Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Repérage

Encre et papier

18 janvier 1960
Robert Ehrler (réalisateur)
Radio Télévision Suisse

Tourné en 1960 dans les locaux de l'Imprimerie de la Concorde à Lausanne, ce reportage de l'émission Présence protestante présente, pas à pas, les étapes nécessaires à la fabrication d'une bible. Entre la composition du texte et la reliure, plusieurs métiers interviennent: monotypiste, stéréotypeur, correcteur, metteur en page, conducteur de machine à imprimer offset. Des métires qui, par leurs exigences techniques et intellectuelles, formaient une sorte d' "aristocratie ouvrière".

Au début des années 1960, le monde de l'imprimerie se révèle encore très artisanal et bien loin de la photocomposition qui interviendra dans les années 70 et de la PAO qui se démocratise dès 1984.

D'autres documents sur le site des archives de la RTS.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Sylvie Bazzanella

    Les bureaux de l'imprimerie de la Concorde se situaient à la rue des Terreaux 29. Lieu pour moi bien reconnaissable. Une jolie surprise ce document. Merci !

  • Bernard Cavat

    J'ai travaillé dans cette imprimerie comme imprimeur typo dès janvier 71, puis en offset dès 1974. Le reportage est de 1960 et je ne reconnais que 2 personnes, L'une d'elle s'appelle Simon auxiliaire d'imprimerie sur la grosse presse offset M.A.N. En 73 la Concorde en avait acheté une 2 ème et j'ai travaillé dessus jusqu'en 1980. Nous imprimions notamment le journal des pharmaciens, le Bulletin technique de Suisse romande des architectes et évidemment la Bible, les Concordances de la Bible, les psautiers sur un papier très fin 40 ou 40 gr très difficile à imprimer.. L'imprimerie a déménagé vers 1977 à Epalinges dans les locaux neufs occupés aujourd'hui par la Coop au chemin des vroisettes...J'ai d'ailleurs des photos que je mettrai dès que possible...concernat cette imprimerie Salutations Bernard

  • Henry Deléderray

    Que de nostalgie. J'ai fait mon apprentis- sage d'imprimeur offset dans cette imp- rimerie. À cette époque, il y avait Roger Apothéloz reprophotographe, André Bourquin copiste, Gilbert Theytaz, mon maître d'apprentissage, conducteur offset sur la M.A.N, Alexandre Simon, auxilliaire sur la M.A.N., Marcel Simon, le fils d'Alex, en fin d'apprentissage et Hiltbrandt conducteur de l'Heidelberg Kord toute neuve (C'est la première machine offset construite par Heidelberg). À part cette bécane, il y avait donc la M.A.N. et une Perle Color Métal. On imprimait la Bible, beaucoup de rapports pour des orga- nisations internationales, des couvertures des cahiers d'école (en noir sur papier chamois). La Bible s'imprimait sur deux grammages de papier, du 28 gr. pour les Biles de pasteurs et du 40 gr. pour les Bibles de mariage. Lorsqu'on savait régler le margeur pour le papier 28 gr., on n'avait plus peur de rien. Dire que le papier devait passer 2 fois en machine pour le noir et deux fois pour le rouge et cela à environ 3'000 flles à l'heure sans compter les arrêts au margeur, surtout avec le 28 gr. Les autres personnes dont je me souviens sont Demenjoz le chef technique, Balsiger, chef de la typo, Clément, msître des apprentis typos, Randin, chef de la reliure. Décosterd, conducteur typo, Savoy au bureau tech- nique, Michel Mieville et Jen-François Bonjour apprentis conducteurs typo, Fernand Trabaud, apprenti compositeur typo, Bolay qui refondait le plomb, sans oublier Perrin directeur avec sa Chevrolet Impala et sa fille. Incroyable, le progrès technique quand on pense le nombre de personnes qu'il fallait pour une si petite production. Mais enfin, on ne parlait pas de chômage à cette belle époque. Je ne me rappelais pas que Bernard Cavat m'aie dit qu'il avait travaillé à la Concorde, moi je l'ai cotoyé quand il était conducteur sur la Sakurai de l'imprimerie de l'EPFL à l'Avenue de Provence. Si tu me lis Bernard, cordiales salutations. Henry

  • Sylvie Bazzanella

    Depuis le départ, dès le début des années 1970 des entreprises et artisans occupant les locaux des Entrepôts Frigorifiques, sis à la rue de Genève, ainsi que rue des Terreaux, le quartier a perdu un peu, beaucoup de son âme... La démolition survenue en 1984 de tout ce complexe, puis la construction du centre Métropole 2000 et plus tard de la Tour Galfetti (immeuble Ulysse) on fait de ce quartier un immense patchwork bien peu esthétique. http://www.notrehistoire.ch/photo/view/2802/http://www.notrehistoire.ch/photo/view/2800/

  • Laurent Eyer

    Reportage assez fascinant. Que de complexités dans l'imprimerie!

  • Jean-Luc Monnard

    Juste à côté de l’imprimerie La Concorde se trouvait l’Ecole romande d’opérateurs. Elle formait des typographes désireux de se spécialiser sur le système Monotype (claviers et fondeuses, machines que l’on aperçoit au début de ce film). L’enseignant était Emile Audemars. Pour ceux qui désiraient maîtriser la Linotype, l’enseignant était Marcel Probst

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,995
4,887
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.