Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Les parents se mobilisent pour demander reconnaissance et subventions pour leurs lieux d'accueil

Les parents se mobilisent pour demander reconnaissance et subventions pour leurs lieux d'accueil

1 novembre 1979
Social-Chronique; Bruno Clément syndicaliste et ami
Martine Desarzens

A la suite du dépôt en 1978 d'une pétition et d'une motion au Conseil Communal, et d'une demande de subvention de la Garderie La Gardoche, la Municipalité a déposé son rapport préavis, dans lequel elle présente sa conception.

Il faut rappeler que la pétition demandait la reconnaissance et le subventionnement des haltes garderies lausannoises créées par les parents.

Que racontait ce préavis ? (résumé)...et la réponse du groupe de parents militants au préavis (résumée)

1) Préavis : Les critiques d'accueil dans les garderies communales de 1969 sont toujours valables; seules les mères qui sont dans l'obligation matérielle de travailler peuvent mettre leur enfant en garderie; peuvent entrer en ligne de compte "les raisons de santé de la mère, ou de la survenance d'événements créant des difficultés particulières dans la famille ".

· réponse des militants ; A travers le maintient des conditions d'admission, la Municipalité divise les femmes entre mères « normales » (c'est à dire à la maison) et les mères « obligées de travailler » ou « malades » avec toutes les conséquences que cela entraîne (culpabilité des mères, image de la garderie…) ;elle refuse aux femmes d'être déchargées quelques heures de leurs enfants ; elle nie du même coup le droit des enfants à bénéficier du cadre et des possibilités éducatives d'une garderie. L'enfant unique, ou isolé dans son quartier ne peut être accueilli, ce motif n'étant pas reconnu comme suffisant. Nous avons pourtant constaté que la vie en garderie était pour beaucoup très stimulante.

2) Préavis : Les besoins en garderies sont largement couverts à Lausanne « grâce aux ententes avec les garderies privées » (dans la plupart desquelles ne sont financés que des enfants dont les parents ont effectués les démarches et remplissent les conditions d'admission communale).

· réponse des militants ; Les besoins ne sont pas couverts ; de nombreux quartiers sont dépourvus de garderies, ou en manquent. Les parents sont contraints soit de recourir à des solutions individuelles boîteuses, soit d'effectuer de longs trajets quotidiens. La plupart des garderies sont pleines et nous connaissons les difficultés de parents qui cherchent une place pour leur enfant.

3) Préavis : Le développement du service des mères gardiennes de l'Association pour l'Entraide Familiale pourrait combler ce manque éventuel de garderies dans certains quartiers.

· réponse des militants ; « Une maman de jour » dans son appartement offre des possibilités de socialisation et d'activités différentes qu'une garderie aménagée et dont le personnel est préparé à l'accueil des enfants ; on ne saurait par conséquent remplacer un système par l'autre. Ils peuvent éventuellement se compléter.

4) Préavis : Le subventionnement global aux haltes - garderies, et en particulier La Gardoche est refusé (la Municipalité se réserve d'examiner ses comptes à la fin de l'année et de lui accorder une aide éventuelle). La Municipalité ne veut pas prendre en charge financièrement les enfants qui seraient placés «pour des motifs de pure convenance personnelle» par leurs parents.

· réponse des militants ; En refusant ce subventionnement, la Municipalité ignore ; Les graves problèmes financiers que rencontrent les garderies privées, Les nombreuses difficultés que rencontrent les parents, Les conditions de travail et le chômage dans cette profession (salaires très bas, surcharge des horaires…).

5) Préavis ; La municipalité propose enfin de mettre à disposition des haltes -garderies une jardinière d'enfant itinérante qui offrirait un soutien pédagogique et effectuerait occasionnellement un remplacement.

· réponse des militants ; C'est maintenant au tour du Communal d'en discuter et de se prononcer, (il le fera prochainement). Se contentera-t-il «d' »avaler » la conception municipale ou parviendra-t-il à tailler une ouverture dans cet immobilisme pesant ? Signalons que le Parti Ouvrier Populaire, le Parti Socialiste et le Groupement Pour l'Environnement ont soutenu et collaboré au dépôt de pétition et de la motion.

Motion Christian Jordan ;http://www.notrehistoire.ch/group/politique-sociale-lausannoise-1947-a-1981/

Ils totalisent ensemble une majorité au sein du Conseil Communal. Ce dont les haltes -garderies ont besoin, ce n'est pas de conseils, mais d'une aide véritable qui leur permette une continuité dans leurs activités. Ce n'est pas une personne itinérante qui l'assurera, mais plutôt un personnel stable. Ce préavis n'apporte aucune solution aux nombreux problèmes qui se posent au personnel et aux parents des garderies et haltes -garderies lausannoises.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,518
6,464
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.