Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

2 - L'âge d'or des dramatiques Repérage

2 mars 2014
Maurice Huelin, Jean-Jacques Lagrange
Radio Télévision Suisse

Par Maurice Huelin et Jean-Jacques Lagrange

Dans le grand studio TSR, les caméras captent une scène d'une dramatique.

Dès 1959, le premier chef du Service Dramatique TSR, Jo EXCOFFIER, a mis en place avec les réalisateurs une véritable politique de programmation, de création et de production de fictions en phase avec le développement du service scénique et la maîtrise des moyens techniques acquise par les réalisateurs, décorateurs, chef-opérateurs, caméramans, scriptes et autres techniciens.

Maurice HUELIN, qui lui a succédé de 1962 à 1982, a énergiquement développé cette politique de création qui incarne l'effort culturel de la TSR pour faire connaître les grands auteurs de théâtre, stimuler l'émergence de nouveaux auteurs en Suisse romande et enrichir ses programmes de service public.

Ainsi, en septembre 1965, HUELIN présente, dans un article du magazine Radio TV Je Vois Tout, le programme de l'automne 65 qui a fort belle allure avec cinq productions TSR, une coproduction avec les TV francophones et neuf productions achetées à ORTF - RTBF et Radio Canada :

LES « SPECTACLES D'UN SOIR » DE LA SAISON

Maurice Helin présente le programme des téléthéâtres que vous pourrez suivre à la TV romande cet automne tous les dimanches soir :

27 septembre - LE PÉLICAN de Strindberg réalisé par Jean-Claude Diserens (TSR)

3 octobre - HUIS CLOS, de Jean-Paul Sartre réalisé par Michel Mitrani (ORTF)

10 octobre - CATHERINE AU PARADIS d'Yves Chatelain, spectacle enregistré en public à Bruxelles par RTBF

17 octobre - LA DAME DE TRÈFLE de Gabriel Arout avec Michel Auclair réalisé par Raymond Barrat (TSR)

24 octobre - LE FAISEUR d'Honoré de Balzac avec Michel Bouquet (ORTF)

31 octobre - SUR LA TERRE COMME AU CIEL de Fritz Hochwalder (RTBF)

7 novembre - LE CHIEN DU JARDINIER de Lope de Vega réalisé par Paul Siegrist (TSR)

14 novembre - PAS D'AMOUR de Hugo Betti adapté par Maurice Clavel (Radio Canada)

21 novembre - LA MAIN LESTE et LES SUITES DU PREMIER LIT d''EugèneLabiche (ORTF)

28 novembre - L'AMANT d'Harold Pinter avec Paul Guers et Françoise Giret, réalisé par Jean-Jacques Lagrange (TSR)

5 décembre - LA GRANDE PEUR DANS LA MONTAGNE de C.F.Ramuz avec Philippe Clay . Une coproduction franco-belgo-canado-suisse réalisé par Pierre Cardinal (ORTF)

12 décembre - LE HARNAIS SUR LE DOS de Luc André (RTBF)

19 décembre - GAVROCHE d'après « Les Misérables » de Victor Hugo (ORTF)

24 décembre - LE ROYAUME DU PARADIS légende du Moyen Age adaptée par François Roulet -Réalisée par Roger Burckhardt (TSR)

31 décembre - Un spectacle gai enregistré à Paris avec une grande vedette comique française

Pour l'année prochaine, le Service Dramatique TSR va produire dans son studio plusieurs dramatiques originales :

- TOUT POUR LE MIEUX de Luigi Pirandello réalisé par Raymond Barrat

- LE NID D'AMOUR de Georges Bratschi réalisé par Michel Soutter

- L'AQUARIUM d'Aldo Nicolaï avec Philippe Mentha réalisé par Pierre Matteuzzi

- SOIRÉE MUSSET avec Mme Dussane de la Comédie Française réalisée par Raymond Barrat

- MALBROUGH S'EN VA-T-EN GUERRE de Marcel Achard réalisé par Roger Burckhardt

- LA FIN DU COMMENCEMENT de O'Casey réalisée par Jean-Jacques Lagrange

- LE BAL DES MACHINES de Gérald Lucas réalisé par Roger Burckhardt

- LE DOUBLE de Friedrich Dürenmatt réalisé par Roger Gillioz

- Un film original écrit et réalisé par Michel Soutter sur les bords du Léman et d'autres projets en cours de préparation par Claude Goretta, et Pierre Koralnik ainsi que deux contributions TSR à la série francophone d'après les romans de C.-F. Ramuz :

- JEAN-LUC PERSÉCUTÉ réalisé par Claude Goretta

- LE GARCON SAVOYARD réalisé par Jean-Claude Diserens

Ce programme copieux de réalisations originales est équilibré avec des pièces du répertoire classique, des comédies, des oeuvres d'auteurs contemporains et des scénarios écrits pour la TV. Cette liste illustre le dynamisme du Service Dramatique TSR qui est maintenant sur orbite avec une maîtrise des moyens techniques à disposition. Maurice HUELIN développe aussi les coproductions avec l'ORTF, RTBF et Radio-Canada. De 1962 à 1982, il produit plus de 200 émissions de fiction dont beaucoup sont des créations originales.

En 2004, pour le livre du 50e anniversaire de la TSR, il porte un regard retrospectif sur cet « Âge d'or des dramatiques » :

L'âge d'or des dramatiques - dans les années 1960-1970 - aura coïncidé avec l'avènement de réalisateurs d'exception et l'affirmation d'un langage spécifique de la fiction en studio, autre que celui de la narration cinématographique. Les pièces de théâtre ou les textes originaux étaient fouillés par une approche intime, quasi psychologique de la caméra. Comme un oeil qui scrutait les âmes et les mots.

Sentiment donc d'un autre rythme, d'une aptitude nouvelle à recevoir en gros plan les émotions. En une sorte de huis-clos, comme la pièce du même nom de Sartre, réalisée par Michel Mitrani en un seul et unique plan obsessionnel.

C'est aussi parfois de plans-séquences d'une durée historique dont usait Claude Goretta pour cerner au plus près, sans rupture aucune, interprètes et répliques de Wesker ou de Marguerite Duras.

Le soutien mutuel d'un texte, plus fort que tout scénario à prétention faussement cinématographique, et d'une image discrète, mais irrésistiblement présente - la conjugaison du mot et de l'image ; tel était donc le secret des dramatiques où brillaient nos meilleurs réalisateurs.

Ainsi Pirandello révélé en ses vertiges psychologiques par Roger Burckhardt ou Raymond Barrat, mieux encore qu'à la scène. Et Pinter imposant le poids des mots et des silences dans L'Amant réalisé par Jean-Jacques Lagrange ou dans La Collection, pièce sur mesure pour Michel Soutter, ce maître du temps mort. Avec des acteurs usant de l'ambiguïté et du non-dit : Michel Lonsdale, Marcel Imhoff.

L'économie, la force du langage et la vérité du gros-plan caractérisaient la fiction sur le petit écran. Comme un signe précurseur d'une société allant à l'essentiel.

Mais jamais non plus l'image n'occultait le mot, ne réduisait sa force poétique, son pouvoir d'interrogation. Jusqu'à se fondre l'une l'autre lorsque le réalisateur était lui-même l'auteur du texte, tel ce Schubert qui décoiffe, oeuvre en demi-teinte de Michel Soutter, créateur qui nous manque à jamais, et qui ouvrait la voie de l'écriture télévisuelle.

Les dramatiques, trente ou quarante ans plus tard, ce sont des souvenirs en forme de coups de coeur, tous liés à cet équilibre entre la forme et le fond où se rejoignent auteurs et réalisateurs : le duo Haldas-Goretta transposant Tchekov, conteur selon leur coeur ; des écrivains suisses imaginant une dramaturgie du petit écran, Walter Weideli, Louis Gaulis ou Denise Gouverneur, laquelle offrait dans Levée d'écrou un rôle bouleversant à Lise Lachenal ; ou Fassbinder, auteur autant que cinéaste, dont Liberté à Brême était passée au scalpel par Raymond Vouillamoz, avec un trio d'interprètes exceptionnels : Catherine Sümi, Jacques Denis et Roger Jendly.

Des dizaines d'acteurs, hélas, ont disparu, l'incomparable François Simon et tant d'autres qui jalonnent ce long chemin de la fiction en studio, ainsi que trois de nos meilleurs réalisateurs, Michel Soutter, Roger Gillioz, Jean-Claude Diserens : ils auront laissé sur notre terre cette trace frémissante, unique où se réconciliaient le mot et l'image

Maurice Huelin

L'effort d'apporter aux spectateurs romands des oeuvres fortes dans des réalisations originales liant la forme et le fond décrit par Maurice Huelin n'a pas toujours été apprécié par certains milieux conservateurs qui lui reprochaient de présenter des « oeuvres d'avant-garde » à résever aux spécialistes et faisaient pression sur la Direction des programmes avec de nombreuses interventions publiques.

Par prudence, entre 1956 et début 1958, neuf émissions dramatiques ont été accompagnées, dans les programmes publiés par le magazine Radio Je Vois Tout, d'un avertissement : « Pour adultes seulement ».

Ce sont : La Lettre de Sommerset Maughan - La Parisienne d'Henri Becque - Gringalet de Paul Vanderberghe - L'homme au parapluie un polar de Dinner et Moore - Le bal du lieutenant Helt de Gabriel Arout - Le cyclone de Sommerset Maughan - L'équipage au complet de Robert Malet - La femme sans tête*, pièce policière comique de Jean Guitton -* L'aigle à deux têtes de Jean Cocteau.

Cette précaution des programmateurs sur des oeuvres du répertoire théâtral vraiment tout sauf sulfureuses fait sourire aujourd'hui mais témoigne de la sensibilité d'une époque pas si lointaine.

Comme on l'a vu au début de cet article, Maurice Huelin a successivement diffusé dans la saison d'automne 1965 des oeuvres majeures comme Le Pélican de Strindberg, Huis Clos de Jean-Paul Sartre, La dame de trèfle de Gabriel Arout, deux comédies de Labiche : La main leste et Les suites d'un premier lit et il avait programmé pour le 28 novembre L'Amant d' Harold Pinter, scénario original TV qui avait remporté le Prix Italia 1964 et que Pinter définit comme « l'histoire d'un couple heureux ». C'était d'ailleurs le Directeur général de la SSR, Marcel Bezençon , au retour du Prix Italia, qui avait transmis le scénario à René Schenker avec recommandation de le faire réaliser à la TSR !

Mais cette programmation éclectique et l'annonce de L'Amant, titre provocateur aux yeux de certains milieux, a déclanché de fortes pressions sur la TSR. Suite à ces pressions, René SCHENKER, directeur TSR a, dans un premier temps, retiré l'émission prévue au programme le 28 novembre et l'a remplacée par une dramatique qui venait d'être enregistrée et qui était une reprise en studio du spectacle de la Comédie de Genève : Tout pour le mieux de Luigi Pirandello dans une mise en scène de Raoul Guillet et une réalisation de Raymond Barrat.

L'Amant est diffusé trois mois plus tard, le 1er mars 1966 à 21h. 10, suivi d'un débat entre Robert Kanters, critique dramatique parisien du magazine L'Express, Walter Weideli, auteur dramatique, François Tranchant journaliste et critique TV et Bernard Béguin, rédacteur en chef du Journal de Genève, présenté comme l' « honnête homme » spectateur.

Le magazine Radio TV Je Vois Tout présentait l'émission en précisant que « L'Amant n'est donc ni un vaudeville,ni une pièce d'avant-garde, mais une sorte de ballet parlé où les jeux de l'amour révèlent un couple franc,intelligent et heureux de vivre dans un perpétuel bain de tendresse ».

