Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Rythmique Jaques-Dalcroze

Rythmique Jaques-Dalcroze

16 septembre 1947
Claire Bärtschi-Flohr

« méthode interactive qui met en relation les mouvements naturels du corps, les rythmes artistiques de la musique et les capacités d'imagination et de réflexion. En particulier, l'improvisation fait partie intégrante de son enseignement, à tous les niveaux. Il est notamment connu pour son enseignement de l'improvisation au piano. »

L’institut Jaques-Dalcroze a été créé en 1915 à Genève, par Emile Jaques Dalcroze.

A la fin du 19ème siècle, plusieurs musiciens intéressés par la pédagogie ont proposé de nouvelles méthodes pour vivre la musique plus intensément, de manière plus vivante. Emile Jaques-Dalcroze (1865-1950) s’est beaucoup intéressé au corps pour lequel il a créé sa « Rythmique ».

Je pense aussi à Edgar Willems (1890-1978), né une génération plus tard, qui fut certainement inspiré par le travail de Dalcroze. Mais il mit au point sa propre pédagogie, basée très fortement sur l’audition et l’écoute. J’ai enseigné aux enfants les bases de son initiation musicale, ayant été formée au Conservatoire de Delémont dès 1989.

Pour en revenir à ma petite carte d’élève ci-dessus, je suis persuadée que l’apport de la rythmique Jaques-Dalcroze dans mon enfance, ainsi que les comptines et chansons que mes grand-mères nous chantaient, m’ont été utiles tout au long de ma vie. Comptines et chansons étant aussi une manière de ressentir la musique et en découvrir les éléments solfégiques.

De mon temps, l’Institut était une école privée, certainement déjà soutenue par l’État.

Ma mère et/ou ma grand-mère nous y amenait, mes sœurs et moi, après l’école. Nous devions traverser toute la ville en bus pour y arriver. Aujourd’hui encore, je ressens la sensation de joie que j’éprouvais à faire des sautillés, au son du piano, sautillés qui nous permettaient de « vivre », de ressentir, une notation musicale ternaire.

« De nos jours, on compte un autre Institut Jaques-Dalcroze à Bruxelles et des écoles Jaques-Dalcroze dans plus de vingt pays dans le monde, en Europe comme aux États-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon. »

« Celle de Genève comporte le plus grand nombre de professeurs ayant obtenu la licence d'enseignement ou un diplôme supérieur permettant de former les futurs formateurs. Elle est seule à délivrer le diplôme supérieur de la méthode Jaques-Dalcroze.

« Venus de tous les coins du globe, les étudiants étrangers ont toujours constitué près de la moitié des effectifs de la section professionnelle de l'Institut (Département Musique & Mouvement, Haute École de Musique de Genève). »(wiki)

Les textes en italiques sont des citations de wikipedia

Lire le très intéressant dossier publié dans la revue "Passé Simple" no 50 de décembre 2019 !

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Claire Bärtschi-Flohr
945 contributions
2 septembre 2020
38 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
6 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,113
6,532
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.