Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Bach par le CHOEUR DE L'UNIVERSITÉ DE LAUSANNE et Michel CORBOZ, Cathédrale de Lausanne, RTS, 1966 (4)

Lausanne, Cathédrale
Radio Télévision Suisse
René Gagnaux

Ce film fut diffusé par la Radio Télévision Suisse le 2 novembre 1966. Cette vidéo des archives de la Radio Télévision Suisse est une pure merveille, un des nombreux bijoux des archives de la RTS!

Il ne peut s'agir que d'un extrait du concert donné le 25 mai 1966 dans la Cathédrale de Lausanne, qui était la première lausannoise du Grand Choeur Universitaire (*): voir cet article pour une annonce de ce concert et cet autre article pour un compte-rendu de l'époque.

Michel CORBOZ a été le directeur du CHOEUR DE L'UNIVERSITÉ DE LAUSANNE de 1963 à 1971 (ses prédécesseurs avaient été Charles DUTOIT - 1958 à 1963 - et Carlo HEMMERLING - 1947 à 1958).

(*) C'est la presse de l'époque - mai 1966 - qui écrivait "la première lausannoise du Grand Choeur Universitaire": ceci ne m'est pas clair, étant donné que le CHOEUR DE L'UNIVERSITÉ DE LAUSANNE existait déjà depuis 1947?! Ou bien est-ce-que ce choeur nommé "Grand Choeur Universitaire" en était une formation particulière?

Si une personne visionant cette page devait en savoir plus, ne pas hésiter à communiquer ces informations, soit en commentant cet article, soit en m'écrivant par couriel. Prière d'utiliser si possible mon adresse externe à Notre Histoire - r.gagnaux@hispeed.ch - car je crains d'avoir un problème avec ma messagerie sur Notre Histoire.

Une courte précision sur ce motet:

"[...] La partition et le mélange des versions de choral prouvent que les divers mouvements de ce motet datent de différentes époques de la vie de Bach et que la forme bien connue en 11 mouvements, pensée très probablement par Bach lui-même, est une compilation. Une hypothèse du début du vingtième siècle sans fondement sérieux évoquant l'écriture du motet pour un service mémorial à Leipzig en 1723 a été détruite par la redécouverte de l'ordre de service imprimé à l'occasion. Il n'y est fait mention ni du choral, ni du motet. Nous ne possédons aucune source originale, seulement une copie d'étude des chorals faite probablement à partir des parties d'exécution de Bach et fixant la date limite de la compilation du motet à l'année 1735. L'absence de sources originales laisse les questions concernant la pratique d'exécution sans réponse. [...]" cité du texte de Daniel R. Melamed, traduction: Jean Paul Ménière, New Haven/CT, printemps 2000, publié dans la préface de l'édition Carus, Kritische Neuausgabe, Carus 31.224/10.

Cliquer sur la photo ci-dessous - citée de ce film - pour faire démarrer la vidéo dans une nouvelle fenêtre!

Johann Sebastian BACH, Motet «Jesu, meine Freude» (Jésus, ma joie ), Motet pour choeur à 5 voix, BWV 227, Grand Choeur de l'Université de Lausanne, Michel CORBOZ, Cathédrale de Lausanne, 25 mai 1966

(Texte: Épître aux Romains, 8,1.2.9.10.11 et strophes 1-6 de «Jesu, meine Freude» de J. Franck)

Si vous désirez écouter directement l'une ou l'autre des 11 parties de ce motet, ou si vous avez pendant l'écoute perdu le fil du texte, cliquer ci-dessous sur la première ligne de la partie en question, ce qui ouvre une nouvelle fenêtre avec la vidéo démarrant à cet endroit précis.

1 Jesu, meine Freude,

meines Herzens Weide,

Jesu, meine Zier,

ach, wie lang, ach, lange

ist dem Herzen bange

und verlangt nach dir!

Gottes Lamm, mein Bräutigam,

außer dir soll mir auf Erden

nichts sonst Liebers werden.

Jésus, ma joie,

pâturage de mon cœur,

Jésus, mon ornement ;

ah, depuis si longtemps

mon cœur est dans l'angoisse

et aspire à toi !

Agneau de Dieu, mon fiancé,

que rien ne soit jamais plus précieux

à mon cœur sur cette terre que toi.

2 Es ist nun nichts Verdammliches an denen, die in Christo

Jesu sind, die nicht nach dem Fleische wandeln, sondern

nach dem Geist.

Il n'y a donc plus maintenant de condamnation pour ceux

qui sont dans le Christ Jésus, qui ne marchent pas selon

la chair, mais selon l'Esprit.

3 Unter deinem Schirmen

bin ich vor den Stürmen

aller Feinde frei.

Lass den Satan wittern,

lass den Feind erbittern,

mir steht Jesus bei.

