Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Georges Schwizgebel à la cinémathèque de Lausanne

Georges Schwizgebel à la cinémathèque de Lausanne

27 octobre 2015
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Georges Schwizgebel

Dans le cadre de la journée mondiales du patrimoine audiovisuel, la Cinémathèque rend hommage à l'immense et modeste cinéaste Georges Schwizgebel ce mardi 27 octobre à 18h30 au Cinématographe avec la projection, en sa présence, de son nouveau court métrage Erlkönig.

Cette avant-première a été précédée d'une rétrospective de onze films d'animation qui ont jalonné son parcours.

Goethe en mélodies et en images

"Le propos de ce court métrage est de substituer des images aux paroles et de mettre en évidence, comme c'est le cas dans la musique, les quatre voix du poème de Goethe : le narrateur, le père, l'enfant et le roi, en utilisant des ambiances et des styles de dessin différents pour chacune d'entre elles. C'est aussi de pouvoir suivre un récit en écoutant la musique et en regardant des images sans avoir à lire des sous-titres ou écouter les paroles d'une langue que l'on ne connaît pas.

"J'ai choisi de commencer par une grande peinture de cavaliers galopant dans la forêt en un mouvement circulaire et de m'approcher de l'un d'entre eux pour le suivre dans son parcours.

Les apparitions du roi des aulnes sont traitées dans des couleurs vives, comme en plein jour, les plaintes du fils à son père imitent un dessin d'enfant, et le galop du père et de son fils dans la forêt est composé de couleurs de plus en plus sombres.

A la dernière apparition du roi, celui-ci devient menaçant, l'enfant s'enfuit et la caméra recule lentement découvrant une grande boucle où toutes les scènes du film sont entrelacées en une fugue finale qui se fige successivement sur le père, le roi et l'enfant. Et enfin, sur l'image du père serrant dans ses bras son fils déjà mort. "

Georges Schwizgebel "

Figure majeure du cinéma d'animation contemporain, Georges Schwizgebel est né en 1944 à Reconvilier. Après des études aux beaux-arts et une formation de graphiste, il fonde le studio d'animation GDS aux côtés de Daniel Suter et Claude Luyet, avec lesquels il réalise des génériques pour la Télévision suisse romande. En 1974, il reçoit une prime d'étude pour Le Vol d'Icare, tandis qu'une prime à la qualité vient récompenser Perspectives l'année suivante. Aujourd'hui, il est l'auteur d'une vingtaine de courts métrages récompensés dans le monde entier, dont La Course à l'abîme, classé dans les cent films d'animation les plus marquants par le festival d'Annecy, ou L'Homme sans ombre, réalisé en collaboration avec l'Office national du film du Canada et lauréat de dix-neuf prix internationaux.

Un cinéma musical L'autre composante primordiale constituant le fondement d'une grande part des films de Georges Schwizgebel est la musique. Celle-ci est suffisamment présente dans sa vie (bien qu'il ne joue pas lui-même d'un instrument), pour qu'il travaille en écoutant des radios classiques et que son fils pianiste ait donné ses premiers concerts avant l'age de 10 ans. L'animation développée dans les films de Schwizgebel, et ce dès le premier film (Le vol d'Icare), est entièrement assujettie à la trame musicale qui est bien évidemment choisie en amont de la production, le découpage et les mouvements devant suivre la rythmique et la structure générale de cette bande sonore.
Un cinéma pictural La gamme de couleur développée par Georges Schwizgebel est très personnelle, malgré ses variations d'un film à l'autre, et presque entièrement constituée de couleurs vives qui s'opposent en complémentaires.

  • Son fils Louis est pianiste, Louis Schwizgebel-Wang est né le 19 novembre 1987 à Genève. Fils du cinéaste d'animation Georges Schwizgebel et d'une mère chinoise, il commence l'étude du piano à l'âge de 6 ans avec Franz Josefovski. Il accède au niveau supérieur du Conservatoire de Lausanne dans la classe de Brigitte Meyer et obtient à 15 ans le diplôme de soliste avec les félicitations du jury. Louis a interprété presque tous les moments musicaux au piano des films de son père.

  • Film sur Louis, En 1998, l'émission culturelle Viva trace le portrait du tout jeune pianiste Louis Schwizgebel. Ce musicien prodige de dix ans combine de manière heureuse sa vie quotidienne d'enfant et les exigences de sa passion pour le piano.: http://www.rts.ch/archives/tv/culture/viva/4290137-pianiste-prodige.html

Je vous propose quelques films de cet immense cinéaste.

78 Tours : https://youtu.be/xSrE3oNZz3w

Hommage à Rodolphe Topffer : https://youtu.be/Lk6TvT8rXSU

La course à l'abîme' 'La Damnation de Faust' (1846) by Hector Berlioz; https://youtu.be/oCsNpJ_qLGQ

Jeu : https://youtu.be/hW-n8GDegJE

Georges Schwizgebel

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,794
4,723
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.