Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:30:38

Michel CORBOZ et l'Ensemble Vocal de Lausanne, “Missa ad usum Cappellae Pontificale” d'Alessandro SCARLATTI

28 juin 1965
Erato - resp. The Musical Heritage Society - pour audio et photos, René Gagnaux - resp. sources mentionnées - pour le texte
Erato - resp. The Musical Heritage Society - pour audio et photos, René Gagnaux - resp. sources mentionnées - pour le texte

« L'oeuvre tant vocale qu'instrumentale d'Alessandro Scarlatti est immense: on recense plus de cent opéras italiens, quelque huit cents cantates, des madrigaux et des sérénades pour voix et instruments, des sinfonie, des concerti grossi, des sonates, des pièces pour orgue et pour clavecin et, dans le domaine de la musique religieuse, un grand nombre d'oratorios et de cantates sacrées, une Passion, douze messes et plus de cent motets.

Les douze messes de Scarlatti répondent à deux styles opposés et bien distincts: le style „moderno“, c'est-à-dire concertant avec solistes, choeur et orchestre, et le style antico, dit „alla Palestrina“, conçu selon la tradition polyphonique sévère.

Vraisemblablement ébauchée dès 1710 et dédiée par Alessandro au pape Innocent XIII en 1721, la Missa ad usum Cappellae pontificiae ressortit au style ancien: écrite pour quatre voix a cappella, elle se tourne résolument vers une écriture archaïsante et rigoureuse et respecte les règles du passé. On retiendra que le Kyrie, le Gloria et le Sanctus s'ouvrent sur le même motif. Quelques mélismes ou courtes vocalises viennent çà et là détendre le climat d'austérité de l'oeuvre, contrastant avec de graves passages homophoniques („Pleni sunt caeli“ du Sanctus, par exemple). Si le Benedictus est chanté par deux voix, soprano et ténor, l' Agnus Dei est construit sur deux motifs entrant simultanément et se partageant en deux voix, le soprano et le ténor d'un côté, l'alto et la basse de l'autre. L'intéressant dessin canonique qui traverse le second Agnus Dei témoigne enfin que Scarlatti fut un très grand maître du contrepoint et un compositeur extrêment „savant“ dans le meilleur sens du terme. Ce qui lui manque actuellement c'est une véritable „re-naissance“ de son oeuvre restée en partie manuscrite ou inédite. » Adélaïde de Place, cité de ses notes publiés lors de la réédition de ces enregistrements en 2003 chez Apex (Warner Music Group).

C'est en 1965 à Lausanne, du 28 au 30 juin dans l'Église Notre Dame du Valentin, que Michel CORBOZ enregistra ce disque avec l'Ensemble Vocal de Lausanne (EVL) - qu'il avait fondé 4 ans auparavant et et dont il fut le chef titulaire pendant plus de cinquante ans. Motets et messe furent publiés peu après chez Erato (LDE 3387 - mono - et STE 50287 - stéréo). Pour cette restauration fut utilisé un exemplaire de la réédition sur le 33 tours MHS 721 du label „The Musical Heritage Society Inc.“.

L'enregistrement que vous écoutez...

Alessandro Scarlatti, „Missa ad usum Cappellae Pontificale“, Ensemble Vocal de Lausanne, Michel Corboz, 28 au 30 juin 1965, Église Notre Dame du Valentin, Lausanne

  1. Kyrie 05:17 (-> 05:17)
  2. Gloria 07:11 (-> 12:28)
  3. Credo 09:04 (-> 21:32)
  4. Sanctus 02:03 (-> 23:35)
  5. Benedictus 01:47 (-> 25:22)
  6. Agnus Dei 05:15 (-> 30:37)

Provenance: „The Musical Heritage Society Inc.“ MHS 721

notrehistoire.imgix.net/photos...

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,588 contributions
22 septembre 2021
35 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
2 galeries
00:30:38
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,317
6,481
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.