Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
La famille des fermiers de Bonmont

La famille des fermiers de Bonmont

Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

Portrait du couple Jeanmonod avec leur fils devant la Ferme de Bonmont.

A propos de cette belle image cette réflexion de Ramuz

« J'aurais voulu que mes personnages fussent suffisamment humains pour être parfaitement accessibles aux autres hommes, d'où qu'ils proviennent. J'aurais voulu réconcilier la région et l'univers, le particulier et le général, appuyé fortement sur un coin de pays, mais tâchant de le déborder par l'ampleur des sentiments qui y trouvent naissance, et qui le dépassent pourtant jusqu'à rejoindre par delà les frontières de mêmes sentiments nés d'ailleurs, mais analogues à leur sommet (si j'ose dire), car il y a quand même une communauté humaine (Lettre à Albert Gyergyai (traducteur et écrivain hongrois), mai 1940)

La Ferme de Bonmont , rural et logement des fermiers, attachée au Domaine de Bonmont dans le passé se trouve dans la commune de Chéserex . Cette ferme n'a pas l'aura sécularisé de sa voisine, la belle Abbaye, mais il émane de ce lieu une impression d'essentiel, qu'incarne parfaitement bien le couple qui le rend vivant et fonctionnel. Pierre Auguste Chappuis a été Régisseur du Domaine de Bonmont et s'est occupé de la ferme et des ses transformations, il a également établi un lien d'amitié avec les occupants.

Photographie prise par Pierre Auguste Chappuis

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Renata Roveretto

    Sympa sous le soleil la famille fermier bien sur pied……………et de plus toute anonyme...………..!

  • Philippe Chappuis

    oui, une grande force dans cet anonymat, Ramuz disait: « J’aurais voulu que mes personnages fussent suffisamment humains pour être parfaitement accessibles aux autres hommes, d’où qu’ils proviennent. J’aurais voulu réconcilier la région et l’univers, le particulier et le général, appuyé fortement sur un coin de pays, mais tâchant de le déborder par l’ampleur des sentiments qui y trouvent naissance, et qui le dépassent pourtant jusqu’à rejoindre par delà les frontières de mêmes sentiments nés d’ailleurs, mais analogues à leur sommet (si j’ose dire), car il y a quand même une communauté humaine (Lettre à Albert Gyergyai (traducteur et écrivain hongrois), mai 1940)

Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,155
4,660
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.