Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
La rue du Rocher au soleil couchant_631

La rue du Rocher au soleil couchant_631

4 août 2014
Claire Bärtschi-Flohr
Claire Bärtschi-Flohr

Dans la vieille ville de La Chaux-de-Fonds, la rue du Rocher suit le sommet d'un escarpement qui domine la rue de l'Hôtel-de-ville.

Une très judicieuse citation de Jean-Paul Zimmermann, écrivain neuchâtelois : « la raide et pittoresque rue du Rocher, qui attend encore son Utrillo », est reprise par Charles Thomann dans sa description de la rue, à la page 73 de son livre « Histoire de La Chaux-de-Fonds inscrite dans ses rues, édition 1965 ».

Et il continue ainsi :

« La vieille maison, au numéro 7, fut jadis la prison-gendarmerie, puis l'ancienne préfecture. Récemment elle a été rénovée pour abriter l'Office des mineurs.

(la deuxième maison à gauche sur la photo).

Au numéro 15 de cette ruelle habitait le fameux Dr Alexandre Favre (1861-1923), qu'on retrouve sous le nom du Dr Boncoeur dans le livre de Walter Biolley « Irresponsable ? ». Le docteur Favre, homme bon et dévoué, bravait toutes les intempéries pour se rendre auprès de ses malades, souvent des déshérités qu'il soignait gratuitement. Le Gouvernement neuchâtelois interdit à cet homme fantasque de pratiquer la médecine, alors que la Cour d'assises le déclarait « irresponsable », ce qui ne l'empêcha pas d'être élu député socialiste au Grand Conseil ! Ses nombreuses brochures, par exemple « Les bandits de la seringue » et « Les bandits de la procédure » sont signées par le Dr Alex. Favre, qui ajoute généralement « médecin-chirurgien révolutionnaire et indépendant de coterie, prof. ag., jouteur franc-comtois de race et non-mômier, ancien député au Grand Conseil neuchâtelois » !

Les vieux Chaux-de-Fonniers se souviennent de ce personnage original qui sillonnait les routes de la ville avec son fameux tilbury, et qui conseillait à ses clients un séjour dans sa station climatique de La Rasse. Sa maison, où il avait installé une « clinique chirurgicale et un laboratoire bactériologique », appartient aujourd'hui encore à la fondation qui porte son nom. »

Au numéro 12, la maison rose, gérée en coopérative, possède une cave dont on aperçoit la porte d'entrée sur la photo. Dans ce lieu se tiennent des expositions et des manifestations.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,031
4,764
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.