Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Des images "Panini" des Seigneurs de la Nuit

Des images "Panini" des Seigneurs de la Nuit

Le Lausanne Sport(s) en 1965, grand vainqueur du titre national. Karl Rappan a coaché cette équipe de "seigneurs de la nuit" de 1964 à 1968.

L'équipe des top-scorers Kerkhoffs (1964-1971) et Hosp était (1959-1971).

Cette période glorieuse correspond à l'arrivée du LS dans son écrin éclairé de nuit du Stade de la Pontaise en 1954, le stade était équipé d'un système de projecteurs puissant.

Wikipedia décrit cette période ainsi. "La fin des années 1950 et toute la décennie 1960 sont inscrites dans les plus belles heures de gloire du club. Au palmares de la décennie, le LS compte en effet deux victoires en Coupe de Suisse (1962 et 1964), une finale (perdue par forfait contre Bâle), un titre de champion de Suisse (1965) et a été quatre fois vice-champion (1961, 1962, 1963), ainsi qu'en 1969.

Mais cette décennie est surtout marquée par le fait que le LS est chaque année présent en Coupe d'Europe, atteignant les quarts de finale de la Coupe des Coupes en 1965.

En 1958 à Londres, Lausanne dispute une demi-finale de la Coupe des villes de foires (qui devient par la suite la Coupe de l'UEFA puis l'Europa League) contre l'équipe de Londres XI. Vainqueurs à l'aller (2-1), ils s'inclinent 2-0 au retour.

La Pontaise déborde en 1961. Cette année-là, plus de 32 000 spectateurs, chiffre officiellement annoncé, assistent au derby lémanique entre le premier et le second du championnat. Le LS l'emporte 4-0 face au tenant du titre, le Servette FC. L'affluence réelle n'a jamais été connue, la foule ayant largement débordé la zone dévolue au public et prenant place le long des lignes de touche. À cette époque la piste d'athlétisme n'existait pas et un secteur était réservé pour le public « populaire », les pesages. Une photo de la rencontre est restée dans les mémoires, celle du célèbre agent de police lausannois de l'époque, le gendarme Mottaz. Seul membre de la sécurité, le cliché le montre essayant tant bien que mal d'empêcher le public d'entrer sur la pelouse .

Première grande victoire pour ceux qu'on allait appeler par la suite "Les Seigneurs de la nuit", en 1962. Le LS gagne sa cinquième Coupe de Suisse. Victoire 4-0 face à Bellinzone.

Devant 53 000 spectateurs (nouveau record national pour une finale), Lausanne remporte sa sixième Coupe de Suisse en battant le futur champion La Chaux-de-Fonds 2-0 (grâce à des buts d'Eschmann et Gottardi) en 1964. C'est la sixième du club.

L'année 1965 est l'année du 7e et dernier titre de champion de Suisse. Sans doute le plus abouti, qui vaut à ses protagonistes le surnom de « Seigneurs de la nuit », rapport à quelques soirées enchanteresses. En effet, depuis l'apparition de l'éclairage, les matchs ont lieu principalement le soir. Lors de cette saison 1964-1965, le LS a été leader de la première à la dernière journée de championnat ! Conduits par Karl Rappan, les champions suisses ont pour nom Fritz Künzli, André Grobéty, Ely Tacchella, Heinz Schneiter, Norbert Eschmann, Robert Hosp, Charly Hertig, Richard Dürr ou encore Pierre Kerkhoffs, le buteur international hollandais.

Cette même année, l'équipe atteint également les quarts de finale de la Coupe des Coupes. Après avoir éliminé Budapest Honvéd, puis Slavia Sofia (suite un match de barrage à Rome). Le LS s'incline finalement 4 à 3 à Londres devant le grand West Ham United du légendaire capitaine anglais Bobby Moore (champion du monde en 1966). Pour l'anecdote, les joueurs du LS reçoivent une ovation des 34 000 spectateurs londoniens présents ce soir là à la fin du match ainsi que, tradition britannique oblige, une haie d'honneur de la part de leur adversaire.

Les Lausannois ont du caractère. Ils en apportent une surprenante preuve à l'occasion de la finale de la Coupe 1967, face au FC Bâle. Alors que le score est de 1 à 1, l'arbitre M. Göppel siffle à la 89e minute un pénalty on ne peut plus contestable. Afin de protester contre cette décision arbitrale, assis sur la pelouse, les joueurs du LS refusent de poursuivre le jeu. Lors de ce match, un certain Pierre-Albert, dit "Gabet" Chapuisat, vit ses premières émotions avec le LS et également avec les arbitres. Lausanne perd finalement cette rencontre par forfait 3-0. Fait unique dans le football mondial pour une finale nationale ! Et image restée célèbre dans l'histoire du football suisse.

Le 31 mai 1969: devant 46 000 spectateurs à Saint-Jacques, nouveau record de Suisse pour un match de championnat, le FC Bâle bat le LS par 4-0, et enlève le titre de champion de Suisse avec un seul point d'avance sur les Vaudois. D'autant plus dommageable que le LS avait dominé toute la saison, pour finalement se faire rejoindre sur le fil par les rhénans."

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
notreHistoire
707 contributions
13 août 2020
164 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
1 galerie
Partenariats éditoriaux 2022:
Partenaires de soutien:
108,783
6,798
© 2023 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.