Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Igor MARKEVITCH, le chef d'orchestre - Émissions RTSR

Igor MARKEVITCH, le chef d'orchestre - Émissions RTSR

RSR resp. RTSR
René Gagnaux

Igor Markevitch, juin 1948, Paris, © Boris Lipnitzki/Roger-Viollet, ParisEnImages

En 1983, à l'occasion d'une exposition dans le Château de Chillon célébrant le centenaire de la naissance d'Igor Markevitch (1912-1983), Jean-François MONNARD présenta le compositeur et le chef d'orchestre sous ses différentes facettes, un portrait fait à travers des documents d'archives, lettres, manuscrits et extraits d'enregistrements. Ces entretiens furent menés par Jean-Luc RIEDER dans cinq volets de son émission «Musique en mémoire», à l'époque diffusée du lundi au vendredi sur Espace 2. Cette émission s'est terminée le 28 août 2016, mais ses divers épisodes sont disponibles pour écoute en ligne dans les archives de la Radio Télévision Suisse Romande.

Dans les deux premiers volets fut présenté le compositeur. En 1930 - un an après son premier concert à Londres, comme pianiste avec la première audition de son concerto pour piano sous la direction de Roger Désormière -, Igor Markevitch fait ses débuts de chef d'orchestre à la tête du Concertgebouw d'Amsterdam; l'année suivante, il dirige une suite d'une autre de ses oeuvres très en avance sur son temps, le ballet «Rebus». En 1938, en Belgique, il enregistre pour HMV ses premiers disques avec «L'Envol d'Icare» et «Le Nouvel Âge», qu'il appelle une symphonie concertante pour orchestre, tous deux des entreprises audacieuses tant les partitions sont exigeantes.

À la fin de la guerre - qu'il passa dans la résistance en Italie -, lorsqu'il est invité à prendre en main la vie musicale de Florence, Igor Markevitch s'impose comme un chef brillant et exigeant qui dirige un éventail très large d'oeuvres orchestrales et d'opéras - ses prestations au Mai Musical, notamment, ont un succès phénoménal. "[...] Voyant la partition avec ses yeux de compositeur, il exige une absolue fidélité au texte et devient bientôt célèbre en Europe puis aux États-Unis pour la discipline, le travail de détail et la clarté qu'il met dans ses interprétations. Celles-ci se caractérisent en outre - en particulier dans le répertoire russe et français de nature descriptive - par une grande énergie rythmique et des couleurs étincelantes. On relève par ailleurs une objectivité et un détachement relatif dans sa manière de diriger bien des symphonies où il ne permet généralement pas aux musiciens, ni à lui-même, de céder aux sirènes de l'émotion s'agissant des tempi, du phrasé et de la sonorité. [...]".

C'est le début d'une vie de chef d'orchestre hyperactif, dans le sens positif du terme... En 1949, après avoir retenu l'attention de Walter Legge, Igor Markevitch commence de travailler avec l'Orchestre Philharmonia et fait plusieurs enregistrements pour EMI: cette collaboration fructueuse avec ce label durera plusieurs années et donnera lieu à de nombreux splendides enregistrements. Pour la suite, écouter Jean-François Monnard...

C'est grâce à la générosité de la...

... que nous pouvons écouter - en ligne - le troisème volet de «Igor Markevitch, compositeur et chef d'orchestre» diffusé dans le cadre de l'émission de Jean-Luc RIEDER «Musique en mémoire» du 29 août 2012:

Igor Markevitch, Paris, juin 1948, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, site ParisEnImages

CLIQUER sur la photo ci-dessus ouvre une nouvelle fenêtre sur la page correspondante des archives de la RTSR avec ce premier volet. Si vous désirez (ré)écouter directement un passage donné de l'émission, cliquer sur l'un des minutages donnés ci-dessous en début de ligne, ce qui ouvre une nouvelle fenêtre sur la page correspondante des archives de la RTSR avec l'audio démarrant automatiquement à ce minutage (il arrive que l'audio ne démarre pas automatiquement: cliquer alors sur la flèche-pictogramme à gauche de la barre temps)

Les minutages avec les liens directs:

Troisième volet: Le chef d'orchestre, 1ère partie

( 00:19 ) Igor Markevitch sur le début de sa carrière de chef d'orchestre

( 01:00 ) Jean-François Monnard, années de guerre et d'après-guerre en Italie, Mai musical Florence, Philharmonia Londres, 1951 en Allemagne, 1952 à Berlin, 1953 premiers enregistrements avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin

( 06:29 ) Wolfgang Amadeus Mozart, 1er mouvement de la Symphonie No 34, Orchestre Philharmonique de Berlin, 1954

( 14:43 ) Septembre 1954, dirige pour la première fois à Montreux; 1955, début avec l'Orchestre de Montréal, puis ceux de Boston, Ravinia, Philadelphie, La Havanne et autres; 1957, succède à Jean Martinon à la tête de l'Orchestre Lamoureux

( 19:01 ) Hector Berlioz, 2e mouvement de la Symphonie Fantastique, Orchestre Lamoureux, janvier 1961

( 25:49 ) extrait de la Damnation de Faust

( 31:52 ) 1961, quitte l'Orchestre Lamoureux

( 34:40 ) Claude Debussy, 2e mouvement de La Mer, Orchestre Lamoureux

( 44:57 ) Septembre Musical de Montreux 1966, extrait de la 2e suite de Daphnis et Chloë de Maurice Ravel, Choeur et Orchestre de la Philharmonie de Prague

Quatrième volet: Le chef d'orchestre, 2e partie

Igor Markevitch, Paris, juin 1948, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, site ParisEnImages

CLIQUER sur la photo... etc., comme expliqué un peu plus haut

Les minutages avec les liens directs:

( 00:22 ) Jean-François Monnard, Monte-Carlo, 1967-1972

( 02:33 ) Extrait du Train Bleu de Darius Milhaud, Orchestre de Monte-Carlo

( 08:47 ) Sur le Russe déraciné

( 14:25 ) Michail Glinka, extrait de la Vie pour le tsar, Boris Christoff, Orchestre Lamoureux

( 24:20 ) Sur la musique symphonique

( 25:54 ) Début de la symphonie No 6 de Peter Tschaikowski, Philarmonie de Berlin

Cinquième volet: Le chef d'orchestre, 3e partie

Igor Markevitch, Paris, octobre 1957, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, site ParisEnImages

CLIQUER sur la photo... etc., comme expliqué un peu plus haut

Les minutages avec les liens directs:

( 00:22 ) Jean-François Monnard, analyse du chef d'orchestre

( 07:23 ) Igor Markevitch sur ses cours de direction; journaliste: Henri Jaton, 1963

( 09:31 ) Jean-François Monnard, analyse du chef d'orchestre

( 12:01 ) Igor Markevitch, ce que doit être un chef d'orchestre; journaliste: Jacques Beaufort, 1981

( 14:16 ) Jean-François Monnard, analyse du chef d'orchestre

( 18:53 ) Extraits d'enregistrements du Sacre du Printemps: Philharmonia, 1951

( 27:06 ) Igor Markevitch, sur son répertoire - être éclectique, la technique du bras; journaliste: Henri Jaton, 8 juin 1974

( 30:27 ) Extraits d'enregistrements du Sacre du Printemps: OSR, 1982, son dernier concert avec l'OSR: Danse sacrale

( 37:17 ) Igor Markevitch, sur les orchestres, sur l'OSR; journaliste: André Savoie, 1950

( 39:12 ) Extraits de l'Histoire du Soldat, OSR, 1962, Septembre Musical, Philips

( 44:17 ) Jean-François Monnard, sur l'écrivain

L'émission se termine sur le début de l'ouverture de Coriolan, Orchestre Lamoureux.

Dans les 2e et 3e volets du tryptique «Les trois vies d'Igor Markevitch», diffusé dans le cadre de son émission «Quai des Orfèvres» (pour le 1er volet, voir cette page), Catherine BUSER présenta également le chef d'orchestre Igor Markevitch:

Igor Markevitch, juin 1948, Paris, © Boris Lipnitzki/Roger-Viollet, ParisEnImages

CLIQUER sur la photo... etc., comme expliqué un peu plus haut

Les minutages avec les liens directs:

( 00:56 ) Peter Tschaikowski, 1812, Ouverture pour orchestre, Amsterdam Concertgebouw Orkest, 1965

( 18:06 ) Peter Tschaikowski, Finale (Adagio lamentoso - Andante) de la Symphonie no 6 en si mineur, London Symphony Orchestra, 1962, Philips

( 30:39 ) Béla Bartok, Concerto pour piano et orchestre no 3, Annie Fischer, London Symphony Orchestra, 1955

