes ses oeuvres instrumentales au menuet de Mozart et de Haydn dont le mouvement est moins rapide du double et le caractère tout différent. Celui-ci est d'une fraîcheur, d'une agilité et d'une grâce exquises. C'est la seule véritable nouveauté de cette symphonie, où l'idée poétique, si grande et si riche dans la plupart des oeuvres qui ont suivi celle-ci, manque tout à fait. C'est de la musique admirablement faite, claire, vive, mais peu accentuée, froide, et quelquefois mesquine, comme dans le rondo final, par exemple, véritable enfantillage musical; en un mot, ce n'est pas là Beethoven. Nous allons le trouver. [...]"

Recto de la pochette du disque MMS-219, illustrée par M.P. Zwolinski

Paul KLETZKI a enregistré quelques disques pour Concert Hall, dont ce disque 25 cm (10") MMS-219 avec la symphonie No 1 de Beethoven. Il dirige ici un orchestre nommé sur le disque «Symphony Orchestra of the Südwestfunk Baden-Baden»: il s'agit du «SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg» - à l'époque de cet enregistrement, il s'appelait «Großes Orchester des Südwestfunks» soit le «Grand Orchestre de la Südwestfunk» (SWF), dont Hans ROSBAUD a été le chef titulaire jusqu'à son décès, en 1962. Un orchestre très réputé, aujourd'hui hélas disparu, ayant du fusionner avec l'Orchestre symphonique de la radio de Stuttgart sous le nom de «SWR Sinfonieorchester».

Étiquette recto du disque MMS-219

D'après la discographie de Michael GRAY, l'enregistrement de ce disque date de 1962. Il fut ensuite réédité sur le disque - resp. dans le coffret - MMS-2213, qui est aussi paru comme SMS-2213, donc - à priori - en stéréo: je ne connais toutefois pas la qualité de cette stéréo (le MMS-219 semble être également paru en version stéréo). Il pourrait s'agir d'une fausse stéréo - produite électroniquement - car il me semble qu'à cette époque la SWF n'enregistrait pas encore en stéréo, ou seulement expérimentalement: si une personne visitant cette page devait en savoir plus, toutes informations m'intéressent!

Paul Kletzki et Dietrich Fischer-Dieskau écoutant un enregistrement qu'ils viennent de faire ensemble, env. 1960

Pour Concert-Hall, Paul Kletzki a encore enregistré trois autres symphonies de Beethoven: la symphonie No 3 - première parution sur MMS-2275 -, la symphonie No 5 - première parution sur MMS-2313 -, les deux avec l'Orchestre de la Südwestfunk, et la symphonie No 6 - première parution sur MMS-2239 - avec l'Orchestre National de la Radiodiffusion Française.

L' eenregistrement que vous écoutez...

Ludwig van Beethoven, Symphonie No 1 en do majeur, op. 21, Grosses Orchester des Südwestfunks Baden-Baden, Paul Kletzki, 1962

1. Adagio molto - Allegro con brio 09:39 (-> 09:39)

2. Andante cantabile con moto 06:44 (-> 16:23)

3. Menuetto. Allegro molto e vivace 03:56 (-> 20:19)

4. Finale. Adagio - Allegro molto e vivace 05:58 (-> 26:17)

Provenance: MMS-219. Restauration du disque: René Gagnaux

Verso de la pochette du disque MMS-219

Étiquette verso du disque MMS-219

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,744 contributions
29 mai 2018
344 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
00:26:18
Déjà 9,273 documents associés à 1960 - 1969

Galeries: