Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Destruction de l'Hôtel de district de Fontaines

31 août 1971
Eliane Matthey
Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-

Support original : Super 8, couleur, muet. L'illustration est une capture d'écran tirée du film.

À la fin de l'été 1971, l'Hôtel de district de Fontaines, voué à la démolition, servit de terrain d'exercice pour l'armée suisse. Une compagnie de la Protection aérienne (PA) rattachée à la ville de Berne, dont le cours de répétition avait lieu dans le Val-de-Ruz, s'entraîna régulièrement à allumer et à éteindre ce qui restait du bâtiment. Le film d'Eliane Matthey a certainement été tourné le 31 août 1971 lorsque la PA entreprit un exercice de démonstration de grande ampleur : 1500 kg de napalm, 70 bombes incendiaires et 15 kg d'explosifs servirent à incendier l'immeuble avant que les soldats en tenue ignifugée blanche n'en maîtrisent les flammes (réf. L'Impartial, 1.9.1971, p. 23 : «Démonstration efficace de la Protection aérienne - Fin diplomatique pour l'Hôtel de district de Fontaines»).

De l'utilité et de l'efficacité des unités de protection aérienne en cas de conflit armé

Cette démonstration se fit devant des attachés militaires étrangers, de nombreux officiers suisses ainsi que le conseiller d'État neuchâtelois François Jeanneret, chef du département militaire cantonal.

Le signal annonçant le début était à peine donné qu'une série d'explosions, simulant un bombardement au napalm, mettaient successivement le feu à l'ancienne ferme, puis au bâtiment principal. En quelques secondes, tout était transformé en un gigantesque brasier d'où s'échappaient des flammes d'une dizaine de mètres de haut et des tourbillons de fumée emportant au loin des flammèches et des débris enflammés. Ce n'était qu'un début et le suspense était à son comble, déjà les non-initiés voyaient l'incendie prendre des proportions imprévues et se propager à une ferme toute voisine. Mais dans une explosion formidable, la moitié de l'hôtel s'écroula soulevant un nuage de poussière et de fumée. On apprenait alors que la troupe allait intervenir pour un double exercice : sauvetage de quelque 50 personnes enfouies sous les décombres et dans les caves et lutte contre le feu. Et l'on vit s'élancer les hommes en tenue ignifuge, dresser les échelles, sortir les blessés par les fenêtres, d'autres attaquer les flammes, qui du haut du toit, qui de front, afin d'atteindre les endroits où se trouvaient les victimes supposées (réf. Feuille d'Avis de Neuchâtel, 1.9.1971, p. 9 : «Bombardement au napalm à Fontaines»).

L'Hôtel de district de Fontaines, un témoin de l'importance de ce village dans le Val-de-Ruz d'autrefois

L'Hôtel de district avait été érigé lorsque, avec l'avènement de la République en 1848, Fontaines fut désigné comme chef-lieu du district du Val-de-Ruz. Le bâtiment abritait les services de l'administration ainsi qu'un hôtel-restaurant, Fontaines étant alors un relais de poste entre Neuchâtel et St-Imier. Mais en 1878 déjà, par décision du Grand Conseil, Fontaines fut déchu de son titre de chef-lieu au profit de Cernier et l'administration fut transférée dans cette localité. La partie café-restaurant fut conservée et les autres locaux aménagés en appartements. Avec les dégradations du temps, on jugea que les transformations et la modernisation seraient difficilement réalisables et fort onéreuses, et au début des années 1970 les autorités décidèrent la démolition de l'Hôtel de district (réf. Feuille d'Avis de Neuchâtel, 23.8.1971, p. 3 : «L'hôtel du District de Fontaines va être rasé par la troupe»).

Née en 1944 à La Chaux-de-Fonds, Eliane Matthey s'est formée comme institutrice à l'École normale de Neuchâtel avant d'enseigner à Rochefort puis à Fontaines (NE). C'est durant ces années passées au Val-de-Ruz, dès 1968, qu'elle a tourné plusieurs films en Super 8. Ils montrent différents lieux ou événements régionaux (meeting d'aviation, fête cantonale des Unions cadettes, courses d'école, etc.). Partie vivre à Montréal en 1978, Eliane Matthey a par la suite mené une carrière de peintre au Canada où elle a enseigné la peinture et exposé ses œuvres. Elle est décédée en 2016 et ses films ont été déposés et numérisés au Département audiovisuel de la Bibliothèque de La Chaux-de-Fonds en 2018.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,169
4,661
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.