Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Suzanne Delacoste (1913-1963)

Suzanne Delacoste (1913-1963)

Laurent de Weck

Suzanne Delacoste est née le 27 mars 1913 à Rio Negro (Parana, Brésil), fille de Paul Delacoste et d'Yvonne, née Couty. Son père travaillait au Brésil comme ingénieur pour le compte des Brazilian Railways. A la mort de sa femme, en 1918, Paul Delacoste rentre en Europe avec ses deux filles, Germaine et Suzanne. Son intention était de les ramener en Valais, à Monthey, où vivaient son père, le conseiller d'Etat Edmond Delacoste et sa nombreuse famille. Suzanne, âgée de six ans est en grand danger : outre la grippe espagnole, elle a contracté par sa mère une tuberculose qui attaque son système osseux. Opérée à Monthey, elle survivra, mais son corps gardera les séquelles visibles de la maladie. Alors que Paul Delacoste décide de poursuivre sa carrière d'ingénieur au Congo belge, Suzanne et sa sœur passent plusieurs années au Pensionnat Saint-Joseph, élèves des religieuses d'Annecy, sous le regard du clan familial, à Monthey et à Morgins. Le pensionnat demeure une inspiration récurrente dans l'œuvre de Suzanne Delacoste : des récits, dans ses nouvelles et ses romans, décrivent, avec drôlerie et tristesse, cet univers catholique orphelin.

Suivant les traces de sa sœur, Suzanne, après le pensionnat, voyage pour apprendre les langues. Elle découvre Londres et plus longuement Vienne, dont le séjour inspire son deuxième roman, « Fédora et la Solitude ». La romancière a commencé sa carrière journalistique en collaborant à « Curieux », le premier journal généraliste romand, édité à Neuchâtel dès 1936. Elle y signe son premier article, « Un dimanche en Valais » dans le numéro du 22 août 1936. Habitant Fribourg, elle tiendra dans « Curieux », sous son nom, durant près de quinze ans, une chronique de la vie fribourgeoise, qui agrafe de sa subtile ironie, clergé, autorités, patriciat et bourgeoisie.

Quittant Fribourg pour Lausanne au début des années cinquante, Suzanne Delacoste collaborera à la « Tribune de Lausanne » et à « La Nouvelle Revue ». Son activité journalistique lui laisse le loisir d'écrire trois romans : « Les Jardins clos », A l'Enseigne du Cheval ailé (1945) « Fédora et la Solitude », Flammarion (1948) et « Pavane pour l'Amour manqué », Rencontre (1954). Un quatrième roman reste inédit.

L'œuvre de cet auteur romand mérite relecture: mis à part ses quatre romans, quelques centaines d'articles et une cinquantaine de nouvelles lui survivent, qui n'ont rien perdu de leur drôlerie. Il est question de rééditer "Pavane pour l'amour manqué" en 2015, dans une édition qui inclurait "Tendre Mathias", le roman inédit qui en est la suite. Je sais qu'elle s'en serait réjouie.

Suzanne Delacoste s'est éteinte à Lausanne le 10 mai 1963. LdW

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Laurent de Weck
517 contributions
2 décembre 2013
789 vues
1 like
1 favori
0 commentaire
3 galeries
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,792
6,794
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.