Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
De clocher en clocher dans la vallée de Conches

De clocher en clocher dans la vallée de Conches

2 avril 2018
Marie-José Wiedmer
Marie-José Wiedmer

Le clocher de l'église paroissiale Notre-Dame de Münster (vallée de Conches | VS) est frappé par la foudre le dimanche 9 août 2015 vers 13h30.

Quiconque se balade à trois heures de l'après-midi à Münster, dans le chef-lieu de la vallée de Conches, est accompagné d'un son unique. Celui-ci peut être clair, sombre, monotone, ou encore multi tonal. Il s'agit du carillon du clocher qui invite le promeneur à éprouver le sentiment réconfortant de l'idylle villageoise. Cependant, la fonction du carillon va bien au-delà de la simple création d'un paysage sonore. Avant même l'apparition des horloges sur les clochers, le carillon avait pour but de rythmer le travail quotidien ainsi que les prières. Depuis l'Antiquité, cet usage servait à convier le peuple chrétien à l'assemblée liturgique et aux principaux événements de la communauté locale. Par ailleurs, le tintement des cloches contribuait à chasser le mal et les démons.

Aujourd'hui dans la vallée de Conches, les cloches des églises annoncent les heures, signalent les obsèques d'un villageois, le culte du dimanche, les célébrations religieuses et sonnent tous les jours à quinze heures pour commémorer l'heure de la mort de Jésus-Christ.

Chaque cloche a un timbre unique. Il est le résultat de l'interaction entre les métaux utilisés, sa forme, sa taille, l'épaisseur de sa paroi et la résonance de la chambre dans laquelle elle sonne.

Fondre une cloche repose sur un processus très complexe nécessitant beaucoup d'expérience et une grande habileté, car les plus mélodieuses sont réalisées à la main.

Dans la vallée existait autrefois une fonderie de cloches à Reckingen*. Outre les clarines, toupins et sonnailles d'alpage, des cloches d'église y étaient réalisées. Elles résonnent encore en Valais et dans toute la Suisse.

La tour de l'église, qui comprend le clocher et la flèche, caractérise de manière significative l'image de chaque village. L'hétérogénéité des tours des édifices religieux est due aux goûts esthétiques des différentes périodes de construction et des interventions de restauration. L'église actuelle de Reckingen (consacrée en 1745) a par exemple une tour de style baroque très spécifique, dont le clocher est à bulbe. Bien différente est la tour de la chapelle de Ritzingerfeld. Avec son clocher pointé vers le ciel, cet édifice (consacré en 1693) souligne le paysage de sa délicate silhouette et s'impose comme repère.

Mais les aspects esthétiques et fonctionnels de ces sanctuaires sont également dictés par diverses catastrophes naturelles. A Oberwald, l'église est consolidée par un mur de protection suite à l'avalanche de 1720. En 1970, la chapelle Saint Antoine de Reckingen est emportée par la neige et seule sa cloche recouverte d'un toit est encore visible. En août 2015, c'est la foudre qui s'abat sur le clocher de l'église de Münster endommageant la flèche, le mécanisme électronique de l'horloge et des cloches. Heureusement, tout est vite remis en état (texte de Sarah Gigandet).

Voir :latitude.ch/evenements/goms-20...

Radio Télévision Suisse
15 septembre 2016

* L'ancienne fonderie de cloches Walpen est un musée depuis 2004.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Marie-José Wiedmer
7 contributions
31 mars 2018
517 vues
0 like
0 favori
0 commentaire
3 galeries
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
104,328
6,487
© 2021 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.