Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Le Corbusier : la maison blanche_632

Le Corbusier : la maison blanche_632

9 octobre 2015
Claire Bärtschi-Flohr
Claire Bärtschi-Flohr

Un groupe d'anciens éclaireurs visitent :

La « Maison blanche » de Le Corbusier à La Chaux-de-Fonds

Chemin de Pouillerel 12

Elle fut construite, au tout début de sa carrière, pour ses parents, qui lui donnèrent carte blanche, même pour le choix du terrain.

C'était en 1912.

Charles Edouard Jeanneret, devenu plus tard Le Corbusier, avait 25 ans.

Il est né à La Chaux-de-Fonds le 6 octobre 1887. Il y fera ses études à l'Ecole d'Art, sous la direction de Charles L'Eplattenier.

Il a imaginé et fait construire une villa « à l'orientale », profondément influencé par son voyage récent en Orient et par la rencontre de quelques architectes férus d'architecture moderne, qui voulaient se distancer du style art nouveau alors en vogue et créer une architecture puriste.

Le Corbusier s'est inspiré de tout ce qu'il avait découvert et médité et a utilisé cette construction pour tester un certain nombre de ses idées en matière d'urbanisme. Cette villa est donc d'une grande importance dans la trajectoire de l'architecte et en est l'un des premiers jalons.

Il a peu pensé au confort de ses parents. Par exemple, à l'époque, de grandes baies vitrées ne protégeaient guère du froid les habitants d'une villa située à plus de mille mètres d'altitude. Il y avait déjà un chauffage central mais c'était un gouffre financier. La villa était en bordure de forêt, loin du centre, et, pour y arriver, il fallait emprunter un cheminement escarpé, comportant de nombreuses marches d'escalier.

L'association qui a pris en main la restauration de la maison blanche a pu se baser sur de nombreuses photos d'époque pour reconstituer l'intérieur et l'extérieur de la villa.

Le Corbusier a choisi ce pseudonyme à Paris, et s'est inspiré du nom de son arrière grand-oncle maternel : Lecorbésier.

Ci-dessous, une partie de la pergola avec le kikajon. Pour les ouvertures, on pense que Le Corbusier a reproduit l'ovale du "guichet", "fenêtre" typique des pendules neuchâteloises.

Le jardin et la pergola : reconstitués à l'identique : roses blanches :

Le salon. au premier plan, le piano de la mère de Le Corbusier qui était musicienne :

Vue sur la ville :

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,772
4,840
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.