Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Les Grandes Orgues jouent Miserere

Début du Festival de la Cité, 48e du nom, la Cathédrale Notre-Dame de Lausanne ouvre ses portes aux visiteurs pour proposer un concert unique. Celui de Jean-Christophe Geiser. 19H30, le musicien se présente, mais est-ce si utile ? Quand on sait que c’est des ambassadeurs de la Suisse à travers le monde, peut-être pas. Geiser a voyagé dans une trentaine de pays en Europe pour jouer de son instrument si particulier, si monumental. Il s’est produit en Amérique, en Asie ainsi que dans les ex-pays soviétiques. L'homme entame son programme sur les Grandes Orgues Fisk de la Cathédrale, aidé d'un tourneur de pages. Seul devant l'instrument, il paraît petit. Une fois les premières touches enfoncées, le miracle opère.

Après moins d'une demi-heure, Maître Geiser introduit le "Miserere" de Gregorio Allegri, une petite merveille musicale déjà vu et entendu sur la plateforme notreHistoire ici grâce à Laurent de Weck. Geiser a de l'expérience et il ne se fait pas prier pour réadapter la partition - décodée et publiée par Mozart quand il fut l'invité avec son père d'un concert d'Allegri à la Chapelle Sixtine au Vatican. On sent que l'organiste fait corps avec le clavier, amplifie chaque temps mort d'un élan dramatique nouveau, il souligne les interstices de ce morceau par de jolies caresses sur les touches produisant des variations du son tant appréciables pour l'oreille après avoir vécu une succession de séquences surpuissantes. Après la tempête du psalme, le tempo vire au calme.

Geiser est une signature, selon une bio en ligne, il a été invité à se produire dans les Cathédrales d'Hambourg, de Cologne, d'Helsinki, de Bruxelles, d'Oslo, de Monaco, de Notre-Dame de Paris, de Washington DC, à St. Martin-in-the-Fields à Londres, à la Frauenkirche de Dresde, à l'Auditorium du Musée Glinka à Moscou, à la Madeleine à Paris, à la Philharmonie de St-Pétersbourg, à la Philharmonie de Munich, au Cultural Center de Hong Kong, à la Cathédrale et au Festival Bach de Varsovie, au Festival Tibor Varga, au Festival d'orgue de Buenos Aires, au Festival de Printemps de Budapest... raconte la plateforme web www.GrandesOrgues.ch.

Sa biographie en quelques dates : en 1989, il obtient au Conservatoire de Berne un diplôme de piano (classe d'Otto Seger) et un diplôme de soliste avec félicitations du jury (classe d'orgue d'Heinrich Gurtner). En 1991 organiste titulaire de la Cathédrale de Lausanne (le plus grand édifice gothique de Suisse), il n’a que 26 ans. En 1993, il devient professeur d'orgue au Conservatoire et à la HeMu de Lausanne, où il est actuellement chef du département «orgue». Il est à l'origine de la conception des nouvelles orgues Fisk de la Cathédrale de Lausanne, inaugurées en décembre 2003.Enfin, il est directeur artistique de la Société des concerts de la Cathédrale, qui organise le plus important cycle de récitals d’orgue de Suisse.

Pour la petite histoire, les Grandes Orgues de la cathédrale ont été dessinées pour représenter la forme d’un ange aux ailes déployées. Elles sont constituées de 7’400 tuyaux.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
David Glaser
121 contributions
16 juillet 2019
54 vues
2 likes
1 commentaire
1 galerie
00:12:40
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,037
4,760
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.