Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Lélo Fiaux, artiste peintre, poésie et passion.....

6 avril 2013
Lausanne
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Lélo Fiaux est née à Lausanne dans une famille bourgeoise en 1909. Après une enfance heureuse et très libre, son caractère s'affirme en même temps que son goût pour la peinture. Cette artiste a pu vivre grâce à la fortune de son père; elle est restée très généreuse toute sa vie. Grâce a cet argent elle a beaucoup voyagé, elle a vécu à Dresde, Rome, Venise, Paris, aux Etats Unis où elle expose pour la première fois. Puis au Maroc, et après un tour du monde à Tahiti, mais elle a toujours gardé un contact avec Lausanne.

En 1935, Lélo Fiaux visite l'Algérie en compagnie d'Henriette Grindat, photographe.

Henriette Grindat, photographe, voir :http://www.notrehistoire.ch/photo/view/37469/

Pendant la guerre elle habite la Palud à Lausanne où accoururent les amis.

Durant ces années de privation sans cet appartement lausannois de la Place de la Palud tout en haut sans ascenseur elle montre sa générosité en ouvrant toute grande sa porte pour nourrir, quelque fois loger et aider financièrement de très nombreux artistes vaudois.

Cette petite toile ci-dessous date de cette époque lausannoise Après la guerre Lélo expose beaucoup.

Elle visite l'Algérie avec Henriette Grindat, photographe et amie. On a pu voir les splendides photos de ce voyage en Algérie lors d'une grande exposition «Méditerranées» d'Henriette Grindat au Musée Historique de Lausanne en juin 2010.

voir ;http://www.notrehistoire.ch/article/view/846/

"...Lélo c'était la fête"... disait Charles Henri Favrod, fondateur du Musée de la photographie à Lausanne; musée de l'Elysée.

En 1954, Lélo achète une petite maison à Saint-Saphorin. C'est à cette époque que mes souvenirs de Lélo sont précis.Chaque visite de cette artiste dans notre maison d'Aran était un moment de grande joie pour nous enfants, Lélo portait presque toujours une casquette de capitaine de navire ramenée de ses voyages en mer, elle avait un chien tout frisé qui lui ressemblait !

Photo de la cuisine de Lélo à St. Saphorin

Lélo dans sa cuisine avec sa casquette de capitaine .....Mes parents étaient très amis avec Lélo, mon père adorait littéralement cette artiste; ensemble ils partageait le goût de la musique, de la littérature, de la poésie, de la peinture, des voyages, de la fête, de l'amitié, des amis, de la photographie, et du travail.....

photo; Lélo dans son atelier dès l'aube......

Chacun était dans son atelier dès l'aube souvent entre 4 et 5 heures du matin, lui devant ses partitions elle face à son chevalet de peintre, vers 10 heures du matin mon père, en buvant un café italien à la cuisine nous disait qu'il avait travaillé pour une journée !

Personne ne savait combien d'heures Victor Desarzens passait sur chaque partition !

Enfant ma chambre à coucher se trouvait sous son studio de musique....le piano a bercé mon sommeil, tard dans la nuit et dès les aurores je l'entendais travailler au piano chaque partition durant des semaines ! Cette recherche de qualité occupait une grande partie de son temps.

photo, ma soeur, Isabelle Desarzens, photographe

Enfants nous adorions Lélo, nous allions très souvent dans sa petite maison à Saint Saphorin; elle adorait jouer aux cartes et aux dés ; nous avons fait des parties joyeuses et si drôles et lorsque nous gagnions, Lélo nous donnait des colliers fous, des petits tableaux, des gris gris des pays lointains.. etc…

Lélo nous disait souvent ; "l'essentiel n'est certainement pas d'être, mais d'essayer d'être mieux » ou « l'essentiel est de savoir VOIR. ».

Cette phrase nous a fait réfléchir et grandir !

La taverne enchantée:Tableau, techniques mixtes.

Mon père, Victor Desarzens disait souvent..." L'oeuvre de Lélo, j'en ai la conviction, ne vieillira pas, car aucun sacrifice n'y fut jamais consenti au présent, au goût du jour, elle restera le témoignage d'une artiste authentique..."

Lélo a offert ce tableau à mes parents.

En dédicace Lélo à écrit au dos du tableau; "a vic et Louky, en souvenir de la vie lélo"

Lélo, voir aussi ;notrehistoire.ch/group/victor-...

Lélo et mes parents;notrehistoire.ch/photo/view/37...

Tableau, techniques mixtes.

Sous la tonnelle. Tableau, techniques mixtes.

A sa mort à la demande d'amis de Lélo, beaucoup d'artistes ont écrits un hommage à l'artiste. Concernant Lélo, mon père a écrit ;

(…) pourquoi j'ai tant aimé Lélo ; c'est qu'en elle je trouvais les qualités qui font le plus souvent défaut aux vaudois….L'œuvre de Lélo m'est toujours apparue en total accord avec son être ; elle est véritablement le reflet d'une lumière intérieure à laquelle Lélo n'a cessé d'être attentive. Je le sais, ceux qui connaissent mal Lélo Fiaux la craignaient. De Lélo on pouvait dire ce que Charles-Albert Cingria disait de Modigliani, je crois : « C'est une singulière force de ne pas changer quand on est soi-même. » Peut-être vous souvenez-vous d'une toile représentant une procession en Espagne. Cette toile je l'ai eu de long mois sous les yeux ; Lélo me l'a prêtée, sachant que je l'aimais. « … » L'œuvre de Lélo, j'en ai la conviction, ne vieillira pas, car aucun sacrifice n'y fut jamais consenti au présent, au goût du jour. Elle restera le témoignage d'une artiste authentique.

extrait

Le tableau "La procession " dont parle mon père ci-dessus.

Lélo est morte subitement le 25 aout 1964, à sa mort Lélo nous a légué à chaque enfant Desarzens une somme d'argent pour que nous puissions réaliser un rêve…

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,097
6,531
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.