Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Cornets d'alarme

Cornets d'alarme

Nicolas Ogay
Nicolas Ogay

Les cornets d'alarme étaient couramment utilisés entre la fin du XIXème siècle et le milieu du XX. Ils étaient utilisés pour donner l'alarme feu ou avertir d'un danger. Contrairement aux clairons, trompes, cors ou autres trompettes, les cornets d'alarme étaient utilisables par tout le monde, sans avoir besoin d'apprendre à en jouer: il suffit de souffler dedans pour en faire sortir un son, toujours le même. Il faut toutefois préciser que suivant le danger à annoncer, le code (rythme) pouvait être différent.

Qui les utilisaient?

- la police/gendarmerie - les guets de villages - les pompiers - les chemins-de-fer (sur les voies, voir http://www.notrehistoire.ch/video/view/2462/ ) - les chantiers - les mines - l'armée (avis de tirs par ex..) etc....

J'en parle dans mon explication sur les secours portés par la police de Lausanne (http://www.notrehistoire.ch/photo/view/35576/) où chaque poste de police en possédait un pour appeler les pompiers.

Dans les villages, les cornets d'alarme étaient suspendus, à disposition de tous, dans certains endroits déterminés par leurs positions centrales ou là où il y avait en permanence quelqu'un qui était présent: poste de police, de gendarmerie, à la gare ou au bureau de poste par exemple.

A partir du milieu des années `30, avec l'introduction des sirènes d'alarme posées sur les toits des maisons, casernes etc... L'usage du cornet en cas d'incendie a disparu.

Je ne me souviens pas très bien où et quand je les ai achetés, probablement pour trois fois rien dans un marché, mais comme vous pouvez le voir sur mes photos, les modèles pouvaient être différents: j'ai ici un modèle standard et un de poche, qui pouvait même s'attacher à la boutonnière (...d'un uniforme par exemple).

Sur ce dernier est gravé: « Les fils de J. Tournier, 4, Boulevard St Martin, Paris »

Dans son livre *"*Histoire de la lutte contre le feu à Lausanne, 1882 -1982", Gilbert Coutaz nous donne deux exemples de mélodies utilisées par le poste de police de Saint-François pour alarmer les pompiers au moyen de son cornet:

musique poste de police St-François 2

100 5729

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,596
6,434
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.