Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

La montagne et l'enfant Repérage

Alpes suisses et Himalaya du Népal
Marcel Maurice Demont
Marcel Maurice Demont

Toute la vie est le reflet des feux allumés par la jeunesse sur ses premières cimes

1945

Lourtier, Haut Val de Bagnes.

Au second plan, de gauche à droite, René Fellay, porteur de montagne, son épouse Noëlly, ma grand-mère Anna Fellay et sa fille Germaine Fellay, aide gardienne de cabane à Panossière en soutien de son père Henri Fellay, gardien en titre.

Au premier plan, le petit-fils et neveu, Marcel Maurice, âgé de 4 ans.

Et c'est à cet âge, qu'après avoir eu un léger avant-goût assisté et sous surveillance des diverses tâches inhérentes à la gestion d'un petit domaine agricole de haute montagne: faire les foins, gérer le bisse, aller 'en champ les chèvres', visiter les vaches sur l'alpage, la traite, la fabrication du fromage, la cueillette des myrtilles, des chanterelles, des fraises des bois, atteler le mulet, et tant et tant d'autres activités captivantes, éreintantes, mais nécessaires à la survie, que, sous la conduite de l'oncle René et de la tante Germaine, par un petit matin, partant, à pied bien sûr, de Lourtier, par la Cabane Brunet, le Col des Avouillons, le Glacier de Corbassière, je découvris, pour la première fois, la Cabane Panossière et, le jour suivant, le Grand Tavé. Alentour, le Tournelon Blanc, le Grand Combin, le Combin de Corbassière, le Petit Combin, sous le soleil d'été, scintillaient de tous leurs feux, attirants, irrésistibles.

Je devins porteur de montagne en 1963 et guide de montagne en 1967.

Ma proposition d'organiser des camps de montagne dans le cadre scolaire ayant été acceptée par la direction de l'Etablissement Secondaire Léon Michaud, d'Yverdon-les-Bains, et avec le soutien d'une enseignante très engagée, elle-même alpiniste d'un excellent niveau, Madame Jane-Marie Magnenat, il fut, dès l'an 1985, possible d'y développer les activités alpinisme, ski de haute montagne et escalade, encadrées par des guides avec brevet fédéral.

L'apprentissage du déplacement sur glacier avec l'aide des crampons et du piolet.

Klein Furkahorn, 3026 mètres d'altitude. Neige fraîche sur des rochers verglacés assez difficiles, brouillard, froid. Des heures pénibles à vivre pour de jeunes alpinistes âgées de 16 ans à peine. Sylvie, Nathalie et Suzanne surmontèrent l'épreuve sans flancher un seul instant. Trois années et de nombreux entraînements plus tard, elles franchiront sans rencontrer de problème la limite des 6000 mètres d'altitude en Himalaya du Népal. Ensemble, nous parcourions les montagnes plusieurs semaines par année depuis leur premier camp d'alpinisme en 1985.

Cabane de Moiry, 2825 mètres

Dernier jour de camp d'alpinisme pour notre groupe (l'âge des participants s'échelonne dans une plage allant de 10 à 15 ans).

Les couvertures du dortoir ont été aérées et pliées selon les exigences du gardien, le matériel contrôlé, les sacs bouclés, les adieux faits.

Une dernière photo et on entame la descente sous la conduite des deux guides (Jean-François Rouge et Marcel Maurice Demont) et de la prof (Jane-Marie Magnenat).

Trois des jeunes (14 ans au départ) issus de ces camps poussèrent si loin leur formation, et firent preuve d'une telle passion de la montagne, qu'en l'an 1991 nous nous envolâmes pour le Royaume Himalayen du Népal afin d'y gravir un sommet de plus de 6000 mètres. Après une période d'acclimatation à l'altitude au cours de laquelle nous gravîmes successivement le Kala Patar (5554 mètres) et le Chukung Ri (5555 mètres), deux sommets situés dans le Khumbu (région de l'Everest), nous abordâmes avec succès notre objectif final, l'Imja Tse Himal (6189 mètres), gravi avec un camp de base établi à l'altitude de 5087 mètres et un camp supérieur aménagé à 5600 mètres. Au sommet, Sylvie, Natahlie, Suzanne, Jane-Marie (leur ex-prof de français et d'anglais) et moi, nous fêtâmes nos six années de cordée. Deux guides locaux, Ang Rinjing Sherpa et Mingma Sherpa nous accompagnaient.

Camp d'altitude de l'Imja Tse Himal, 6189 mètres, Khumbu (région de l'Everest), Népal. Jane-Marie prend le frais.

Arête sommitale de l'Imja Tse Himal, 6189 mètres. Encore 10 mètres à parcourir. Dans l'ordre, Jane-Marie la prof de français - anglais, son ancienne élève Suzanne, et Ang Rinjing Sherpa. Plus bas sur l'arête, notre deuxième cordée avec Nathalie, Sylvie et Mingma Sherpa. Quant au guide suisse, du sommet, il prend la photo.

1991, sommet de l'Imja Tse Himal, 6189 mètres, Khumbu, Népal. De gauche à droite: Suzanne, Ang Rinjing Sherpa, Jane-Marie.

Ang Rinjing Sherpa et Marcel Maurice Demont au sommet de l'Imja Tse Himal, 6189 mètres.

La fin d'un cycle, les jeunes ayant découvert, en notre compagnie, les joies multiples de l'alpinisme à l'âge de 14 ans ont, 6 ans plus tard, franchi, sans incident, la barre des 6000 mètres d'altitude au terme d'un périple de quatre semaines.

26 années se sont écoulées depuis.

Sylvie, Nathalie et Suzanne courent encore les montagnes.

Toute la vie est le reflet…

Marcel Maurice Demont, août 2017.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,217
6,400
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.