00:00:00
00:20:53

Béla BARTÒK, Rhapsodie pour piano et orchestre, Op. 1, Sz 27,  Andor FOLDES, Radio-Orchester Beromunster, Jean-Marie AUBERSON

16 avril 1961
SSR / SRG pour l'audio, René Gagnaux pour le texte resp. sources citées
SSR / SRG pour l'audio, René Gagnaux pour le texte resp. sources citées

Le portrait de Béla BARTÒK reproduit ci-dessus à gauche fut fait par Istvan Vedrédy-Vogyareczky et montre le compositeur à l'air sérieux dans un habit national brodé. Dans le coin supérieur gauche, quelques mesures et la signature du modèle „Bartok Béla, Bécs 1905. maj. 21“. Dans le coin droit, le nom de l'artiste et le lieu où le portrait a été peint: Wien. Ce dernier mot est barré trois fois de la main ferme de Bartok et remplacé par son équivalent hongrois: Bécs. Les notes sont le thème d'ouverture de la Suite n° 1 pour orchestre (pour un agrandissement, voir cette page). En ce qui concerne les portraits d'Andor FOLDES et de Jean-Marie AUBERSON, date, lieu et photographe sont inconnus

Traduit des notes de Ferenc BÓNIS publiées dans l'album Hungaroton SLPX 11480:

La Rhapsodie pour piano de Bartòk a été composée pendant l'été et l'automne 1904. L'oeuvre est parue en trois versions: la première en 1909 comme une composition en un seul mouvement (sans la rapide deuxième section). La version en deux mouvements a été publiée en 1923, et Bartòk l'a désignée comme la „première version“. [...] Les deux versions étaient dédiées à Emma Gruber, future épouse de Zoltan Kodaly. La version pour piano et orchestre a été donnée en première audition en 1904, et le mouvement lent était plus long de 39 mesures que dans la version solo. La transcription pour piano et orchestre est parue en 1910, avec la mention „deuxième version“.

La Rhapsodie pour piano et orchestre (Opus 1) - tout comme le poème symphonique „Kossuth“ et la „Suite n° 1“ - fait partie de la période romantique de Bartòk et a été composée entre ces deux oeuvres. Un an auparavant, le compositeur avait terminé ses études à l'Académie de musique, et la première audition de sa composition pour orchestre avait eut lieu: il s'agissait du poème symphonique „Kossuth“, donné en première audition à Budapest sous la direction d'Istvan Kemer, puis à Manchester sous la direction du chef d'orchestre wagnérien hongrois de renommée mondiale, Hans Richter. La première à Budapest a permis au jeune compositeur de 23 ans d'acquérir d'un seul coup une renommée nationale. L'accueil favorable du poème symphonique et le début prometteur d'une carrière de soliste ont incité Bartòk à planifier deux compositions pour piano et orchestre - cette Rhapsodie, héroïque et sauvage, et une pièce complémentaire dans une sphère musicale contrastée, le Scherzo.

René Gagnaux
BARTOK-Bela__1901__HOLICS-Gyula
1901
BARTOK-Bela__1901__HOLICS-Gyula

portrait de Béla BARTÒK en 1901, une reproduction d'une photo des archives Bartòk de Budapest faite par Gyula HOLICS

Le déroulement de ces compositions n'a toutefois pas répondu aux espoirs que Bartòk nourrissait à leur égard au moment de leur composition. Le scherzo n'a jamais été publié du vivant de Bartòk, tandis qu'il n'a remporté aucun succès avec la Rhapsodie en tant que candidat au prix Rubinstein à Paris. La première audition de la Rhapsodie fut donnée dans le cadre d'un concert le 15 novembre 1909 à Budapest, par le compositeur et l'Orchestre de l'Académie de musique, dirigé par Jeno Hubay. Un an plus tard, elle fut donnée en première audition à l'étranger lors du 46e festival de musique de l'Allgemeiner Deutscher Musikverein à Zurich. Elle était dirigée par Volkmar Andreae et, là aussi, le soliste était Bartòk en personne.

Plus tard, le compositeur a abandonné le style de composition de la Rhapsodie, mais il l'a interprétée même dans les années 20 et 30. Il considérait manifestement que la tâche qu'il s'était fixée en composant la Rhapsodie était accomplie sous une forme plus parfaite que la plus grande entreprise qu'il avait assumée avec la Suite n° 1. Mais jusqu'en 1926 - à l'exception du Scherzo - il n'a pas composé d'autres oeuvres pour piano et orchestre. En 1926, il composa son premier concerto pour piano. Cependant, en raison de ses nombreuses difficultés techniques, de nombreux orchestres n'ont pas pu l'entreprendre pendant longtemps. C'est la raison pour laquelle Bartòk a joué sa Rhapsodie lors de sa première apparition aux États-Unis en 1927, parce que le Philharmonique de New York, dirigé par Wilhelm Mengelberg, ne pouvait pas apprendre la partition du Concerto pour piano n° 1, qui avait été initialement prévu pour ce concert. Les critiques contemporains ont été stupéfaits, car ils s'attendaient à un révolutionnaire musical et, au lieu de cela, ils ont vu en Bartòk un représentant du romantisme national.

Dans la Rhapsodie, comme dans le cas de la Suite n° 1, nous trouvons une rencontre entre le XIXe siècle sortant et le XXe siècle entrant. En ce qui concerne sa forme, Bartòk a synthétisé deux innovations de Liszt, la rhapsodie en deux sections (lent-vif) et le concerto en un seul mouvement, en incorporant les grandes lignes de la forme sonate classique.

L'oeuvre se compose de deux sections principales: 1. Adagio mesto, 2. Allegretto - Allegro vivo. Le thème principal héroïque de la section lente rappelle Liszt et la musique „verbunk“ hongroise qui l'a précédé. Le brillant développement virtuose des passages solistes de type fantaisie libre peut également être attribué à l'héritage de Liszt. Les fréquents „trilles de quatrième“ évoquent la nostalgie historique du début du siècle, tandis que les parties orchestrales ainsi que les progressions de tierce et de sixième au piano rappellent les clarinettes tziganes. D'autres éléments très caractéristiques de l'idiome „verbunk“ sont les intervalles mélodiques de seconde augmentée, les motifs rythmiques tendus et les interludes improvisés. Les changements surprenants de tonalité, l'harmonie et l'orchestration de la composition font directement référence à l'influence de Richard Strauss dans la section lente ressemblant à une sonate ainsi que dans la fantaisie de danse pétillante avec son élévation graduelle de l'humeur. À la fin de la composition, la forme entière est complétée par une récapitulation éthérée du thème principal de la section lente.

L'enregistrement que vous écoutez fut enregistré le 16 avril 1961 dans le studio de Radio-Zurich, avec l'Orchestre de la radio de Beromunster placé sous la direction de Jean-Marie AUBERSON et Andor FOLDES en soliste:

  1. Adagio mesto .......................................................................-> 11:22
  2. Allegretto - Allegro vivo .......................................................-> 21:00

Provenance: Radiodiffusion SRG / SSR

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,744 contributions
9 décembre 2023
14 vues
2 likes
1 favori
0 commentaire
1 galerie
00:20:53
Déjà 9,268 documents associés à 1960 - 1969

Galeries: