Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

L’éveil culturel du jeune enfant au « Théâtre des Lutins » à Lausanne

20 mars 2013
Place des Philosophes, Lausanne
Martine Desarzens
Martine Desarzens

En découvrant les photos d'Anne-Marie Martin-Zürcher sur la fresque du Théâtre des Lutins à Lausanne, je vous propose ci-dessous ce texte sur ce théâtre que j'ai écris en 2007 pour la Ville de Lausanne dont j'ai été membre du comité durant plusieurs années. À quoi sert le théâtre ?

À rien…… à la vie,

Ça sert à vivre….. Vivre pour le sens inconnu, profond et mystérieux d'être,

Comme le fait chaque humain. Comme le fait chaque enfant.

Les enfants sont capables de recevoir sans comprendre, sans explication.

Dès 1970, on voit apparaître le terme «éveil culturel» mis en évidence par de nombreuses personnalités de l'éducation. Françoise Dolto, à travers ses émissions radiophoniques destinées aux parents et professionnels, parle de la nécessité d'un accès à la culture pour les jeunes enfants.

Suivant ce formidable intérêt porté à la petite enfance, Thierry Lainé et Bernard Martino réalisent le célèbre documentaire « Le bébé est une personne » contribuant également à sensibiliser le grand public à l'importance d'inscrire le tout-petit dans une culture et les traditions qui lui sont propres. Plus près de nous, Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre français, met en évidence le rôle important de l'éveil culturel dans les milieux éducatifs; dans la collection « Mille et un bébés » qu'il dirige, de nombreux numéros sont consacrés aux multiples aspects que prend la culture dans le quotidien des jeunes enfants : livres, contes, musique, marionnettes, théâtre, expositions, etc.

Mais entrons dans le théâtre des Lutins !

Le théâtre des Lutins est une histoire de famille !

Il existe un art de la marionnette. Il suffit, pour s'en assurer, de voir quelques-unes des merveilleuses réalisations de Marie-Jeanne Plaar Meurice, créatrice du Théâtre des Lutins à Lausanne.

Marie-Jeanne Plaar Meurice est une « grande personne » qui n'a pas oublié son enfance. Professeur de géographie, elle s'est installée dans le monde des Lutins tout d'abord pour son fils Sébastien, puis s'est adressée aux enfants de l'immeuble, du quartier et aujourd'hui de sa ville. Elle a présenté des spectacles dans les garderies lausannoises durant une quinzaine d'années avant de dénicher avec Wilfried son mari, cet ancien magasin de cycles qui est devenus le Théâtre

Les spectacles du « Théâtre des Lutins » garantissent à chacun l'accès à la culture et la possibilité de pratiques artistiques et culturelles dès son plus jeune âge, quel que soit son milieu socio-culturel.

Les thèmes abordés dans les spectacles permettent aux enfants de développer leur imaginaire et participent à la prévention des inégalités et le maintien du lien social.

Lorsque vous allez pour la première fois dans l'impasse, juste derrière la Place Pépinet à Lausanne, vous êtes surpris par la pauvreté de l'emplacement de ce minuscule espace culturel ; et pourtant la magie opère immédiatement; enfants et adultes sont accueillis par Wilfried qui tient la caisse, à l'entrée du théâtre dans un minuscule parterre fleuri et joyeux.

Celui-ci adresse à chacun un petit mot d'accueil, comme « au vrai théâtre ».

Une petite table fait office de guichet, chacun fait la file pour prendre son billet.

Ici, grâce à Wilfried Plaar, qui vend les billets, on échappe à la nervosité occasionnée par certains grands spectacles :

-……..« vite on se dépêche, vous êtes en retard »…..

-…« le bus avait du retard, on va louper le début ! »……

-…« on a gardé des places devant, mais vous les adultes, restez au fond car sinon les enfants ne verront rien. » !

Mathieu mon petit fils dans les bras de son papa.

Rien de ça au théâtre des Lutins ; les enfants s'installent, avec leur mère, leur père ou un adulte proche. Parfois dans les bras des adultes, certains « grands » s'installent seuls sur un fauteuil.

Marie-Jeanne Plaar, marionnettiste, met en scène la présence des petits par un accueil, elle donne les explications nécessaires sur le déroulement du spectacle.

Le noir s'installe tout doucement au son de musiques diverses. La salle s'assombrit, la scène s'éclaire le rideau rouge s'ouvre sur un décor.

Apparaissent la grotte bleue, le loup et l'ogre, la chambre des trois ours, la maison de la grand-mère à l'orée de la forêt ou le grenier de la souris magique ! Parfois on entend une parole d'un enfant qui dit tout haut ce qui le surprend.

Pour grandir, le petit enfant va devoir vivre par lui-même, découvrir le monde des autres. Le théâtre des Lutins en disant ce monde à travers ses spectacles va aider l'enfant à avancer vers ce monde avec plaisir.

S'il fallait caractériser ses marionnettes en deux mots ou pourrait dire qu'elles sont merveilleuses et mystérieuses : merveilleuses à cause de leur taille qui les apparente à des êtres irréels, aux nains, aux gnomes, aux lutins ; mystérieuses, puisque de papier mâché ou de chiffon, elles sont animées, vivantes, parlantes et parce qu'on ne voit pas toujours leurs jambes et que, pourtant on les sent marcher. Elles sont surtout personnages de rêve et de fantaisie.

Philippe Merieu, psychologue nous dit… « Le théâtre est encore un des lieu où l'on n'est pas puni quand on ne comprend pas- ce qui est bien car on a le droit de ne pas comprendre - où l'on n'est pas puni quand on n'aime pas- ce qui est bien parce qu'on a le droit de ne pas aimer- et surtout où l'on peut voler quelques connaissances…. »

La marionnettiste, par son jeu, sa manipulation et sa voix, donne vie à une forme, un objet, un personnage, un voyage dans un monde qu'elle invente, un voyage dans l'imaginaire et le merveilleux dans lequel se croisent les « gentils et les méchants, les trop grands ou les trop petits». La diction est parfaite, le langage riche en mots.

Le dragon ver-luisant protège le trésor devant la grotte magique. Le prince voisin, au péril de sa vie, va combattre le dragon qui a emprisonné l'eau dans sa forteresse. Pomme des Neiges souffre des moqueries des animaux de la foret à cause de ses grandes oreilles. Ptilou et Grand Toine apprennent le respect des autres, la politesse et l'entraide grâce à la fée des étangs. Petit roi Petit pois apprend en douceur mais fermeté qu'il ne doit plus être un enfant tyrannique.

À travers les aventures de nos petits héros, les enfants découvrent la notion de distance qui les sépare des mondes plus lointains et inconnus, de la peur de s'y aventurer seuls et de surmonter les difficultés. C'est aussi l'occasion de soulever la question de l'entraide, de la mise en valeur des compétences de chacun pour une cause commune, de notions d'écologie. Grâce à leur habitat souterrain, leurs aventures et mésaventures, les héros montrent de manière simple et imagée que la sensibilité et l'imagination sont les instruments d'une relation au monde extérieur et intérieur aussi indispensables que les cinq sens.

À travers la vie des marionnettes, l'enfant peut s'identifier à des situations avec la distance nécessaire. L'enfant apprend en douceur des valeurs éducatives, humaines, civiques et écologiques.

L'enfant revit avec humour des émotions qu'il vit au quotidien ; la bagarre, l'insolence, la colère, le rejet, la peur ou la joie.

À la fin de chaque spectacle, les enfants qui le souhaitent peuvent venir toucher les marionnettes et poser des questions à la marionnettiste, ce qu'ils ne manquent pas de faire ! Cette activité d'éveil vise aussi bien l'observation de l'atmosphère dégagée par les couleurs au travers d'œuvres d'artistes d'époques et de styles très divers évoquant des sujets réalistes, que la connaissance de la gamme chromatique - nom des couleurs, teintes, nuances, mélanges - et les différents aspects d'une couleur : opaque, transparente, vive et sombre. Ce rituel permet également à l'enfant de retrouver en douceur le monde réel ; il participe à la dédramatisation, atténue les craintes peut-être ressenties par l'enfant.

L'enfant peut se familiariser avec plaisir avec ce qui se passe « en coulisse » du théâtre…Le « Théâtre des Lutins » plaît aussi par le charme de son cadre, ses dimensions lilliputiennes si bien adaptées aux tout-petits, ainsi que ses décors, dignes d'une maison de poupée adaptée à la taille de l'enfant ; c'est l'adulte qui s'accommode de ce lieu.

Les règles et les consignes participent au développement social de l'enfant :

En allant au théâtre, l'enfant apprend à respecter les règles élémentaires du savoir-vivre : être calme, rester silencieux si l'activité le réclame, respecter autrui, ne pas enfreindre les règlements internes, obéir aux recommandations de la marionnettiste, ne pas endommager le décor de la salle ou le revêtement des sièges (notamment en appuyant ses chaussures sur le dossier du siège qui est devant soi). L'accompagnement obligatoire de l'enfant par un adulte reconnaît les parents dans leur rôle éducatif et dans leur fonction parentale. La philosophie et l'objectif du théâtre restent pédagogiques, tout en offrant du rêve et de l'imaginaire aux enfants : passer un message sérieux sous une forme attractive et associer les parents à la réflexion. Le sens des spectacles est donc essentiellement éducatif.

Il est communément admis que la marionnette exerce un pouvoir important sur les jeunes enfants. Source de langage, elle peut être aussi déclencheur de parole pour certains d'entre eux.

Le « Théâtre des Lutins » privilégie son accès aux plus jeunes enfants en les initiant au monde su spectacle dans un lieu qui est fait à leur mesure. Dès que leur âge le permet, vers 7 ans, le public des enfants de la région lausannoise se rendra avec plaisir au « Petit Théâtre » ou au « Théâtre pour enfants ».

La charte du Théâtre des Lutins :

Respecter l'individu, l'enfant en particulier, en offrant des spectacles de qualité,

Adapter sa pédagogie au développement de l'enfant dès 3 ans,

Privilégier toutes formes de contacts, afin de développer la communication entre les êtres humains

Développer l'imaginaire et le langage.

Voir ;http://www.theatre-des-lutins.ch/theatre-des-lutins/Accueil.html

Martine Desarzens

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Martine Desarzens
885 contributions
20 mars 2013
1,648 vues
3 likes
2 favoris
2 commentaires
5 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
105,467
6,579
© 2022 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.