Pierres de Niton

Pierres de Niton

19 novembre 2011
eric vuylsteke
Eric Vuylsteke

Dans la rade de Genève,face au quai Gustave Ador.Il s'agit de deux blocs erratiques.

Celle qui est la plus proche du rivage (la plus grande et la plus haute : voir la photo sur laquelle apparait les deux pierres) est dénommée "pierre du sacrifice". L'on relève au moins une cavité importante au sommet de cette pierre Comme le relève Wademar Deonna (les croyances religieuses et superstitieuses de la Genève antérieures au Christianisme,Bulletin de l'institut national genevois,Tome XLII,1917,pages 262 et 263) il est vraisemblable que cette cavité a servi à y planter une croix comme ce fut le cas pour de nombreux blocs erratiques objet ou théatre des rites des religions préchrétiennes.

Cette cavité est d'ailleurs un "trou carré" ce qui ne correspond pas à une cupule ou écuelle meme si la "pierre du sacrifice" est ornée de quelques cupules.

Il semble d'ailleurs qu'il y ait plusieurs " trous carrés "à lire certains auteurs qui attestent au passage le role important comme lieu de culte au sens large joué par cette Pierre dans les religions préchrétiennes :

....... rien n'est plus naturel que d'admettre leur christianisalion, en y plantant une Croix. On rencontre tous les jours, et partout, des exemples de ce genre. Les Chrétiens tenaient à en finir avec le paganisme. Mais, après beaucoup de siècles de peine, le résultat est resté bien incomplet. Ce que ce fait prouve alors encore plus péremptoirement, c'est qu'il s'agissait bien d'emplacement d'un culte important ; ce dont du reste personne n'a jamais douté (Reber B.. Quelques remarques à propos des Pierres à Nyton, à Genève, et des Objets en Bronze, trouvés sur leur emplacement. In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1915, tome 12, N. 7. pp. 318-331.)

Quant à l'étymologie selon le meme W.Deonna elle proviendrait d'une corrupton/déformation du mot latin "neptunus".Anciennement ces pierres se dénommaient " Pierres Dyolin".

Sur la plus basse et la plus petite fut placé en 1820 un repère en bronze à 5 cm du sommet .Il s'agit du RPN (repère de la pierre du Niton) sur base du niveau moyen de la méditerannée son altitude a été fixée à 376,60 m et a servi un temps comme base pour la détermination des altitudes des cartes de la Suisse (voir Pierre Delacretaz,Pierres mystérieuses,cabédita 1994,pages 32 et 33).

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Eric Vuylsteke

    Il me semble que les deux pierres portent le nom générique de pierre du niton. La plus proche du rivage semble avoir ou avoir eu la dénomination de "pierre du sacrifice" (du moins à la lecture de l'article de W.Deonna) Donc il est possible que la seconde (la plus petite et la plus éloignée du rivage porte un nom mais lequel ? Je donne ma langue au chat.

  • Marianne Carron
  • Eric Vuylsteke

    Merci pour vos commentaires je vais modifier le texte pour tenir compte de vos observations dont je vous remercie.

  • Marianne Carron

    Lors de la dernière glaciation, le glacier du Rhône arrivait jusqu'à Genève qu'elle couvrait d'une épaisseur de 700 m. de glace ( 1000 m. à Vevey ) Ce rabot glaciaire en constant mouvement à creusé la cavité ou s'est formé lac, et laissé des blocs arrachés aux alpes valaisannes (ce sont les premiers valaisans à s'installer à Genève. LOL) J'ai un souvenir de lecture que je ne peux retrouver, mais il me semble qu'assez anciennement, il y avait déjà eu des calculs effectués pour situer le niveau du lac, grâce a ses pierres dont on avait remarqué le niveau toujours égal, pour établir des calculs de hauteur. Il se pourrait que le trou aie été façonné a cet usage, et que le nom de Nyton soit en rapport avec la personne qui a établi ce repère. ( j'ai une vague idée que c'est un moine, mais je m'embrouille peut-être.) Le bassin rhôdanien a pour population de celtes du haut-Rhône, culture atypique, qui s'est répandue entre le Valais et Marseille. les consonnances de Nutons, Niton, ne me semblent pas coller avec ce celte ( par ex. chexbres a une consonnance celte du haut-rhône, niton est peut être d'origine franque.) A noter que le niveau du lac ayant varié (40 m. de plus à je ne sais plus quelle époque ) on en peux pas être sure qu'elles aient été toujours visibles de cette manière. Y a t'il eu sacrifice d'objet ou accidents féquents de barques qui faisaient du transit commercial vers Tarnade (Massongex), Agaune ( st. Maurice), Octodurus (Martigny) en Valais ?

  • Marianne Carron

    j'ai trouvé sur le web dans "Des mégalithes, des légendes et des dieux, Par Jean-François Kiste", des informations a propos de l'appellation de Niton, qui serait une variante de Néméton, nom celte d'un lieu sacré. Ces mégalithes vers 750 avant J-C étaient à sec, le niveau du Léman étant entre 366 et 368 m. se trouvait plus bas qu'eux. Il serait intéressant de savoir si les autres pierres comportent des particularités ( encoches, gravures...), et ont été utilisés a cett époque. Pour ce qui est du trou carré, servait peu-être (dixit le texte) au premier siècle avant J-C, a fixer cette statue : http://www.notrehistoire.ch/photo/view/16750/

Eric Vuylsteke
213 contributions
7 décembre 2011
3,278 vues
0 like
0 favori
5 commentaires
2 galeries
Déjà 18,019 documents associés à 2000-2009

Galeries: