Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
L'émigrant de Pietro Chiesa

L'émigrant de Pietro Chiesa

1 août 1946
Pietro Chiesa, carte de la fête nationale 1946; collection Pm Epiney
Pierre-Marie Epiney

Ce magnifique tableau de Pietro Chiesa (1876-1959) montrant une famille migrante est un détail de la peinture murale située dans le hall d'entrée de la gare de Chiasso. L'oeuvre mesure 4 x 10 m.

Lancé en 1932, le concours pour la décoration de la gare de Chiasso a recueilli 58 projets. C'est celui de Chiesa qui a été retenu.

A noter que le document montré a servi de carte nationale suisse en 1946.

En voici la description d'Alexandra Ecclesia qui se trouve à cette page :

La composition de l’œuvre de Chiesa, dans les tons verts, bruns et ocres se caractérise par sa symétrie. Au premier plan, un groupe central est formé par l’émigrant qui s’avance vers le spectateur, laissant derrière luisa mère,sa femme et ses deux enfants, avec à gauche un homme agenouillé sur une terrasse, et à droite un paysan qui brûle les détritus de son champ. L’effet d’ensemble et l’adéquation avec l’architecture ont été pris en compte avec habileté par Chiesa, qui avait reçu un échantillon de la tonalité dominante de la salle lors du concours. Lors de l’inauguration de l’œuvre en 1934, Daniel Baud-Bovy loue ainsi «l’harmonieuse entente du coloris et son accord avec le ton des parois de l’atrium, qui est d’un rouge brique ».

Contrairement à Philippe Robert, Pietro Chiesa évoque une scène de la vie quotidienne, voire un fait historique et social. Dans un paysage rural, tout en intégrant les aspects de l’architecture locale, il représente les conséquences de l’industrialisation: le paysan forcé de quitter ses terres pour trouver du travail. Bien que le sujet évoque une réalité spécifiquement tessinoise, le renforcement de la cohésion régionale et nationale reste quant à lui intact. Daniel Baud-Bovy remarque en effet que le sujet «exprime à la fois un des aspects les plus habituels et les plus dramatiques de la vie tessinoise, le départ de l’émigrant, et qui dans ce cas particulier et régional, symbolise toutes les séparations dont les garessont les témoins». Le cas régional, évoqué par la figure de l’émigrant et un paysage chargé d’un message politico-social, est donc élevé à un niveau symbolique par le thème de la peinture murale en Suisse. En 1934, le carton de Philippe Robert ayant servi à l’exécution du décor de la gare de Bienne, ainsi que celui de Pietro Chiesa pour Chiasso, sont choisis pour figurer dans l’exposition Neue Schweizerische Wandmalerei, organisée par le Kunsthaus de Zurich. Parla suite, la partie centrale de la fresque de Chiesa [celle montrée ici] sera reproduite pour être distribuée dans des écoles et offices fédéraux.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
97,212
5,482
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.