Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Le panorama de la bataille de Morat revit à Plainpalais

25 novembre 2019

La rotonde exposant le panorama de la Bataille de Morat à Genève de 1899 à 1905 (photo tirée de Das Panorama der Murtenschlacht/Le pamorama de la bataille de Morat).

La bataille de Morat a eu lieu en 1476, notreHistoire en a parlé à plusieurs reprises grâce à la présence de documents publiés par ses membres Marcel Morel et René Briol entre autres. Pendant une vingtaine de jours, la plaine de Plainpalais va s'animer autour de cette fameuse bataille et les associations genevoises sont appelées à se mobiliser pour soutenir l'exposition itinérante du Panorama de Morat.

Parti de Morges en avril 2019 (voir reportage RTS - Couleurs locales du 23 avril 2019), un conteneur, dont les parois extérieures représentent des extraits du panorama, a été lancé par l’Association des Amis du Panorama de Morat (AAPM), constituée le 25 février 2015.

Le conteneur de la Tournée suisse de l'Exposition itinérante du Panorama de Morat. Il sera installé du 8 au 28 novembre à Plainpalais.

A l’intérieur, le public pourra découvrir une copie de La fuite de Charles Le Téméraire par le peintre de Moudon, Eugène Burnand.

notrehistoirech.s3.amazonaws.c...

Ce conteneur sillonne la Suisse, avec des étapes à Grandson, Gruyères, Fribourg, Morat, Sempach, Schwyz, Thoune, Payerne, Soleure, Fribourg et Genève, afin de sensibiliser le public sur la nécessité de donner à cette œuvre magistrale, à la fois artistique et historique, un lieu permanent d’exposition. Du 8 au 28 novembre 2019 (inauguration le 7, à 11h30), il fera étape à Plainpalais.

La flèche noire indique l'endroit où le conteneur sera installé du 8 au 28 novembre 2019.

Responsables de l'Etape genevoise, Les Salons du Général Dufour, ont divisé les 21 jours d'hébergement en modules d'une demi-journée (09h00-13h30 ou 13h30-18h00), qu'ils mettent à disposition des associations soutenant l'AAPM (voir liste des Soutiens) pour faire la promotion de leurs activités, tout en allant au devant des questions du public sur ce panorama de la Bataille de Morat (1476) et le but de la tournée suisse; une manière originale d'appréhender l'Histoire sous 42 angles différents (voir l'Agenda en ligne).

Par ailleurs, en marge de l'événement, le public est invité à assister à trois conférences (voir programme). Réservations auprès des Salons du Général Dufour.

Pour rappel, le panorama (ici expliqué par Laurence Madeline, commissaire de l'exposition "J'aime les panoramas", Musée Rath 2015), est une oeuvre artistique inventée en 1787 par le peintre écossais Robert Barker. Vaste tableau circulaire peint, il représentait à l’époque une vue de la ville dans laquelle il était exposé ou un haut fait d’armes (voir aussi "La petite histoire des panoramas", de Claude Lambolet, Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, 2007).

L’américain Robert Fulton rachète l’invention et dépose en 1799 un brevet d’une rotonde circulaire au milieu de laquelle se tient le spectateur.

Vers la fin du XIXe siècle, le panorama est très en vogue. La Commune de Plainpalais en abritera 3 entre 1881 et 1909.

• de 1881 à 1889, Le Panorama des Bourbaki (1881), œuvre du peintre genevois Edouard Castres (1838-1902) représentant l’internement, aux Verrières, lors de la guerre franco-prussienne de 1870, des 87'000 hommes de l’Armée de l’Est du général Bourbaki.

• En 1896, lors de l’Exposition Nationale (voir le reportage de la RTS), Le Panorama des Alpes Bernoises (1891), des peintres Auguste Baud-Bovy (1848-1899), Etienne Burnand (1850-1921) et Francis Furet (1842-1919), exposé à la Jonction. Il finira au fond de la mer, emporté par une tempête près de Dublin, au retour d’une exposition dans cette ville.

