Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
ABBET armoiries des familles

ABBET armoiries des familles

10 janvier 2010
Extrait de l'Armoirial valaisan
Archives cantonales du Valais

Extrait de l’Armorial Valaisan (1946, Archives Cantonales):

ABBET. Aux Verrières (Neuchâtel) vivait au début du XVIe s. Jean Favre dit Abet, franc-albergeant, dont les fils Guillaume, Claude, Jean et Pierre laissèrent de la descendance du nom d'Abet, à laquelle le rattachait volontiers la famille du même nom qui se serait fixée en Valais à l'époque de la Réforme. En réalité le nom apparaît déjà en 1363 dans la région de Martigny-Combe et Ravoire, où les actes le donnent sous les formes Abbet, Abet, Habet, Abbathis, Abathis; un moine de Payerne porte en 1460 le même nom: Petrus Abatis, ainsi que les chan. de Tarentaise Aimon Abbas 1231, Anselme Abbatis 1278-83, Boson Abbalis 1342. Selon le Dr Leo Meyer, le nom dériverait du prénom Abel, peut-être par la forme intermédiaire Abeltus qu'on rencontre à Sion au XIIIe s.; à remarquer toutefois que la latinisation notariale Abbatis est parallèle à celle à'Episcopi pour Evéquoz. Jean Abbet, de Feys, co-syndic des Rappes 1460; Jean, bourgeois de Martigny-Bourg, notaire, 1604; Maurice, syndic des Rappes 1646; Gratien, sautier et syndic du Bourg 1666; Jean, sautier 1668-89; Jean, syndic 1734. La branche établie à Vollèges a donné notamment un chan. du St-Bernard: Pierre-Daniel (1791-1869), curé de Bovernier 1817- 59, puis aumônier de Collombey, et plusieurs chan. de St-Maurice, dont Joseph-Emile (1847-1914), prof, au Collège 1874, prieur 1904- 09, Abbé et Evêque de Bethléem 1909, Administrateur apostol. du Diocèse de Lausanne et Genève 1911—12. Un rameau venant de Vollèges s'est fixé à Fully v. 1810; un autre, de Martigny, à Orsières en 1910. B.: Vollèges, Martigny, Saxon. — A.: armes de Mgr Joseph Abbet (pi. 32, Abbet1), basées sur la marque de famille (3 pals, les 2 derniers séparés par un chevron) et l'opinion traditionnelle de l'origine neuchâteloise: selon l'Armorial de Louis Benoît, vers 1800, les Abet des Verrières porteraient: de gueules aux lettres A B d'argent, soutenues d'une étoile à 6 rais d'or en pointe (Jéquier: Arm. Neuch.); Mgr Abbet en tira l'étoile d'or (et non d'argent) chargeant le chevron de gueules (AHS, 1912, 61-67; DHBS). V.: selon les notes de Jérôme Darbellay (?) (Gr. St-Bernard), les Abbet ou Abbathis porteraient: de sable au pal de gueules, armes qui seraient d'origine milanaise (comm. de M. Ph. Farquet). D. de l'Evêque: à caritate. C. : 3 plumes d'autruche, d'or, de sable et de gueules (peinture moderne). ABBET. Joseph-Manuel Abbet ou Habet, de Vollèges, * 1785, fils de Sébastien et Madeleine Droux, servit de 1803 à 1807 en Espagne dans le Régiment de Preux, puis fonda la branche de Fully. Joseph (1814-53), fils du précéd., * à Fully, avocat, officier instructeur de l'Ecole spéciale d'artillerie, directeur de l'Arsenal de Sion, homme politique en vue comme (3e) président delà« Jeune-Suisse» 1840 et secrétaire du «Comité de Martigny» 1844, exilé à Bex 1844-47, secrétaire du Gr.- Conseil 1848, f à Sion. Frédéric, frère du précéd., président de Fully. Jules-Maurice-Albert (1845-1918), fils de Joseph, * à Bex, étud. à Innsbruck, Dr théol. 1872, prof, au Collège de Sion 1872, curé et chan. de Sion 1880, prof, au Séminaire et à l'Ecole de Droit, doyen du Dec. 1886, Evêque de Troade et coadjuteur de Mgr Jardinier 1895, Evêque de Sion 1901, Doyen de l'Episcopat suisse, écrivain religieux. Ernest (1847-1920), frère du précéd., étud. à Paris, Heidelberg, Vienne (Autriche), Dr méd. et phil., prof, à Vienne, f à Riddes, °o Césarine de Torrenté (1850-1915). Jules, fils du précéd., prof, à Vienne, f 1938 à Montana. B.: Fully. — A.: sceau (AV) aux initiales JMAN (au III, griffon contourné); armes de Mgr Jules-Maurice Abbet (pi. 32, Abbet2). Ces armes rappellent peut-être le service d'Espagne. D. du même prélat: Veritas et pax (AHS, 1896, 14, et 1942, 83). C : griffon issant de gueules (peinture sur plat, moderne); le sceau de JMAN porte 2 cimiers au griffon issant couronné, celui de dextre contourné, et tenant entre eux la fleur de lys.

