Nous analysons de façon anonyme les informations de nos visiteurs et membres, afin de leur fournir le meilleur service et satisfaire leurs attentes. Ce site utilise également des cookies, notamment pour analyser le trafic. Vous pouvez spécifier dans votre navigateur les conditions de stockages et d'accès aux cookies. Voir plus.
Jean Giono, auteur du livre,  Le déserteur

Jean Giono, auteur du livre, Le déserteur

1 janvier 1964
Isabelle Desarzens, photographe
Martine Desarzens

Cette belle photo de Jean Giono a été faite en 1965, par ma sœur, Isabelle Desarzens, photographe.

Adolescents nous avons lu tous les livres de Jean Giono; cet immense artiste reste dans mon coeur.

Je vais lire "L'homme qui plantait des chênes" de Jean Giono à mon petit fils.

Ce livre est d'une actualité "écologiste" incroyable.

Elle avait accompagné René Creux chez Jean Giono. En sortant de l'école de photo de Vevey, elle a travaillé chez René Creux pour les parutions de ses livres d'arts dont il était le fondateur des éditions de Fontainemore avec laquelle il a publié dès 1962 près d'une vingtaine d'ouvrages, richement illustrés.

Parmi ceux-ci, on retient ses propres textes, comme Images dans le ciel: belles enseignes (1962), Arts populaires en Suisse (1970) plusieurs fois réédité (1974, 1989), Fontaines, miroirs de la Suisse (1973), Les Ex-voto racontent (1979). Avec notamment un texte de Jean Giono, il publie le catalogue d'exposition sur Le Déserteur et ses peinture valaisannes naïves du XIXe siècle (1966).

J'ai vu la naissance (parfois douloureuse par manque d'argent) de tous les livres de René ; il venait très souvent chez nous à Aran, parler avec mon père, chercher un regard,…René à fait plusieurs fois la couverture des programmes de l'OCL.

René Creux était un très grand ami de mes parents; il a habité à la Cité à l'époque où les artistes lausannois pouvaient encore louer des locaux qui leur servaient d'appartement et d'atelier, des espaces où il n'y avait aucun confort, souvent sous les toits, trop chauds en été et un froid polaire en hiver.

Enfants nous accompagnions nos parents chez ces artistes; la vie était joyeuse, parfois tourmentés par le manque de commande et d'argent. Parfois à midi nous allions manger la soupe de légume à la Pomme de Pin (pas encore à la mode, au café de l'Evéché ou au café de la Barre, je me souvient aussi d'une épicerie de quartier où l'on pouvait boire un verre de vin italien, du salami délicieux, du parmesan….de la focaccia à l'huile d'olive et autres produit de provenance italienne, avec la possibilité de « marquer la dépense dans le carnet », les épiciers Famille Paglia, des italiens.

Puis ce quartier a été rénové pour laisser place à l'Administration cantonale. Ces locataires ont du quitter leurs appartements/ateliers pour aller dans le quartier du Rotillon, qui offrait encore ce genre de locations.

Après une commande importante, René Creux a pu s'acheter une merveilleuse petite maison à Paudex au bord du lac.

Dans les années 1960, il avait déposé un projet très important artistique pour "L'Expo 64"; son projet avait été retenu, dès cette date une véritable "fourmilière" d'artistes travaillaient sur ce projet, René Creux a toujours fait travailler ses copains artistes et des jeunes sans travail qui sortaient des beaux arts, mes deux soeurs ont souvent travaillé pour René, lorsqu'il décrochait un mandat; cela permettait à ces artistes de gagner leur vis durant quelques mois !

René a connu des hauts et des bas financiers; pendant les hauts René était un homme généreux, il cuisinait très bien et sa table était toujours ouvertes aux visiteurs amis et pendant les bas, la solidarité du réseau des amis fonctionnait très bien !

Vers 1970 environs, un terrible incendie a détruit la plupart de ces ateliers; tous les artistes étaient à Berne pour le vernissage d'une grande exposition des artistes suisse. Cela a été terrible; on a pensé à un geste « intentionnel » de promoteurs peu scrupuleux, pour obtenir l'autorisation de la démolition de ces immeubles vieux et vétustes ????

La Ville de Lausanne a relogé certains artistes à la Rue Curtat comme Francine Simonin et autres artistes…

Mais pour en revenir au livre du Déserteur et Jean Giono, je me permets de mettre des extraits de l'Avant-Propos écrit par René Creux dans son livre « Le déserteur » édité en 1966.

… « Ce livre n'est pas une histoire imaginaire avec, en regard, une illustration tirée de l'imagerie populaire. Il s'agit en réalité de l'oeuvre et de l'histoire d'un imagier français réfugié dans les montagnes valaisannes, voici un siècle.

Je souhaitais que cette mise au point fût faite par l'auteur de ce livre. Il m'a encouragé à en écrire l'avant-propos…..

I**l m'est par le fait bien agréable d'en profiter pour remercier un ami, Albert Chavaz, peintre à Savièse au-dessus du Rhône, un village où les femmes sont encore fidèles aux sévères vêtements du siècle passé ; où les hommes ressortent des coffres familiaux les éclatants costumes des grenadiers de l'Empire dans lesquels, gravement, ils défilent à la Fête-Dieu et martèlent de leurs tambours, dans l'église, le rythme de la messe. C'est chez lui gue, face à une délicieuse pharmacie de campagne, petit meuble peint et enluminé comme une icône, j'eus la révélation du « Déserteur . …..

Il est toutefois essentiel de souligner que, face à toutes les histoires légendaires et contradictoires recueillies au sujet de notre personnage - soldat ayant tué son capitaine, notaire, évêque - il m'était bien difficile de tracer de lui un portrait précis, dans l'intention que j'avais d'en définir l'histoire, ne sachant guère s'il m'appartiendrait de l'écrire. C'est alors que je m'armai de tout mon courage: photographies et documents sous un bras, pain de seigle, fromage de montagne et vin valaisan sous I 'autre, je parvins à frapper à la porte de Jean Giono, le coeur battant de la même inquiétude que celle du Déserteur le jour de sa rencontre avec le « Président ».

L'accueil de Giono fut simple et chaleureux. Séduit par le charme de l'oeuvre, la personnalité mystérieuse du Déserteur, Giono ne se contenta pas de goûter à ce pain montagnard. Il abandonna, un temps, la Provence pour s'en aller, en pays valaisan, mettre ses pas dans ceux du Déserteur. Et c'est probablement là, la bise étant plus aigre que le seigle fermenté, qu'il lui donna son vrai visage. René Creux 1966

René Creux voir;http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/40423/

Vous devez être connecté/-e pour ajouter un commentaire
Le réseau notreHistoire
Sponsors et partenaires
93,183
4,663
© 2019 FONSART. Tous droits réservés. Conçu par High on Pixels.