• Enfin, de 1899 à 1905, Le Panorama de Morat (1893), du peintre allemand Louis Braun (1836-1916), qui séjournera près de la rue actuelle du Diorama. vaste peinture de 1'000 m2 (100 m de long par 10 m de haut), propriété de la Fondation pour le Panorama de Morat. Il a été restauré pour « Expo 02 » où le public a pu l’admirer dans le monolithe de Jean Nouvel, au large de Morat.

Le panorama pèse une tonne et demi. Il demande aussi beaucoup de méticulosité de la part des restaurateurs.

C’est aujourd’hui l’un des 15 plus anciens panoramas au monde et, hélas, le seul à n’être pas exposé. Depuis 2002, les 3 cylindres de 500 kilos chacun qui composent le Panorama de Morat somnolent dans un dépôt de l'armée.

Le 550e anniversaire de la Bataille de Morat, le 22 juin 2026, approchant à grands pas, les membres de l’AAPM s’activent avec énergie pour soutenir la fondation propriétaire dans sa quête d’un bâtiment approprié permettant au public de contempler cette partie d’histoire qui a façonné la Suisse Romande actuelle (voir film - une coproduction SSR)

Le mensuel romand d’histoire et d’archéologie, Passé Simple y a consacré un numéro très complet (voir dossier).

Les Panoramas actuellement ouverts au public en Suisse:

• Le Panorama des Bourbaki (le plus grand), cité plus haut, à Lucerne

• Le Panorama de Thoune (1814, actuellement le plus vieux du monde), du peintre Marquard Wocher (1760-1830), qui représente une vue de la ville

• Le Panorama de la Crucifixion du Christ (1961), des peintres viennois Hans Wulz (1909-1985) et Josef Fastl (1929-2008). Cette oeuvre, repeinte d’après l’original de 1893, détruit par les flammes en 1960, des peintres Karl Hubert Frosch (1846-1931), Joseph Krieger (1848-1914) et William Robinson Leigh (1866-1955), se trouve à Einsiedeln.

Pour découvrir notre galerie consacrée à la bataille de Morat et à ses représentations, allez sur ce lien.

Bourgeois de Morat et Musique de Genève:

Peinture de Karl Jauslin (1842-1904) montrant le contingent de Musique envoyé par Genève en 1876 au défilé du 400ème anniversaire de la Bataille de Morat.

Source: Collection arts visuels de la ville de Bienne (Suisse) avec l'aimable autorisation de Mme Hannah Külling, adjointe administrative des Arts visuels.

Le tilleul de la bataille de Morat en 1923 à Fribourg, collection particulière Nelly et Marcel Morel. La légende prétend que le messager envoyé de Morat pour annoncer la nouvelle de la défaite du duc de Bourgogne aux Fribourgeois serait mort d'épuisement devant l'Hôtel de ville, une branche de tilleul à la main, après une course de 17 km. C'est l'origine de la Course Morat-Fribourg .

Lors de l'inauguration de l'étape genevoise de l'Exposition itinérante de l'Association des Amis du Panorama de Morat 1476, destinée à sensibiliser le public sur la nécessité de trouver rapidement, avant la commémoration du 550ème anniversaire de la Bataille de Morat, un endroit fixe d'exposition pour ce panorama (l'un des 15 plus anciens du monde). Maurice Michon du Caméra Club de Genève a filmé les différents intervenants.

Roselyne Crausaz, conseillère d'Etat honoraire (Fribourg) notrehistoire.ch/entries/gVB0g...

Frédéric Sardet, directeur de la Bibliothèque de la ville de Genève notrehistoire.ch/entries/ZnYJK...

Marc Studer, président de la Fondation pour la Conservation de la Maison du Général Guillaume-Henri Dufour, organisateur de l'opération. notrehistoire.ch/entries/y9Ylg...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
96,784
5,408
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.