Extrait de l’Armorial Valaisan (1974, Archives Cantonales):

ABBET. L'origine de cette famille a été discutée: d'aucuns ont cru qu'elle était venue à l'époque de la Réforme, des Verrières (Neuchâtel), où, au début du XVIe siècle, Jean Favre dit Abet est l'auteur d'une famille Abet; mais il est plus probable que les Abbet du Valais sont originaires de Vallorcine, comme plusieurs autres familles valaisannes; de là, ils se seraient établis dans la Combe de Martigny où le les trouve déjà en 1363, puis à Ravoire, aux Rappes et enfin à Vollèges (Cf. Philippe Farquet: Martigny, chroniques, sites et histoire, Martigny, 1953, p. 365). Le nom se présente sous les formes suivantes: Abbet, Abet, Habet, Abbathis, Abathis; Leo Meyer y voyait un dérivé du prénom Abel, peut-être par la forme intermédiaire Abeltus, mais la latinisation notariale Abbatis, parallèle à celle à'Episcopi pour Evêquoz, suggère plutôt un rapport de dépendance envers un abbé.

La famille donne à Martigny-Combe et Martigny-Bourg des syndics et notaires. La branche de Vollèges compte plusieurs chanoines de Saint Maurice et du Grand-Saint-Bernard, notamment Joseph-Emile (1847-1914), professeur, prieur de l'abbaye 1904-1909, Abbé de Saint-Maurice et évêque de Bethléem 1909-1914, administrateur apostolique du diocèse de Lausanne et Genève 1911-1912. Joseph- Manuel Abbet ou Habet, de Vollèges, né en 1785, servit de 1803 à 1807 en Espagne dans le Régiment de Preux, puis s'établit comme notaire à Fully ; son fils Joseph (1814-1853), avocat, directeur de l'arsenal de Sion, homme politique en vue comme président du mouvement de la «Jeune-Suisse» en 1840 et secrétaire du «Comité de Martigny» en 1844, retiré à Bex 1844-1847, puis secrétaire du Grand Conseil en 1848, mort à Sion. Frédéric, frère du précédent, président de Fully 1857-1860 et 1865-1886, commença l'endiguement du Rhône prescrit par un décret du 29 novembre 1862. Jules-Maurice (1845-1918), fils de Joseph, né à Bex, professeur au Collège de Sion, au séminaire et à l'école de droit, curé et chanoine de Sion 1880, évêque de Troade et coadjuteur de Mgr Adrien Jardinier 1895, évêque de Sion 1901 -1918, doyen de l'épiscopat suisse 1912-1918, écrivain religieux. Ernest (1847-1920), frère du précédent, Dr en médecine et philosophie, professeur à Vienne (Autriche), mort à Riddes. Un rameau de Martigny- Bourg a été agrégé à Lausanne en 1956.

I. — Branche de Fully: Ecartelé: aux I et IV échiqueté de 4 tires d'azur et d'argent; aux II et III d'or à un griffon de gueules; sur le tout, un écusson d'azur chargé d'une fleur de lis d'or.Armes de Mgr Jules-Maurice Abbet, évêque de Sion. Variante: le griffon du III contourné: sceau aux initiales JM AN, soit Joseph Manuel Abbet Notaire, aïeul du prélat (Archives cantonales). Ces armes proviennent peut-être du service d'Espagne. Peinture sur plat, moderne. Devise: Veritas et pax (Issue, 39,8). Cf. Archives héraldiques suisses, 1896, p. 14, et 1942, p. 83; Armorial valaisan, 1946, p. 1 et pi. 32, n° 1 ; Bulletin du diocèse de Sion, numéro spécial, 1962, pp. 89- 90.

II — Branches de Vollèges et Martigny: D'or à 3 pals de sable, au chevron brochant de gueules chargé d'une étoile à 5 rais d'or. Armes de Mgr Joseph-Emile Abbet, Abbé-évêque de Saint-Maurice. Ces armes sont basées sur la marque de famille (3 pals, les 2 derniers séparés par un chevron); l'étoile est tirée des armes de la famille Abet de Neuchâtel (qui porte : de gueules aux lettres A B d'argent accompagnées en pointe d'une étoile d'or; cf. Léon et Michel Jéquier: Armorial neuchâtelois, 1, p. 69) pour évoquer l'opinion ancienne sur l'origine de la famille. Devise: à caritate. L'abbé-évêque portait ses armes sur une écartelure de l'abbaye (de gueules à la croix tréflée d'argent) et de l'Evêché de Bethléem (d'azur à une étoile à 7 rais d'argent). Cf. Archives héraldiques suisses, 1912, pp. 61-67; Armorial valaisan, 1946, p. 1 et pi. 32, n° 2. Peinture à la Maison de commune de Martigny-Combe, à la Croix, 1971. En écartelure avec les armes Brouchoud: vitrail à l'église de Collonges, 1966.

III. — De sable au pal de gueules. Armes d'origine milanaise, notées par Jérôme Darbellay (1726-1809), chanoine du Saint-Bernard. Communication de Philippe Farquet (1883-1945). Cf. Armorial valaisan, 1946, p. 1.

Note. Pas de ‘Abbet’ dans le Nouvel Armorial de 1984 (en fait un complément à celui de 1974)

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Claude Kissling
340 contributions
10 octobre 2022
18 vues
1 like
0 favori
0 commentaire
6 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,860
6,797
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.