( 56:33 ) Modest Mussorgski, Mélodies pour soprano et piano, transcription d'Igor Markevich pour soprano et orchestre, Galina Vishnevskaya, Russian State Orchestra, 1962, Philips

La pie, Strekotum'ya beloboka; Sur le Dniepr, Pesn' Yaremï Na Dnepre; Berceuse pour soprano et piano, Kolïbel' naya pesnya; Nuit, N och'; Où es-tu petite étoile?, Gdetï, zvezdochka?; Garnement, Ozornik

Ce volet se termine avec quelques minutes du début de la 2e partie du Sacre du printemps, London Philharmonia Orchestra

Troisième volet:

Igor Markevitch, Paris, octobre 1957, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, site ParisEnImages

CLIQUER sur la photo... etc., comme expliqué un peu plus haut

Les minutages avec les liens directs:

( 01:00 ) Ludwig van Beethoven, Ouverture d'Egmont, Op. 84, Orchestre de la Suisse Romande, Igor Markevich, 1967, Victoria-Hall, Genève

( 11:38 ) Ludwig van Beethoven, 1er mouvement «Éveil d'impressions agréables en arrivant à la campagne (Allegro ma non troppo)» de la Symphonie n°6, Orchestre Colonne DG

( 24:20 ) Manuel de Falla, Noches en los jardines de España, Nuits dans les jardins d'Espagne, Clara Haskil, Orchestre des Concerts Lamoureux, 1960, Philips 1. En el Generalife (Allegretto tranquillo e misterioso), 2. Danza lejana (Allegretto giusto), 3. En los jardines de la Sierra de Córdoba (Vivo)

( 48:00 ) Sergei Prokofjew, Sonate pour piano no 3 en la mineur, Nikita Magaloff, septembre 1988, Disques Montaigne

( 56:41 ) Darius Milhaud, texte de Jean Cocteau, Le Train bleu, ballet en 1 acte, Orchestre National de Monte Carlo, Adès Introduction - Choeur des poules et des gigolos - Entré de Beau-Gosse - Entrée de Perlouse - Rentrée de Beau-Gosse - Choeur des poules et des gigolos (Farce des cabine et scène de l'avion) - Choeur des poules et des gigolos - Fugue de l'engueulade

( 1:21:41 ) Alexander Borodin, début des Danses polovtsiennes du Prince Igor, Chor der Sankt-Hedwigs-Kathedrale Berlin, Orchestre National

Afin de donner un meilleur aperçu de la vaste oeuvre d'Igor Markevitch, Catherine BUSER compléta un peu plus tard son tryptique «Les trois vies d'Igor Markevitch» par un quatrième volet, pour en faire une tétralogie - compositeur, chef d'orchestre, écrivain et pédagogue - présentée par la Radio Télévision Suisse Romande sur la page de leur site LES QUATRE VIES D'IGOR MARKEVITCH.

Ce quatrième volet:

Igor Markevitch, © Roger-Violet et Boris Liptnitzi, site ParisEnImages

CLIQUER sur la photo... etc., comme expliqué un peu plus haut

Les minutages avec les liens directs:

( 00:44 ) Gioacchino Rossini, Ouverture de «L'Échelle de soie», Orchestre National

( 08:31 ) Igor Markevitch sur son amour de la Russie et de sa musique, plus particulièrement Glinka

( 14:03 ) Michail Glinka, Ouverture de l'opéra «Une vie pour le Tsar», Orchestre Lamoureux, 1957

( 23:58 ) Henri Sauguet, «La Chatte», ballet, Orchestre National de Monte Carlo Ouverture - Jeux des garçons - Invocation à Aphrodite - Métamorphose - Danse de la Chatte - Adagio - Retour des garçons - Scherzo - Hymne final

( 47:12 ) «Maestoso» du Concerto pour piano et orchestre no 1 en ré mineur de Johannes Brahms, Claudio Arrau, Orchestre National, 25 septembre 1958, Salle du Pavillon de Montreux

( 1:11:20 ) Franz Schubert, 2e des Quatre Impromptus pour piano, D 899, Dinu Lipatti, 1950

( 1:16:55 ) Début de la Symphonie de psaumes pour choeur et orchestre d'Igor Strawinski, Choeurs de Radio France, Orchestre National, 1967

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,150
4,660
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.