Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
La cabane de Moiry, septembre 2019

La cabane de Moiry, septembre 2019

3 septembre 2019
Armand Sin

La cabane de Moiry se situe dans le vallon du même nom sur la commune d'Anniviers en Valais. Située à 2'825 mètres d'altitude, elle appartient à la section Montreux du Club Alpin Suisse.

Elle s'atteint en 1h30 de marche depuis la fin de la route du Barrage de Moiry.

Le glacier de Moiry est situé entre 2 400 et 3 800 m d'altitude en Anniviers, dans le canton du Valais. Il avait une longueur de 5,35 km et d'une surface de 5,75 km2 en 1973. En 1905 sa longueur était supérieur à 6 km. Il a perdu plus de 650 m de longueur depuis les mesures effectuées en 1900. Actuellement elle est d'environ 5,22 km

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Alain Zuber

    En août 1836, un voyageur décrivit le fond du val de Moiry. Sa précieuse description est probablement la plus ancienne qui nous soit parvenue !

    "De Bendolaz, en traversant la montagne dite des Moutons par un sentier mal tracé, on arrive en 2 h 30 à un plateau où se trouvent les chalets de plusieurs montagnes. Sur la gauche de la Navizence (la Cougra) dont une branche sort de cette vallée, est la montagne de Torrent, une des plus grandes et des plus estimées d’Anniviers, elle nourrit 150 vaches, sans compter les génisses ; le fromage des prémices, qu’elle donne annuellement au curé de Vissoie, ne pèse jamais moins de 80 livres. L’alpage de La Lé (vallon de Zinal) en fournit un à peu près semblable, il y en a en tout 38 qui en moyenne pèsent 40 livres. La montagne de Torrent s’étend vers le glacier. Le long du glacier à l’occident il y a une petite étendue de terrain qui appartient à la montagne du Châtelet. Sur la droite du torrent, il y a les chalets de la montagne du Châtelet et plus haut, en remontant le torrent, celui de la montagne du Pras. Celle-ci s’étend jusqu’au glacier sur une étendue d’environ une lieue et un quart. Cependant elle est entrecoupée par des districts appartenant à la montagne du Châtelet qui possède aussi une petite étendue de terrain de l’autre côté du torrent au fond de la montagne de Torrent, près du glacier. La montagne du Pras a un second chalet au pied du glacier, le vacher s’y trouvait alors. Le devant du glacier représente la moitié d’un dôme aplati, plus haut il prend des formes abruptes ; des aiguilles, des mamelons, des parois coupées à pic lui donnent l’aspect d’une des sommités de nos montagnes. Derrière ces masses informes, le glacier devient, de nouveau, assez uni pour pouvoir être traversé aisément dans toute sa largeur en environ 20 minutes. En partant du dernier chalet de la montagne du Pras, j’ai mis environ une demi-heure pour arriver à la carrière des frères Woignier (Wuargnier ?) qui exploitent, à 20 pas du glacier, une roche dont on fait de très bons fourneaux. Pour arriver à cette carrière on longe constamment le glacier depuis le dernier chalet de la montagne de Pras. Arabis caerulea, Aretia pennina, Campanula cenisia, Artemisia, Arnica. Depuis la carrière, il faut une demi-heure pour passer le glacier, le passage n’est point dangereux. La montagne du Pras appartient au communiers de Saint-Jean ; celle de Torrent à ceux de Grimentz et celle du Châtelet à ceux de Saint-Jean et de Grimentz, par moitié. Depuis la carrière il faut environ vingt minutes pour traverser le glacier du levant au couchant et quatre heures pour aller à Evolène, vallée d’Hérens. Le passage n’est point difficile. (Col de Torrent). Du côté du levant il doit aussi y avoir un passage assez aisé aux montagnes de Senlienna et de Lalaye. (Alpages de Singlinaz et de La Lé, vallon de Zinal). L’extrémité antérieure du glacier se retire sensiblement depuis quelques années. Il recule depuis six ans, d’après le dire des pâtres, de deux à trois pieds chaque année."

Armand Sin
594 contributions
15 septembre 2019
50 vues
0 like
0 favori
2 commentaires
2 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,300
5,899
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.