Ob es itzt gleich kracht und blitzt,

ob gleich Sünd und Hölle schrecken:

Jesus will mich decken.

Sous ta protection

je suis libéré

des assauts furieux de tous mes ennemis.

Que Satan se déchaîne,

que l'ennemi s'exaspère,

Jésus est à mes côtés !

Qu'il tonne, que les éclairs fassent rage,

que le péché et l'enfer déploient leur terreur,

Jésus me couvrira

4 Denn das Gesetz des Geistes, der da lebendig macht in

Christo Jesu, hat mich frei gemacht von dem Gesetz der

Sünde und des Todes.

Car la loi de l'Esprit qui donne la vie dans le Christ Jésus

m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.

5 Trotz dem alten Drachen,

trotz des Todes Rachen,

trotz der Furcht darzu!

Tobe, Welt, und springe,

ich steh hier und singe

in gar sichrer Ruh.

Gottes Macht hält mich in Acht;

Erd und Abgrund muss verstummen,

ob sie noch so brummen.

En dépit du vieux dragon,

en dépit de la gueule de la mort,

en dépit de la terreur qui en émane !

Rage, ô monde, bondis ;

je suis ici et chante

en toute sécurité !

La puissance de Dieu me tient sous son aile ;

la terre et l'abîme doivent faire silence,

quels que soient leurs grondements.

6 Ihr aber seid nicht fleischlich, sondern geistlich, so anders

Gottes Geist in euch wohnet. Wer aber Christi Geist nicht

hat, der ist nicht sein.

Vous, vous n'êtes pas dans la chair, mais dans l'esprit.

Puisque l'esprit de Dieu habite en vous. Qui n'a pas l'Esprit

du Christ ne lui appartient pas.

7 Weg mit allen Schätzen!

du bist mein Ergötzen,

Jesu, meine Lust!

Weg ihr eitlen Ehren,

ich mag euch nicht hören,

bleibt mir unbewusst!

Elend, Not, Kreuz, Schmach und Tod

soll mich, ob ich viel muss leiden,

nicht von Jesu scheiden.

Fi de tous les trésors,

tu es ma réjouissance,

Jésus, mon plaisir !

Fi des vains honneurs,

je ne veux point vous entendre,

demeurez ignorés de moi !

La souffrance, la misère, la croix, l'opprobre et la mort,

rien de tout cela, quoique je doive souffrir,

ne saurait me séparer de Jésus !

8 So aber Christus in euch ist, so ist der Leib zwar tot um

der Sünde willen; der Geist aber ist das Leben um der

Gerechtigkeit willen.

Mais si le Christ est en vous, bien que le corps soit mort,

déjà en raison du péché, l'esprit est vie en raison de la

justice.

9 Gute Nacht, o Wesen,

das die Welt erlesen,

mir gefällst du nicht.

Gute Nacht, ihr Sünden,

bleibet weit dahinten,

kommt nicht mehr ans Licht!

Gute Nacht, du Stolz und Pracht!

dir sei ganz, du Lasterleben,

gute Nacht gegeben.

Bonne nuit, être

qui as choisi la monde,

tu ne me plais guère !

Bonne nuit, péchés,

demeurez loin en arrière,

ne vous montrez plus à la lumière !

Bonne nuit, orgueil et splendeur,

sois toute vouée à la nuit,

existence de vices !

10 So nun der Geist des, der Jesum von den Toten

auferwecket hat, in euch wohnet, so wird auch derselbige,

der Christum von den Toten auferwecket hat, eure

sterbliche Leiber lebendig machen um des willen, dass

sein Geist in euch wohnet.

Et si l'Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d'entre

les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité le Christ

Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps

mortels par son Esprit que habite en vous.

11 Weicht, ihr Trauergeister,

denn mein Freudenmeister,

Jesus, tritt herein.

Denen, die Gott lieben,

muss auch ihr Betrüben

lauter Zucker sein.

Duld ich schon hier Spott und Hohn,

dennoch bleibst du auch im Leide,

Jesu, meine Freude.

Disparaissez, esprits de deuil,

car voici que m'apparaît Jésus,

le grand maître de la Joie !

Pour ceux qui aiment Dieu,

même les tristesses

doivent être pleines de joie.

Si j'endure ici les railleries et le mépris,

tu demeures néanmoins, même dans la souffrance,

Jésus ma Joie.

La traduction citée ci-dessus est celle des disques ERATO, revue et améliorée par Jean-Claude Poyet, telle que publiée dans ce fichier pdf après les excellents exposés de John Eliot Gardiner sur les motets de Bach - voir ses pages 26 et 27 pour ses commentaires et explications sur ce motet.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Pas de commentaire pour l'instant!
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,167
4,661
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.