Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
00:00:00
00:01:34

La radio était archivée sur des disques (2e partie)

10 décembre 2019
David Glaser, le web éditeur

Rebecca Rochat a travaillé à la RTS, au département Documentation et Archives (D+A) pendant plusieurs années pour s'occuper de la conservation des disques à gravure directe en 78 tours.

Elle a aussi réalisé une classification typologique sur ces 78 tours gravure directe utilisés à Radio Lausanne et Radio Genève.

Avant l'arrivée des bandes magnétiques, les services radiophoniques ont utilisé des disques instantanés entre 1930 et 1960 pour assurer la diffusion de leur contenu.

Un pan du patrimoine mondial du XXe siècle, des témoignages historiques sont sauvés sur ces supports analogiques. Ce sont des exemplaires uniques, la plupart du temps, d'où leur importance.

Selon le pays de production du programme, la qualité de conservation sur ces disques varie. La fabrication chimique des disques requiert un compromis entre la facilité de gravure et la qualité du rendu final.

Voici l'analyse d'un disque en très mauvais état de la marque Pyral, Rebecca Rochat explique comment ce disque de Radio Lausanne s'est détérioré. C'est la deuxième partie de notre série.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • David Hadzis

    En fait, les bandes magnétiques existaient déjà à Radio-Genève à la fin des années 40... mais vu le coût prohibitif des bandes à l’époque, celles-ci étaient réeffacées après archivage sur une série de disques 78 tours à gravure directe.

    A Radio-Lausanne, un autre système d’enregistrement sur bande était utilisé, le Philips-Miller. Ce système burinait une forme d’ondes sur la bande, laquelle n’était donc pas réutilisable. Mais avec son obsolescence au profit de la bande magnétique, Radio-Lausanne ont eux aussi archivé la majorité des enregistrements de ce format sur disque 78 tours à gravure directe.

    Étant donné la limitation sonore des émissions radio (en ondes courtes à l’époque), les directions de Radio-Genève et Radio-Lausanne ne se sont pas préoccupées de la détérioration de la qualité sonore que ce type d’archivage impliquait et n’ont pas été visionnaires sur les futures améliorations techniques, notamment la FM (ou ondes ultra-courtes) arrivées au début des années 60.

12 décembre 2019
592 vues
1 like
2 favoris
1 commentaire
4 galeries
00:01:34
Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
102,882
6,163
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.