Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Lausanne: le "château de la Loire; attend les pelleteuses.

Lausanne: le "château de la Loire; attend les pelleteuses.

15 juin 2014
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Photo ci-dessus: Construit en 1895 par l'architecte Francis Isoz, l'immeuble a été rasé pour faire place à un bâtiment administratif au printemps 2014.

Lausanne a mal a son urbanisme. Durant des années la ville a reçu de nombreuses oppositions, défense des monuments, architectes, groupes de protection du patrimoine, etc.... à cette démolition....ces nombreuses oppositions ont été levées pour la simple raison que la commission d'opposition à décrété qu'il y avait "beaucoup" d'immeubles construits par cet architecte à Lausanne. On croit rêver....

D'autre Ville auraient préservé ce magnifique patrimoine architecturale....mais, depuis des décennies, la ville de Lausanne réfère "raser" son histoire !

  • Aujourd'hui:

Maison Iso rconstruite

Après des années de procédures, d'oppositions levées et de recours avortés au Tribunal, le vieil immeuble de l'avenue de la Gare 39 à Lausanne va tomber sous les pelleteuses. Le chantier a commencé ce lundi. Il faudra d'abord sécuriser les lieux par de hautes palissades, vider le contenu de la maison, récupérer ce qui peut l'être puis enlever les tuiles. Commencera alors la démolition à proprement parler.

Elle se déroulera sous un immense rideau suspendu à une grue, histoire de protéger les alentours de toutes projections de gravats. Une coupeuse géante s'attaquera alors à la bâtisse. Cette partie du chantier devrait se terminer fin février. Place ensuite au terrassement. Philippe Gross, directeur immobilier d'Edipresse Développement: «Il s'agira de construire un grand trou de 15 mètres de profondeur. Ce sera une phase compliquée. Une centaine de pieux seront enterrés. Chaque pieu sera tenu par un ancrage sous l'avenue de la Gare et sous celle de la Rasude. La fin de la fouille est agendée fin septembre 2012.

Il sera alors temps de construire un nouveau bâtiment administratif en forme de C, conçu par les architectes Geninasca-Delefortrie à qui l'on doit notamment le stade de la Maladière à Neuchâtel. A terme, il proposera 4232 mètres carrés de surface nette de bureaux. Soit quelque 800?mètres carrés de surface utile par étage. A quel prix? «Vu la situation géographique de l'immeuble et son haut standing, disons que les loyers seront effectivement élevés», avance Philippe Gross. Il y aura encore un parking souterrain de 81 places. Coût des travaux: 29 millions de francs.

Pour sa construction, Francis Isoz s'était inspiré d'exemples du passé, en l'occurrence de la Renaissance française, et plus directement des Châteaux de la Loire et celui de Chambord en particulier. Lausanne doit aussi à cet architecte veveysan l'hôtel du Château d'Ouchy (1893), la Maison Mercier (1900), l'Ecole normale (actuel Gymnase du Bugnon), la BCV (1897) ou encore le Crédit foncier vaudois (1908). (24 heures)

Article Journal 24heures. 16.1.2012 mis sur NH avec l'aimable autorisation du journaliste Laurent Antonoff.
Photo Samuel Fromhold

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Emmanuel Gambarini

    Vu de l'extérieur le bâtiment avait fière allure, encore un vestige historique qui à disparu, dommage.

  • Martine Desarzens

    Un ami m'a dit que l'intérieur de l'immeuble était encore splendide; immenses pièces avec des hauts plafonds garnis de staff, salles de bains magnifiques, escaliers à l'ancienne, boiseries, etc...Promoteurs et propriétaires ont préféré dépenser 29 millions pour reconstruire du neuf, plutôt que d'investir dans une adaptation de l'ancien immeuble à des normes pour l'informatique etc....afin de garder ce splendide patrimoine architectural lausannois.... Le nouvel immeuble à de l'allure certes, mais cette folie actuelle de tout raser plutôt que de conserver, restaurer comme dans certaines villes comme Berne; l'urbanisme lausannois est au plus mal, souffre de maladie incurable du mauvais goût depuis des décennies!

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
94,122
4,809
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.