00:00:00
00:10:38

A. Borodin, Ouverture Prince Igor, OSR, E. Ansermet. oct.-nov. 1954

14 octobre 1954
Disques DECCA
René Gagnaux

L' opéra Prince Igor (Knyaz Igor, en russe) d' Alexandre Borodine est assez peu souvent joué, son ouverture (prologue) et ses Danses polovtsiennes sont par contre souvent données en concert.

Constitué d'un prologue et de quatre actes, l'opéra fut donné en première audition au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg le 4 novembre 1890. Borodine avait laissé l'oeuvre inachevée, Alexandre Glazounov et Nikolaï Rimski-Korsakov complétèrent l'oeuvre après son décès. L'intrigue s'inspire d'événements historiques décrits dans l'oeuvre littéraire médiévale Le dit de la campagne d'Igor. Pour plus de détails voir par exemple la page en français de Wikipedia.

L' argument du prologue: "[...] Plusieurs villes russes ont été pillées par les Polovtsiens. Le prince Igor hésite donc à partir en campagne contre le khan Kontchak. Désireux de le supplanter, Galitski soudoye Skoula et Jerochka. Sous leur influence, le prince ignore finalement les mises en garde de sa femme et de son peuple. Ces derniers voient en effet dans une éclipse récente un mauvais présage. [...]" cité d'après la page en français de Wikipedia.

L' enregistrement de cette ouverture pour le disque a été fait en monophonie et en stéréophonie (c'est un des premiers enregistrements en stéréophonie faits par Decca, une stéréo du tout début) - SAR905-12, Pr: Victor Olof Eng: Gil Went (m), Roy Wallace (s), 14.10.-11.11.1954, Victoria Hall, Genève - et est paru d'abord en mono en février 1955 sur Decca LXT 5022 et en juin 1955 sur London LL 1178, puis en stéréo en novembre 1959 sur London CS 6126, réédité en mars 1971 sur Eclipse ECS 576.

Le disque est dédié à trois oeuvres de Borodine: sa symphonie No 2 sur la première face, la 3e symphonie et cette ouverture du Prince Igor sur l'autre face.

Cet enregistrement fut très apprécié par la critique: "[...] I was soon completely with Ansermet and full of admiration for the orchestral playing as well as for the most successful interpretation. It was good to continue and find the Scherzo taken at a reasonable speed, one that is playable clearly and rhythmically. The rest of the symphony is equally well done and altogether this performance should revive the interest of anyone who feels he has heard, enough of the work, especially as the recording is also exceptionally good. [...]" (cité d'après la revue Gramophone d'avril 1955 lors de la parution du Decca LXT 5022).

L' enregistrement que vous écoutez:

Alexandre Borodin, Ouverture de Knjas Igor (Prince Igor), Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, 14.10.-11.11.1954 (10:37)

Provenance: Decca CS 6126, ZAL 2404-1A

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
René Gagnaux
1,744 contributions
9 décembre 2012
861 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
2 galeries
00:10:38