Mais dans la colonne du programme TV du 1er mars, un avertissement précisait à propos du débat :

« Le théâtre d'Harold Pinter est considéré par certains comme un théâtre d'avant-garde. Plus simplement, on pourrait dire que les oeuvres d'Harold Pinter sont jeunes d'inspiration. Leur franchise, leur morale, leur façon de considérer la vie et l'amour peuvent, dans une certaine mesure, surprendre les spectateurs non avertis. Qu'en pense la critique ? Voilà le sujet de cet entretien qui fait suite à l'émission. On parlera un peu de morale, on comparera la mise en scène et le jeu des acteurs à celui des comédiens qui tiennent les mêmes rôles à Paris. Et on comprendra bien vite que ce débat est aussi une affaire de générations : les moins de 40 ans admettent fort bien « L'Amant » et l'aiment, parce que cette pièce, en dépit des apparences, est d'une logique très plaisante et qu'elle est un téléthéâtre très télévisuel ».

Que de précautions oratoires ...... qui n'empêchent pas , après la diffusion de L'Amant, la réaction très vive du Cartel Genevois d'Hygiène Sociale et Morale qui publie dans la presse un communiqué très critique envers la TSR et qui dit :

Dans sa séance du mois de mars 1966, le Cartel Genevois d'Hygiène Sociale et Morale, qui émane d'une soixantaine d'organisations et de groupements genevois, a approuvé à l'unanimité les remarques qui suivent :

A deux reprises, au début de cette année, la Télévision romande a offert en soirée des pièces de théâtre dont l'inspiration était de nature principalement érotique. ( Réd. : Il s'agit de « La Dame de Trèfle » de Gabriel Arout et de « L'Amant » d' Harold Pinter )

Le responsable de cette programmation a pris la précaution de la faire précéder d'un avertissement de la présentatrice. Pour plus de prudence encore, la Télévision Romande organisait au studio même, après la deuxième émission, une sorte de « forum ». Etaient invités à ce débat trois spécialistes de l'art dramatique et un journaliste qui fut qualifié de représentant de « l'honnête homme ». Ce journaliste, honnête homme, a fort bien exprimé, au cours de ce forum, le malaise qu'ont ressenti de nombreux concessionnaires en face de cette expérience indiscutablement « discutable ».

La Télévision Romande aurait été mieux inspirée en faisant juger son initiative par un « jury » plus représentatif de la grande masse des téléspectateurs, dont beaucoup n'ont nulle envie d'être transformés en « télévoyeurs » pour reprendre un expression lancée dans ce débat. Il nous faut aujourd'hui poser publiquement une question. Ce genre d'émission dramatique expérimentale est-il vraiment compatible avec le statut de la Télévision Romande ? Question d'appréciation, sans doute. Nous souhaitons qu'elle soit vraiment posée aux responsables de la TV, par des délégués des spectateurs romands, à la prochaine séance pleinière de la commission des programmes.

La Télévision Romande n'a pas à se prêter à des essais audacieux et discutables de spécialistes de l'art dramatique. Elle doit respecter les règles morales fondamentales de son statut. Il faut qu'à l'avenir, elle tienne compte des observations pertinentes et judicieuses faites avec bon sens par le journaliste qui représentait les « honnêtes gens » dans ce singulier « forum » du 1er mars 1966.

L'observation « pertinente et de bon sens » relevée dans le communiqué se référait à la remarque de Bernard Beguin, au cours du débat, disant qu'il avait eu l'impression de « regarder l'action par le trou d'une serrure » !

Après la diffusion de ce communiqué, les journalistes François Tranchant, dans La Feuille d'Avis de Lausanne et Freddy Landry dans La Feuille d'Avis de Neuchâtel se sont inquiétés de « cet ordre moral qu'on veut imposer à la TSR ».

Cette anecdote nous fait mesurer combien, à ses débuts, l'arrivée des images de télévision dans les foyers bouleversait les habitudes et conventions sociales aussi bien avec les émissions de fiction qu'avec les reportages documentaires.

Françoise Giret et Paul Guers. (Photo parue dans Radio Je Vois Tout pour annoncer L'Amant de Harold Pinter)

Voir également le texte: Les émissions dramatiques de la TSR 1954 - 1984

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Radio Télévision Suisse
16,352 contributions
2 mars 2015
1,700 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,822
6,154
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.