Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
De Merdasson à Erdesson...

De Merdasson à Erdesson...

12 mai 1912
Charly Arbellay
Charly Arbellay

Valais

Un village qui avait une odeur à se pincer le nez !

Erdesson, l’un des quatre villages du plateau supérieur de la commune de Grône, a été détruit à 86 pour cent le dimanche 12 mai 1912 à 15 heures. Ce jour-là, les hommes étaient descendus en plaine pour assister à l’assemblée bourgeoisiale. Le village s’appelait alors Merdasson du nom du torrent la Merdassière qui charriait de sombres laves torrentielles à chaque précipitation. 31 bâtiments et une importante quantité de provisions, de fourrages et de mobiliers ont été la proie des flammes. Cinq maisons ont échappé au sinistre. 12 familles ont tout perdu. Le départ de l’incendie a été attribué à deux enfants qui jouaient près d’une grange.

notrehistoire.imgix.net/photos...

Querelle épistolaire

L’incendie d’Erdesson a eu des répercussions dans les médias romands. Des lecteurs de la Gazette du Valais ont ri de bon cœur à l’appellation du nom du village de Merdasson. Ils ont écrit : « Nous ne ferons nullement un crime à Merdasson d’avoir brûlé, mais nous ne lui pardonnons pas de s’appeler… comme il s’appelle ! Il n’est pas besoin d’être grand clerc en étymologie pour savoir que ce nom propre - qui l’est si peu - signifie. En effet, en accolant le mot « son » (qui veut dire en patois « odeur »), à merde, on obtient « odeur de merde» (…) Ne pourrait-on pas l’appeler Rose-son ou Rosasson, voire Sonabon. On a l’embarras du choix !»

Les Grônards, qui avaient le nez délicat, ont répliqué. La polémique a duré six semaines. Agacé, le Conseil d’Etat a coupé court : le village s’appellera désormais Erdesson. Un point c’est tout !

notrehistoire.imgix.net/photos...

Et ailleurs ?

Les topographes suisses ont été moins regardants pour les localités de Chippis, Chillon, Gland ou Bitsch (Bitch - sans le s - signifie en anglais – pour être courtois - courtisane, péripatéticienne et pour être insolent, chienne, putain, talonneuse) Voir ce sujet dans NH.

Bibliographie :

  • Gazette du Valais : 17 mai 1912; 13-20-27-29 juin 1912.
  • Grône, un passé à découvrir – René Arbellay 1995 –
  • Grône, Chronique illustrée 2000 – René Arbellay 1999.

Légendes des photos :

  1. (photo principale) : Erdesson en 2020, Charly Arbellay
  2. Merdesson sur la carte topographie Dufour 1915
  3. Erdesson en 2021 – Entrée de localité, Charly Arbellay
Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Cher monsieur Pierre-Marie Epiney, drôle ou pas drôle...et si on arrêtait tous de pinailler...à la base tout est très clair ! Merci pour avoir apposé les mots en plus des images de monsieur Charly-G. Arbellay

  • Pierre Jeannerat

    Ce qui est triste, ce n'est pas le nouveau nom. Mais le béton qui envahit notre pays pour des maisons vides. Pour faire du fric....

Pierre-Marie Epiney
2,016 contributions
27 juillet 2021
36 vues
2 likes
0 favori
2 commentaires
7 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,206
6,474
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.