Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.

Clara Haskil et Victor Desarzens rencontre en pleine sérénité

19 juin 2013
Lausanne
Martine Desarzens
Martine Desarzens

Clara Haskil en 1957.

Victor Desrzens lors du concert donné à Beaulieu le 14 octobre 1957, avec Clara Haskil et l'OCL.

Je me souviens très bien de ce magnifique concert. Clara Haskil a passé la journée a Aran chez mes parents le jour du concert. Elle était tellement inquiète avec un trac insurmontable. Lors du concert, dès que Clara Haskil commençait à jouer en soliste, mon père la regardait et la "portait" de ce regard. Il y avait entre eux une communion intense. Ces deux artistes si tourmentés et fragiles se comprenaient bien dans cette quête de la perfection.

La maison d'Aran

Le soir du concert.

Mon père portait un immense amour à Clara Haskil, cette immense artiste, femme si fragile. (Clara Haskil était atteinte d'une scoliose déformante). Ils se rencontraient souvent chez le peintre Rodolphe-Théophile Bosshard à Chardonne amis commun http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/37392/. Bosshardt a fait le portait de Oona Chaplin. Charlie Chaplin, qui habitait également Vevey, éprouvait une grande amitié et une grande admiration pour Clara Haskil. Il l'invitait souvent au Manoir de Ban et notamment à chaque Noël où elle se mettait au piano après le dîner. Il déclarait à son sujet : « J'ai connu trois génies dans ma vie : Einstein, Churchill et Clara Haskil. ». Je sais qu'ils se sont rendu ensemble au Manoir de Ban, hélas je n'ai jamais accompagné mon père lors de ces visites.

Il n'est pas un seul mélomane de par le monde qui ne connaisse Clara Haskil et sa destinée dramatique, contrariée par la maladie, deux guerres...et son acharnement à se dénigrer! Il n'est pas un seul mélomane que ne sache que la carrière glorieuse de cette musicienne inclassable a été en fin de compte très courte-à peine dix années, à partir de ses 50 ans passées.

Clara Haskil naît à Bucarest le 7 janvier 1895 et révèle très tôt des dons stupéfiants pour la musique. Dès 1901, elle entre au Conservatoire de sa ville natale. Elle s'installe à Vienne l'année suivante, sous la tutelle protectrice mais écrasante de son oncle Avram Moscuna, qui renonce à sa carrière de médecin pour veiller sur sa formation musicale et remplacera - jusqu'à sa mort en 1934 - un père trop tôt disparu.

Par sa simplicité et son climat champêtre, le Concerto en fa majeur KV 459 est une perle. Clara Haskil en avait fait l'une de ses cartes de visite, et il faut avoir entendu cette captation d'un concert en 1957 avec Victor Desarzens et l'OCL rééditée chez Claves. Zacharias et l'OCL ne sont pas moins inspirés.

Jérôme Spycket, biographe de Clara Haskil.

Là comme partout on reprend la formule parue quelques années auparavant dans un journal viennois : « Clara Haskil a été envoyée sur terre pour jouer Mozart »

lien : you tube :http://open.spotify.com/artist/5GccxVzVWGdrevo69bCxYu

Quelques images rares de Clara Haskil : http://www.youtube.com/watch?v=TGN7nLjIUe8

La maison où vivait Clara Haskil à Vevey

Concours Clara Haskil

La mort aussi tragique qu'inattendue, le 7 décembre 1960, de Clara Haskil à Bruxelles, plongeait ses amis et le monde musical dans une profonde stupeur. Comment était-il possible qu'ayant enfin atteint sa place au sommet d'une gloire internationale Clara Haskil disparaisse à jamais? Il fallait sauver de l'oubli le souvenir de cette pianiste de génie, reconnue dès son enfance par ses pairs, et acclamée partout où elle se produisait. Dans les jours précédant ce tragique 7 décembre, l'idée d'un concours qui porterait son nom avait été soumise à Clara Haskil. Malgré sa légendaire modestie et contrairement à ce que l'on pouvait craindre, elle ne rejeta pas immédiatement l'idée, mais ajouta le lendemain «vous le ferez après ma mort». L'hésitation n'était pas possible. Le concours devait exister et attirer tous les jeunes pianistes qui entendent honorer et perpétuer la mémoire d'une artiste dont le talent rayonne encore dans toute sa pureté et toute sa chaleur. Pour donner une base juridique au projet, l'Association Clara Haskil fut fondée par quatre amis, qui à des titres divers étaient des proches: René Klopfenstein, Georges Payot, Emile-William Rossier et Michel Rossier qui en assuma la présidence.Quarante huit ans plus tard, l'Association Clara Haskil pèse avec reconnaissance l'œuvre accomplie grâce à de nombreuses et généreuses collaborations, au premier rang desquelles il convient de citer la Fondation Nestlé pour l'Art, qui assure une part importante du budget du concours. A toutes celles et à tous ceux - pouvoirs publics, mécènes, banques et industries, familles d'accueil - qui permettent un heureux déroulement du concours, nous disons notre profonde reconnaissance.

Le Concours Clara Haskil a été fondé en 1963 pour honorer et perpétuer le souvenir de l'incomparable pianiste suisse d'origine roumaine, née à Bucarest en 1895 et décédée à Bruxelles en 1960. Il se déroule tous les deux ans à Vevey où Clara Haskil vécut de 1942 jusqu'à sa mort. Une rue de la ville a été baptisée à son nom.

Le concours veut accueillir les jeunes pianistes du monde entier poursuivant un idéal musical inspiré de celui qu'a illustré Clara Haskil et qui demeure pour toujours exemplaire.

Le Concours Clara Haskil est membre de la Fédération Mondiale des Concours Internationaux de Musique.

Clara Haskil a été experte pour les examens de piano au Conservatoire de Lausanne en 1930.

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
  • Anne-Marie Martin-Zürcher

    Quel magnifique reportage avez-vous fait sur cette inoubliable pianiste qu'était Clara Haskil et bien entendu par la même occasion sur votre père. Je l'ai écoutée maintes et maintes fois sur le premier tourne-disques que me m'étais achetée aux alentours des 20 ans. Elle me faisait rêver .... Un véritable bonheur. Merci encore.

  • Martine Desarzens

    Merci pour votre commentaire qui me touche....

Le Lab
notreHistoire.ch vu à travers des jeux et des expériences singulières !
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
101,838
5,970
© 2020 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.