Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Parc de l'Indépendance

Parc de l'Indépendance

Pierre Auguste Chappuis
Philippe Chappuis

Ci dessous le Monument des soldats internés français morts lors de l'explosion de l'Arsenal et au second plan Monument des patriotes morgiens

Entre le monumental Château savoyard et la Morges, face au Lac Léman, un grand parc aux larges allées, rythmées de magnifiques arbres élancés, objet de la grande attention de Pierre Auguste Chappuis , dont c'était une des charges de son dicastère de municipal des Domaines de 1934 à 1966. Cet espace, le Pré du Château, alors en pré et en grève naturelle jusqu'en 1845, s'organise depuis le milieu du XIXe s. par la création de la Grande Promenade qui deviendra Parc de la République et en 1898 Parc de l'Indépendance. C'est d'abord la création d'un espace à gagner sur le lac par des décharges de matériaux derrière une digue, représentant au final plus de 16'000 m2 de terrain gagné. En 1884 le confiseur Jules Hugonnet municipal et botaniste à ses heures et le municipal Eugène Buenzod proposent d'aménager les lieux en Jardin anglais.Ils y font planter quelques essences peu connues et ce qu'on appelait le "Pré du Château" a trouvé sa nouvelle destination.

Un Kiosque à musique, d'abord envisagé en bois fut réalisé en fer en 1897 par le serrurier morgien Auguste Badan.

Le 24 janvier 1898, le Parc est témoin des Fêtes du Centenaire de l'indépendance vaudoise. Le Monument des patriotes morgiens, Henri Monod (1753-1833), Jean-Jacques Cart (1747-1813) et Jules Muret (1759-1847) est inauguré.

Plusieurs monuments feront leur apparition comme, en 1915, le Monument des soldats internés français morts lors de l'explosion de l'Arsenal du Château en 1871 (après la défaite des troupes françaises de Napoléon III face à la Prusse, près de 90'000 soldats français ont cherché refuge en Suisse, dont 780 sont hébergés à Morges), et le bloc erratique ( déplacé de la forêt de Mollens) perpétuant la mémoire du savant naturaliste François Alphonse Forel (1841-1912). Au début du XXe s. 94 espèces étaient dénombrées alors qu'en 1970 on comptait des arbres et des arbustes d'une cinquantaine de variétés , exotiques pour la plupart, cèdres, hêtres, micocouliers, ormes, robiniers, tamaris et welligtonias..(Inspiré du livre de P.-A. Bovard l'Histoire animée des Morgiens 1830-1970).

Dès 1924, Pierre Auguste Chappuis est venu habiter à Morges avec sa famille, dans la maison de la rue de Lausanne, appelée Beau-Rivage. Il a exercé son activité de Régisseur et a participé à l'activité de la commune en entrant assez vite au conseil communal quii le mènera à la fonction de municipal des Domaines dès 1934.

Photographie prise par Pierre Auguste Chappuis

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!