Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Louis Jaques, ancien missionnaire et homéopathe, vers 1900

Louis Jaques, ancien missionnaire et homéopathe, vers 1900

1900
Henri Rebmann La Chaux de Fonds
collection Chollet Moudon

Portrait de Louis Jaques par le photographe de la Chaux-de-Fonds, Henri Rebmann. Marié en 1888, à son retour de Mission, avec Valentine Chollet, père de 2 enfants, Louis Jaques, sans quitter son engagement évangélique y ajoute l'homéopathie. Pour le missionnaire qu'il a choisi d'être, le thérapeute du corps peut se fondre avec le thérapeute de l'âme, le travail d'évangéliste consistant à guider le sujet qui souffre et doute vers la découverte de la spiritualité, le travail de l'homéopathe, comme l'a défini son fondateur, le Docteur Samuel Hahnemann (1755-1843), en partant du principe que "la maladie est le malade", consistant à guider le malade au coeur de son être souffrant, et de lui indiquer les changements à envisager pour rétablir en lui l'équilibre qu'est la bonne santé. Pour le malade, il n'est probablement pas indifférent, dans sa démarche en direction d'une médecine alternative, que l'offre de soins de Louis Jaques soit le fait d'un ancien missionnaire. C'est ainsi qu'à partir de 1893, apparaissent des articles dans les journaux par lesquels Louis Jaques propose une prise en charge homéopathique

Son offre reste ouverte, il répond à une demande, et il est à disposition de ceux qui sont intéressés par l'homéopathie, il dispense des médicaments et peut traiter les malades par correspondance.

Cette suite d'articles, nous permet de le suivre, à Fleurier, à La Chaux-de-Fonds, au Locle, à Marin et à Neuchâtel , ces deux dernières localités où il habita sans doute avec sa famille, il sera à Neuchâtel jusqu'en 1909.

Ce père homéopathe et missionnaire eut certainement une influence sur Suzanne, tout comme Valentine sa mère, issue d'un milieu de médecin et de pharmaciens.

Le beau-frère, le pasteur Georges Albert Clerc avait créé, vers 1880, le dispensaire homéopathique de Môtiers dans le val de Travers

Georges Albert Clerc et sa femme en visite dans la famille de Suzanne à Champéry

Suzanne herborisant (photographie de Pierre Auguste Chappuis)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Philippe Chappuis
1,845 contributions
18 février 2021
15 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
103,756
6,288
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.